Vous ne trouvez pas que Jean Charest prend de plus en plus les airs d'un agneau sacrificiel? Et ce, sans référence aucune à ses boucles légendaires.

Au point où, derrière l'image d'un caucus uni, on en devine presque la date de péremption apposée discrètement sur son front dans les coulisses fort nerveuses du Parti libéral et du milieu des affaires. Genre: "meilleur avant automne 2011". Ou quelque chose comme ça.

Croyez-vous que des libéraux ne rêvent pas la nuit de ressusciter sous une nouvelle ou un nouveau chef? Entendez-vous murmurer des noms comme Isabelle Hudon ou Nathalie Normandeau, entre autres? Entendez-vous fredonner le grand classique d'Aznavour: "Il faut savoir quitter la table lorsque l'amour est desservi. Sans s'accrocher l'air pitoyable. Mais partir sans faire de bruit"?…

Vous ne pensez pas qu'au PLQ, ça prie fort le saint frère André pour que le PQ finisse aussi par trébucher sur une position ambiguë de Pauline Marois sur la souveraineté ou même, qui sait, sur un petit mouvement Legault-Facal?

Or, ce n'est pas parce qu'on prie pour un miracle qu'il se produit… Surtout pas lorsque la marque de commerce libérale est de plus en plus handicapée par la surdité chronique du gouvernement et un laisser-faire côté éthique prenant parfois les allures d'une vieille relique de l'Union nationale.

Une autre plaque tectonique bouge…

Sans compter cette spectaculaire plaque tectonique bougée par Steve Brosseau, ce "simple" citoyen de la classe moyenne armé d'une redoutable pétition demandant la démission du premier ministre.

Parrainée par le député Amir Khadir et logée sur le site de l'Assemblée nationale jusqu'en février 2011, elle fracasse des records de signatures.

En colère, la population? C'est peu dire.

Mais comment la blâmer alors qu'elle baigne depuis un an et demi dans une atmosphère politique malsaine où le PM va même jusqu'à "débattre" avec ses adversaires à coups de menaces de poursuite plutôt qu'au parlement?

Vous dites qu'il y a une sérieuse crise de confiance au Québec? Exact.

Cette atmosphère, elle est dangereusement lourde. Au provincial comme au municipal. Une telle multiplication d'allégations troublantes serait apte à plomber l'aile de n'importe quelle démocratie.

C'est bel et bien l'effet que finit par avoir, sur les citoyens et les politiciens honnêtes, la répétition ad nauseam des mots: collusion, trafic d'influence, corruption, mafia, scandale, copinage, favoritisme, retour d'ascenseur, enveloppe brune ou blanche, des collecteurs de fonds influents jusqu'au bureau même du PM. Sans compter le financement illégal de partis par prête-noms et le contrôle de l'industrie de la construction qui semble échapper de plus en plus aux élus au profit d'un cartel d'entreprises baptisé les "Fabulous Fourteen".

Une enquête de Radio-Canada par le journaliste Christian Latreille révélait aussi que Serge Ménard et Vincent Auclair – alors qu'ils étaient respectivement candidats du PQ et du PLQ – auraient déjà reçu du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, des enveloppes "blanches" d'argent, qu'ils ont refusées. Ce que le maire nie.

Bonjour la police!

Le ver dans la pomme, tout le monde le connaît. C'est le refus de M. Charest de créer une commission d'enquête élargie combiné à son mantra préféré – la "police" finira par envoyer les malhonnêtes en prison! Et ce, même si la police elle-même réclame une commission d'enquête. Cherchez l'erreur.

On nage en plein Absurdistan. Surtout, du moment où le premier ministre s'en remet autant aux corps de police, on assiste à une abdication du pouvoir politique au profit du pouvoir policier. Inquiétant.

Pour ceux qui se demandent encore quel pourrait bien être le "mandat" de cette commission dont 80 % des Québécois rêvent, voici ce sur quoi elle devrait porter.

Primo: sur le processus d'octroi de TOUS les types de contrat, nominations et permis gouvernementaux – donc, pas seulement en construction -, lequel donne l'impression d'être ouvert au favoritisme comme une porte de grange. Secundo: le mode de financement des partis régi par une loi trouée comme une passoire et devenue, au fil du temps, aussi facile à contourner qu'un cône orange de construction.

Question de savoir si, oui ou non, il serait bel et bien apparu un problème "systémique" de corruption et de collusion.

Si la police peut enquêter en même temps, vous voyez à quel point ces deux objets sont clairement du ressort du pouvoir politique – celui des élus.

La raison? Parce qu'ils touchent les institutions publiques, la gouvernance et la gestion des impôts et des taxes. Soupçonner qu'une part importante des fonds publics puisse être détournée impunément dans les "mauvaises mains", ça s'appelle du vol.

C'est pourquoi, avec ou sans Jean Charest, les Québécois n'ont tout simplement pas les moyens, dans tous les sens du mot, d'attendre docilement que les enquêtes policières débouchent, ou non…

Le problème est avant tout politique. Point. Et donc, veut veut pas, la solution le sera un moment donné, elle aussi…

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

+ Ajouter le vôtre Commentaires 60

  • 17 novembre 2010 · 15h38 Gilles Bousquet

    La seule façon, de faire une victime avec M. Charest, est de lui enlever son passeport canadien. Rien qu’à penser à une telle éventualité, il devrait bien « cauchemarder », même si les politiques de M. Harper ont considérablement diminué ce symbole d’un pays pacifique, environnementaliste et éthique…genre.

    Pour le reste, l’opinion de ses compatriotes francophones, il s’en tabarn….. un tout petit peu sur les bords avec sa capacité d’insulter plus qu’il ne l’est. Il aurait probablement poursuivi ses insulteurs sil s’était fait appeler « tête de slinky » ou « girouette nationale » comme il l’a déjà fait envers ses adversaires.

  • 17 novembre 2010 · 15h52 Jean-Pierre Gascon

    BRAVO ! Mme Legault

    Nous voilà à l’étape du COMMENT. Depuis plus d’un an nous étions à réclamer le QUOI. La FTQ demande enfin à son tour une enquête publique. JJ Charest et le Liberal Party n’ont plus le choix, ils doivent créer cette commission d’enquête.
    Toutefois ma préférence est que ce gouvernement tombe par la défection de quelques un(e)s de ses député(e)s; que les partis de l’opposition forment alors un gouvernement de coalition pour la création d’urgence de cette commission d’enquête ayant un mandat du type que vous souhaitez.

  • 17 novembre 2010 · 15h58 Jean-Pierre Gascon

    BRAVO ! Mme Legault
    Nous voilà à l’étape du COMMENT.
    Depuis plus d’un an nous étions à réclamer le QUOI.
    En plus d’une pétition nationale en cours, aujourd’hui la FTQ demande enfin à son tour une enquête publique. JJ Charest et le Liberal Party n’ont plus le choix, ils doivent créer cette commission d’enquête.
    Toutefois ma préférence est que ce gouvernement tombe par la défection de quelques un(e)s de ses député(e)s; que les partis de l’opposition forment alors un gouvernement de coalition pour la création d’urgence de cette commission d’enquête ayant un mandat du type que vous souhaitez.

  • 17 novembre 2010 · 16h25 Pierre Bellefeuille

    Je trouve que le travail des médias et des journalistes a été formidable depuis plus d’un an. On avait compris que l’ampleur du problème est d’ordre systémique. Les nouvelles fracassantes sont sorties une à une sans relâche grâce un travail professionnel et constant des journalistes et de plusieurs politiciens.

    Cette situation politique nous révèle toute l’importance des médias libres dans une démocratie. Bien que ce ne soit pas suffisant, le gouvernement Charest a fait intervenir la police toujours après coup, après des révélations un peu partout dans les médias.

    Bravo à vous Madame Legault, ainsi qu’à tous les autres!

    Plus que jamais, c’est le temps de marteler notre message et nos attentes jusqu’à ce que cette enquête publique soit ouverte. Cependant, tout comme d’autres l’on fait ressortir ailleurs, si on se décide à la démarrer cette enquête, on devra s’assurer qu’elle soit le moins censurée possible par le gouvernement Charest, autrement ça pourrait devenir une cruche vide. Jean Charest a très bien démontré son manque d’écoute, son manque de jugement à l’égard de la population québécoise. Charest a sous-estimé le besoin de vérité et d’honnêteté des Québécois, il le paiera très cher, nous devrons le surveiller de très près.

    Maintenant, avec l’Union des municipalités suivie de la FTQ appuyant l’ouverture d’une enquête publique, le gouvernement Charest se trouve complètement isolé. Ils l’ont cherché!

    C’est tout de même ahurissant de constater l’entêtement du gouvernement Charest face à l’ouverture de cette enquête publique! L’ensemble de la population québécoise ne peut pas se tromper sur ce point précis.

  • 17 novembre 2010 · 17h16 Pierre Bellefeuille

    On ne doit jamais sous-estimer la force de répétition du message, et dans la situation qui prévaut ici au Québec, cette répétition ou ce martelage est très nécessaire. Il me plaît bien ce biais.

  • 17 novembre 2010 · 17h37 Michel Guay

    Les sacrifiés dans ces histoires de corruption ce sont tous les citoyens du Québec
    Ce sont les fédéralistes qui ont établient ce système de coruption au Fédéral contre le Québec avec les commandites qui existent encore en 2010, au municipal contre le Québec par les contrats mafieux et à Québec par James John charest contre tous les intérêts de toutes les institutions Québeecoise et de toute la nation Québecoise.
    Les fédéralistes mènent une guerre à finir contre l’économie du Québec le Québec INC et contre notre laangue et notre culture.
    Hier Luc Plamadon est intervenu pour dénoncer cette anglicisation de la Chanson Québecoise par des commandités fédéralistes.
    Vive le Québec libre et ouvrons nous au monde en ouvrant des ambassades du Québec dans tous les pays du monde et en cessant de confier 50% de nos impôts aux fédéralistes canadians à Ottawa, donc aux destructeurs avoués de la Nation francophone Québecoise

  • 17 novembre 2010 · 17h56 Pierre Bouchard

    Le Premier Ministre n’est pas le peuple

    Il faut appuyer cette pétition au summum parce que l’expression publique pour le P.M, il la résume à un -tribunal populaire-. Lui il est quoi un monarque élu qui déclare étrangement que la -démocratie c’est l’art de gouverner, de savoir prendre des décisions-! Le premier ministre n’est t-il pas la souveraineté populaire par délégation par représentation! Il n’est pas supposé être le P.M des collecteurs de fond, des entreprises qui par le détournement de la loi du financement des partis financent à outrance le Parti Libéral afin d’obtenir des contrats sans appel d’offre.

    Une enquête publique s’impose parce que l’octroi des contrats pour les infrastructures ça concerne les administrations publiques municipales et celle au premier chef du gouvernement du Québec.
    La corruption, la présence grandissante de la mafia dans l’administration publique partout doit être cassée, éliminée presque complètement.

    148, 100 pour la pétition, il faut se rendre au minimum à 1,300, 000 voix et des poussières obtenues par le PLQ en 2008. Continuions!

    M.Paquet, vous descendez bien bas cette fois dans votre petit message. J’ai un message pour vous dans Dominos, allez y voir!

  • 17 novembre 2010 · 18h12 Denis Drouin

    Le PLQ de Charest est essentiellement un parti affairiste. Toute son énergie et son argent lui viennent de son orientation fondamentale qui l’amène à établir des politiques et prendre des décisions qui, essentiellement, favorisent la classe d’affaires qui gravite autour.

    Charest a donc été mandaté par cette classe pour mettre en place des stratagèmes visant essentiellement à la favoriser. On ne gouverne plus pour les citoyens, on gouverne pour favoriser les affaires. Ce processus en passant m’apparait, dans son essence même, être fondamentalement de droite.

    Mais tranquillement il y a eu des dérives. Certains étaient plus pressés, d’autres plus malins et d’autres plus cupides. Conséquence : la mafia y a vu une opportunité, elle s’y est engouffrée. La corruption s’est installée comme un leitmotiv.

    Ceux qui hier le soutenaient, s’apprêtent maintenant à le laisser tomber. Et voilà la brebis (galeuse) qu’on s’apprête à sacrifier. Pauvre petit Charest. On va le laisser se faire lyncher par la vile population. On va le livrer à la vindicte populaire. Tous ses députés, tous ses ministres, tout son parti corrompu jusqu’à l’os, tous tomberont avec lui.

    S’il y a une commission ou des commissions d’enquête publiques, alors peut-être ses souteneurs mafieux, ses vrais commettants pourront être identifiés. Sinon ce sera l’omerta. Peut-être lui a-t-on promis un bonus s’il réussissait à maintenir cachés tous les dessous sordides.

    Sur un air connu :

    «Parle plus bas car on pourrait bien nous entendre…»

  • 17 novembre 2010 · 18h19 Mario Goyette

    La question que je me pose, est-ce que c’est la corruption libérale qui est incurable ou le simple fait d’être libéral?

  • 17 novembre 2010 · 19h05 Mario Goyette

    Entracte
    JJ. Charest doit se sentir bien seul au monde en écoutant Corneille…
    http://www.dailymotion.com/video/xqavx_corneille-seul-au-monde_music

  • 17 novembre 2010 · 19h33 louis fontaine

    Quand on pense qu’une cinquantaine de jeunes pq sèment un commotion dans le camp souverainiste, que 150,000 (pour l’instant) qui comme moi, on demandé la démission du chef du parti libéral (je n’ose pas dire du québec, parce qu’il n’a plus aucun contact avec le monde dans lequel nous vivons.) apporte toutes sortes d’interrogations. Que disons nous en fait dans cette pétition. MCharest n’entend pas les québécois. N’entend pas non plus la FTQ, UMQ, La Police, les Procureurs, les contracteurs, les oppositions gouvernementales, maintenant meme André Pratte ( ca été long).
    Préfèrent regarder le plancher, voter à l’unanimité…dans l’espoir de sauver quoi…une enquete de police dans laquelle meme les policiers ne croient pas.

    Merci à tous les Paquet de ce monde, merci à tous ces gens qui nous protègent du chaos qui suivrait une telle enquete. Ce qui nous permettra encore de voter pour Charest au prochaine élection et de nous maintenir dans une société si enthousiaste aux nouveaux défis qui, nombreux, se pointent à l’horizon, pour les générations suivantes.

    C’est vrai que c’est plate de lire les memes commentaires, pour les renouveler il faudrait simplement les comprendre. Il y a un paquet de gens qui n’y arrivent pas.

  • 17 novembre 2010 · 20h39 michel girard

    Les élus libéraux appuient leur grand timonier comme de petits soldats, alors continuez de bien vous tenir la main car l’abîme que vous avez creusé est assez profond pour tous vous y entraîner.

  • 17 novembre 2010 · 20h45 Mario Goyette

    Je suis prêt.
    http://blogues.canoe.ca/ygreck/general/volte-face/#comments

  • 17 novembre 2010 · 21h15 Georges Paquet

    La supposée enveloppe du Maire de Laval. C’était donc si important, le secret qu’a gardé pour lui Serge Ménard pendant de nombreuses années, qu’il justifiait, aux yeux de Mme Marois, la destitution du Maire de Laval. Faudrait-il alors demander aux premier ministres péquistes qui se sont succédé, si Serge Ménard, ministre, à différentes fonction, méritait la confiance qu’ils ont mise en lui.

  • 17 novembre 2010 · 21h47 michel girard

    Quiz: Quel est le jeu préféré des libéraux? = paquet voleur

  • 17 novembre 2010 · 22h07 Gilles Bousquet

    Voici le décompte exact à ce moment-ici :

    petition.escale.net/index.php

    à 21h01 mercredi 17 novembre c’est : 162 376.

  • 17 novembre 2010 · 22h33 Michel Bertrand

    Voici le décompte exact à ce moment-ici :

    petition.escale.net/index.php

    à 21h01 mercredi 17 novembre c’est : 162 376. – G. Bousquet…

    Tiens, c’est en train de ralentir…

  • 17 novembre 2010 · 22h43 Jean-Claude Pomerleau

    Distrait par tous ce bruit, on a oublié la Caisse:

    http://www.vigile.net/Secret-bien-garde-a-la-CDPQ#forum41243

    La raison pur laquelle Charest nous a précipité en élection; non pas pour être jugé sur son bilan mais bien pour y échapper. Ce pourquoi il a perdue toute légitimité.

    Aujourd’hui son gouvernement a voté contre une enquête publique. Il ne reste à l’opposition qu’a lancer un appel solennelle au députés du PLQ pour qu’ils se désolidarisent du parti et laisse passé un vote de non confiance. Il auront à choisir entre l’intérêt du Québec ou celui du parti libéral.

    L’histoire retiendra leurs réponses

    Nous en sommes là

  • 17 novembre 2010 · 22h50 Gilles Bousquet

    C’est 164 104 à 21h46. Ça continue de tenir.

    2 000 signatures en 45 minutes c’est encore beaucoup mais, probablement que les plus enthousiastes ont déjà signé. D’autres suivront dans les prochans jours avec tous les scandales qui sortent continuellement.

  • 17 novembre 2010 · 22h58 Gilles Bousquet

    Le PQ vient encore de perdre le vote qui demandait la tenue d’une commission d’enquête sur la construction et le financement des partis politiques.

    Les députés Libéraux se sont tenus en arrière de leur chef, pas un seul a voté en faveur. Choix de raisons des députés Libéraux pour agir ainsi : Peur de M. Charest, peur de perdre son amour, peur des conclusions de la commission ou M. Charest est tellement aimable, qu’ils ne veulent pas lui faire de la peine en le tournant en victime, encore plus.

  • 17 novembre 2010 · 23h16 Jean-Claude Pomerleau

    Aujourd’hui une militante dès premières heures, Madame Andrée Ferreti, est sortie pour afficher son écoeurement:

    http://www.dailymotion.com/video/xfob59_affichage-101-avec-madame-andree-ferretti_creation

    Elle fut membre du RIN et près de Pierre Bourgault

    JCPomerleau

  • 17 novembre 2010 · 23h33 Pierre Bouchard

    Il faut continuer à signer la pétition!

    165,000 signatures c’est excellent. Il faut poursuivre à tout prix ce marathon légitime de signatures parce que le gouvernement refuse de tenir une commission d’enquête sur la corruption passant par la scrutation des octrois de contrat et des conditions de financement des partis politiques.

    Le gouvernement Charest fait le pari de la passivité des Québécois il faut démontrer aux libéraux et à J.J.Charest qu’ils se trompent!

  • 18 novembre 2010 · 07h56 Michel Lasalle

    @M. Goyete
    Être libéral, c’est entre autre chose vouloir moins de règles, moins d’entraves, plus de latitude, donc plus de chance de s’en mettre plein les poches. On pourrait croire que l »honneur pourrait empêcher toute dérive, mais tel n’est pas le cas. Quand notre seul but est notre bien-être individuel on oublie totalement le collectif. Moi, moi et encore plus pour moi. Tous les beaux gestes qui donnent l’image d’une préoccupation sociale ne deviennent que de la frime, et pendant ce temps, à l’arrière des feux de la rampe, on continue la business comme d’habitude. On prend des mesures visant à l’assurer…

  • 18 novembre 2010 · 08h58 Denis Drouin

    Ça y est. Je change de nom. Je vais m’engager un prête-nom afin de passer, comme beaucoup de politiciens, à travers les mailles de la justice.

    Je serai donc, sous mon nouvel avatar gentil, poli et politiquement correct. Je n’interpellerai personne, c’est promis.

    Au plaisir de vous lire encore dans une autre vie… :-(

    Denis Drouin.

  • 18 novembre 2010 · 09h45 Benoit Carré

    La FTQ a changé de position concernant la corruption et l’enquête publique. C’est certain qu’elle sent la soupe chaude. Leur jeu est doit être de déballer leur sac devant les commissaires d’une éventuelle commission d’enquête publique où ils jouiront d’une immunité. Alors imaginez tout ce qu’ils déballeront. Les politiciens n’ont qu’à bien se tenir.

    M. Drouin, ce blogue s’ennuiera ( en tout cas moi) de votre esprit acéré et des citations que vous m’avez fait découvrir.
    Serez-vous ailleurs ?

  • 18 novembre 2010 · 10h06 Denis Drouin

    @Benoit Carré

    Oui certainement.

    «La censure épargne les corbeaux et s’acharne sur les colombes.»
    [Juvénal]

    P.S. Peut-être prendrez-vous la relève en matière de citations. C’est à vous de voir.

  • 18 novembre 2010 · 10h13 Michel Guay

    Être libéral donc fédéraliste c’est accepter de confier bêtement 50% des impôts des Québecois à des étrangers à Ottawa et de confier notre commerce international aux ambassades canadian anti Québecoise.
    C,est accepter comme colonisé d’être les éternels perdants dans tous les investissements et de se laisser voler par des collecteurs de fonds et des contrats pipés d’avance par des mafias

  • 18 novembre 2010 · 10h19 Joel Hamet

    Je salue votre « constance de jardinière » qui, depuis plus d’un an, sarcle sans relâche la classe politique pour une plus saine gouvernance, mais je ne pense pas que l’éradication de la mauvaise herbe « Primus Charestensis » viendra d’aucune manière restaurer la paix dans le potager du royaume du Québec. En fait, sa démission viendrait mettre davantage encore le couvercle sur la marmite et ne pourrait, au mieux, qu’être assimilée à une diversion permettant au « système mafieux » qui s’est implanté dans la pieuvre libérale de perdurer. J’en veux pour preuve l’assourdissant silence et le refus obstiné d’en débattre dans leur propre instance… Nonobstant la proverbiale « ligne de parti » à laquelle les députés sont tenus, dans les circonstances actuelles, tous les députés libéraux qui continuent à appuyer la position officielle rejettant la tenue d’une commission d’enquête sur l’adjudication des contrats publics de construction et le financement des partis politiques se souillent durablement et perdent toute crédibilité pour l’avenir. Ils nous démontrent que leur engagement politique est sans substance, qu’ils sont sans colonne et qu’ils ne sont que des hommes/femmes de paille.

    Non ! En toute justice, la seule peine honorable pour l’inceste mafieux de M. Charest serait celle, tel Oedipe-roi, du mythique auto-châtiment. Devant un aveuglement aussi obstiné et devant la honte sans nom qui devrait l’habiter et qui rejaillit sur nous tous, il ne lui reste qu’à se crever les yeux et à s’exiler devant l’ampleur de son crime…

  • 18 novembre 2010 · 10h23 louis fontaine

    J’imagine que nous saurons vous reconnaitre malgré un nouvel avatar sous quelques autres cieux ou vous pourrez etre.
    J’ai apprécié votre présence, et M.Carré, il en va ainsi de vos citations toujours à propos, souvent virulentes.

    En guise d’appuie je me retire pour un certain temps moi aussi.
    On dit que le ridicule ne tue, mais à la fin il lasse.

    .

  • 18 novembre 2010 · 11h27 Denis Drouin

    @louis fontaine

    Merci

    «Notre vie ici-bas, à quoi ressemble-t-elle ? À un vol de corbeaux qui, venant à poser leurs pattes sur la neige, parfois y laissent l’empreinte de leurs griffes.» [Su-Dong-Po] ( poète chinois,1037-1101)

    P.S. Ne nous privez pas de votre réflexion pour si peu.

  • 18 novembre 2010 · 12h22 Pierre Pelletier

    Bien dit m. Hamet. Une simple démission serait trop bonne pour lui. Mais sa démission serait un bon début en attendant que le système judiciaire permettre de lui infliger la peine qu’il mérite pour avoir vendu le peuple québécois.

  • 18 novembre 2010 · 12h23 Jean-Pierre Gascon

    À la lecture de ce blogue je crois assister à l’agonie d’un régime et à la disparition d’une partie de le colonie de vers de terre vers d’autres cieux…hi!hi!hi!!

  • 18 novembre 2010 · 12h37 Pierre Bellefeuille

    Bien dit Monsieur Hamet!

    Ce matin, nous apprenons que Jean Charest ne bougerait pas suivant la décision de la FTQ d’appuyer l’ouverture d’une enquête publique. Rien de surprenant.

    Ce refus obstiné de Charest exprime donc son plus grand mépris et le plus grand abus de pouvoir que le peuple québécois ait connu. Je crois que ce refus est perçu à juste titre comme étant l’expression même de la corruption où le gouvernement Charest piégé ne peut tout simplement pas se pendre lui-même. Il faudrait vraiment que dans de telles situations, un premier ministre puisse être destitué de ses fonctions, considérant le cadre extraordinaire.

    Ça ressemble tellement au scandale des commandites où on refusait à Ottawa toute ouverture d’une enquête publique.

  • 18 novembre 2010 · 12h39 Jean-Claude Pomerleau

    M Bernard Landry traverse la ligne rouge et demande la démission du gouvernement Charest:

    http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201011/17/01-4343802-jean-charest-doit-partir-dit-bernard-landry.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1

    Nous en sommes là, enfin.

  • 18 novembre 2010 · 13h21 Jean-Claude Pomerleau

    Mme Marois: Une enquête ou des élections

  • 18 novembre 2010 · 13h24 Danièle Bourassa

    M. Drouin, peut-être qu’un jour vous partirez d’où vous allez et reviendrez ici…

    au plaisir de vous avoir connu ;-))

  • 18 novembre 2010 · 13h59 Guy A. Guay

    Présentement on dirait bien que l’actuel premier ministre n’a plus d’avenir. C’est très bien. Mais comment pouvons-nous nous en débarrasser ?

    La pétition présentement en cours exigeant sa démission n’aura aucun impact sur lui. Mais elle peut avoir un impact en périphérie de Charest. Donc nous devrions tester la résistance des simples députés du PLQ. Il faudrait leur faire comprendre que s’ils ne font rien ils vont couler avec leur capitaine.

    L’objectif pourrait-être d’amener ces simples députés à démissionner du PLQ s’ils veulent sauver leur propre réélection. Une fois indépendants, ces députés pourraient, en s’abstenant provoquer indirectement l’adoption d’un vote de non-confiance, ce qui déclencherait des élections.

    Les citoyens des comtés de ces députés seraient sans doute reconnaissants envers eux pour avoir mis fin à l’existence d’un gouvernement extrêmement corrompu et ces députés auraient de meilleures chances de se faire réélire. S’ils restent dans le PLQ ils ne se feront pas réélire car la population est en colère.

    Guy A. Guay

  • 18 novembre 2010 · 15h01 Georges Damos

    Quand je lis votre article, je ne peux m’empêcher de constater votre manque flagrant d’impartialité dans votre analyse. Vous dépeignez le PLQ, le gouvernement ainsi que Jean Charest comme une bande de corrompus..En fait, je ne devrai pas me surprendre que vous défendez systématiquement le PQ, vous, qui étiez un membre de la garde rapprochée de l’ancien gouvernement péquiste…

    Au delà de votre absence de neutralité, je me permet d’exposer mon point de vue sur la pertinence de la tenue d’une commission d’enquête policière. D’entrée de jeu, je clame haut et fort que je privilégie les opérations policières pour faire la lumière sur les allégations dont fait objet l’industrie de la construction. Tout comme vous, je souhaite démanteler les réseaux mafieux qui baignent dans ce milieu mais je ne crois pas que c’est « le politique » qui doit avoir le mandat de le faire. Et imaginez-vous un instant qu’un membre du crime organisé témoigne devant cette commission, croyez-vous qu’il sera porteur de la vérité? Et si un individu par pur égoisme décide de salir la réputation d’un autre, juste parce qu’il aime pas « sa face », comment détecter le vrai du faux? Moi je crois que les médias tendent de faire la propagande en faisant croire à la population qu’une commission est utile, mais à mon avis, la véritable raison résulte du fait que vous êtes en pleine crise et que vous voulez nous « saouler » avec vos articles et clips de 15 sec à la télé.

    Je me souviens très bien aussi que quand le PLQ occupait les sièges de l’opposition officielle, ils avaient réclamé pas moins de 5 commissions d’enquêtes publiques au gouvernement péquiste, notamment pour démanteler le réseau des Hells Angels, ce que le PQ avait refusé de faire à l’époque. Curieusement, le PQ avait affirmé que les opérations policières constituait un processus plus long certes, mais davantage efficace pour éliminer ce réseau. Effectivement, l’opération Printemps 2001 a porté ses fruits.

    Maintenant, je vous demande avec tout le respect que je vous dois, d’être plus nuancé dans vos propos. Cette remarque s’applique également à vos collègues, surtout à ceux qui se proclament à temps perdu comme des « journalistes d’enquêtes » dont leurs sources ne sont même pas vérifiables….

  • 18 novembre 2010 · 15h11 Marc Audet

    La période politique et sociale que connaît présentement le Québec rappelle singulièrement celle d’une époque précédente, celle de la fin de l’ère duplessiste. En gros, ce sont les mêmes travers qui se pointent : patronage, corruption des pouvoirs publics, pouvoirs occultes. Il est donc improductif de s’en prendre uniquement au chef de cette formation politique qui présentement mène le bal. C’est la culture et l’organisation de toute cette structure partisane libérale qui est en cause et cela, indépendamment de ceux qui pourraient éventuellement remplacer ce chef. Voilà pourquoi ce parti, et non seulement son chef, se cramponne pour refuser une commission d’enquête qui ferait la lumière sur leur implication dans ce pourrissement de nos institutions démocratiques.

    Il serait souhaitable que ce gouvernement tombe, certes. Mais cela n’arrivera pas. Ceux qui forment la garde rapprochée de ce capitaine aux abois ont la main haute sur ce que ses troupiers peuvent faire. D’ailleurs, cela est-il si néfaste pour leurs adversaires ? Probablement pas, dans la mesure où chaque jour qui passe creuse un peu plus le tombeau de ce parti.

  • 18 novembre 2010 · 16h00 Michel Lasalle

    Comme cette commission d’enquête maintes fois réclamée par tout le monde n’a que peu de chances de voir le jour, je me permettrai de noter que ceux qui s’y opposent, indiquent que le résultat n’a que peu de chances d’être probant, que l’on peut aussi dévoiler avant terme des preuves inadmissibles qui dénatureraient le processus; que même s on arrivait à impliquer un tant soit peu le gouvernement actuel, il est loin d’être certain de le faire tomber; et qu’enfin l’alternative, le PQ, n’a que peu de chances de remplacer le PLQ encore et toujours parce que les québécois ne veulent pas de référendum que les partisans tentent d’imposer.

    Un référendum c’est quoi au juste? Chercher à savoir où en sont les gens 15 ans plus tard, ça fait peur… Clarifier des ambiguïtés qui perdurent depuis des années serait malsain? Ça briserait des amitiés, provoquerait des chicanes à n’en plus finir? Est-ce que de ramener la discussion serait si pénible? Bien sûr, ça forcerait des gens à y regarder de plus près dans ce que nous dicte la cour suprême à tout bout de champs. À regarder les préoccupations environnementales du reste du Canada comparée aux nôtres. À regarder quel genre d’implication dans la guerre en Afghanistan aurions-nous jugée acceptable. À regarder ce qui concerne l’avortement, la religion, l’homosexualité, le mariage des gais, l’intégration des immigrants, la peine de mort, la réhabilitation des criminels, l’égalité des sexes… Et quoi encore? Sommes-nous comme les autres canadiens, ou avons-nous des visions différentes à ces égards?

    Est-ce qu’un autre référendum forcerait des gens à trouver des moyens originaux de faire déraper le processus?

  • 18 novembre 2010 · 16h47 Guy A. Guay

    J’ai entendu à la Radio de RC une invitée de Mme Poirier (que j’aime beaucoup, surtout pour son sens de l’humour) affirmer qu’elle ne souhaitait pas qu’une commission d’enquête publique ne soit créée comme quasiment unanimement exigée car cela nuirait à l’image du Québec et au développement des affaires.

    Vaut mieux être sourd que d’entendre cela. Il faudrait donc laisser ceux qui sont à la tête de toute cette corruption généralisée comme un cancer nous extorquer des millions de dollars. Donc plus c’est gros moins on devrait agir. Belle mentalité. Malheureusement je dois dire qu’à ma connaissance Mme Poirier n’a pas trop trop réagi. C’était peut-être la surprise.

  • 18 novembre 2010 · 16h50 Serge Gingras

    Mme Ferreti c’est mis les deux pieds dans les plats en placardant une boîte à lettres, propriété du fédéral. Elle risque d’être poursuivie pour vandalisme et dieu sait quoi encore.

    A-t-elle fait ce choix consciemment ou inconsciemment? Il eut mieux valu choisir un pôteau de téléphone ou une clôture de chantier de construction.

    Tant que les Libéraux auront la majorité en chambre, on pourra toujours protester, ce ne sera que bruit pour rien, aux oreilles de ce parti. De toute façon, ils savent, les députés et autres instances du parti, que les carottes sont cuites. Avec tous ces scandales qui ne cessent de s’accumuler et qui continueront, ils ne peuvent espérer être réélus. Alors autant s’accrocher et en profiter pendant que ça dure, comme disait la mère de Napoleon Buonaparte.

    On ne peut pas dire que l’on s’enuit au Québec. Québec : la capital du divertissement. Il y en a pour tous les goûts. La Belle province! Pour ça oui. Il y en a pour tous les goûts. :-)

  • 18 novembre 2010 · 17h22 Guy A. Guay

    M. Georges Damos se prononce contre la création d’une commission d’enquête publique. C’est son droit.

    Examinons toutefois ses arguments.
    M. Damos commence par attaquer la crédibilité de Mme Legault. Son attaque est futile et ne s’appuie que sur un antagonisme vilement partisan. En effet comme Mme Legault défend le PQ, ce que prétend M. Damos, il est évident que demander une telle commission est condamnable. Ça pu le sophisme.

    Puis, M. Damos commence par enrober son raisonnement de miel et de lieu commun puis finit par asséner le coup de grâce: si les médias appuient la requête pour la création d’une telle commission, c’est uniquement pour leurs besoins de communication. Est-ce que vous souhaitez que les médias gardent le silence sur toute cette affaire? Étiez-vous un des membres du PLQ qui ont gardé un lourd silence sur ce dossier en fin de semaine passée ? Quoiqu’il en soit, vous êtes de ceux qui prône la loi de l’omerta.

    M. Damos rajoute un autre argument imparable. En effet quant il était au pouvoir, le PQ refusa la création de commissions d’enquête publiques dans le fameux dossier des Hells Angels. M. Damos ne voit donc pas pourquoi en en créerait pour les allégations de corruption généralisée. M. Damos ne semble pas faire la différence entre un cancer généralisé et un problème important mais spécifique comme une pneumonie par exemple. De plus il dit que l’approche du PQ de l’époque avait porté de bons fruits. Peut-être devrions-nous donc avoir confiance au PQ pour identifier la meilleure façon de gérer ce problème.

    Après tout ce galimatias, M. Damos ose proférer des insultes à peine déguisées envers Mme Legault et les autres journalistes qui font le travail que le Gouvernement de Charest n’ose pas faire. Sans les journalistes d’enquêtes nous en serions toujours à penser que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : nous ne saurions rien. C’est peut-être, tel Candide, ce qu’aimerait M. Damos, ne rien savoir.

    Guy A. Guay

  • 18 novembre 2010 · 17h37 Mario Goyette

    Je suis seul au monde.
    http://www.dailymotion.com/video/xqavx_corneille-seul-au-monde_music

  • 18 novembre 2010 · 19h21 Gilles Bousquet

    M. Gingras a raison au sujet de Mme Ferreti qui a placardé une boîte aux lettres du Canada fédéral. Si M. Harper voit ça, et s’il sait en plus qu’elle est une séparatiste, Mme Ferreti pourrait bien finir ses jours à Guantanamo ou à Montébello.

  • 18 novembre 2010 · 19h26 Pierre Bouchard

    Texte censuré en réponse à monsieur David à cause de ce mot despote.
    Le Devoir. Plus grande liberté pour s’exprimer dans Voir.

    -Une Analyse?

    L’article serait plus utile si explicitement l’auteur oserait dire que J.J.Charest est un P.M coupé de la réalité québécoise qui ne se résume pas à la mentalité d’un avocat de province qui devenu parvenu confond sa situation personnelle avec celle de tout le Québec dont normalement il est le premier responsable!

    Ce texte pessimiste se veut t-il une célébration insidieuse de l’arrogance vide d’une sorte de sous despote mal élu en décembre 2008 d’une démocratie libérale malade? Le Québec, désespérant de complaisance!

  • 18 novembre 2010 · 20h31 Michel Bertrand

    A Guy A Guay

    J’ai lu votre réponse à George Damos, et vous parlez de sophismes et de partisannerie?

    Parlez pour vous mon vieux! Votre texte est tellement prévisible, votre argumentaire était tellement faible et insipide, je crois que vous êtes sur le pilote automatique! Comme une belle gang ici d’ailleurs…

    Vous l’accusez de partisannerie et vous mentionnez du même fait que si le PQ avait eu des résultats même en refusant les commissions d’enquêtes, c’était dû au fait que c’était le PQ! Non, mais quoi? Vous êtes détenteur de la Vérité? Vous allez me dire que c’est de l’objectivité? On aura tout vu… Vous en fumez du bon, mon vieux…

    Notez que je n’ai rien contre la partisannerie en soit, je suis partisan, moi aussi… Mais ce que je peux pas piffer, ce sont les cons qui accusent les autres d’être plus cons qu’ils ne le sont eux-mêmes.

    Je passe à autre chose: je rajoute à une prédiction que j’ai faite: La motion de censure ne passera pas. Les élus Libéraux ne deviendront pas indépendants et ne feront pas tomber le gouvernement. Et Pauline Marois ne sera jamais Première Ministre. Vous rêvez tous en technicolor.

    Les fédéralistes ne se laisseront pas faire.

    Assez de temps perdu ici.

  • 19 novembre 2010 · 00h30 Carl Castonguay

    Bonsoir,

    En tout cas, le moins qu’on puisse dire c’est que nous voyons transpirer depuis un peu plus d’une année les effets néfastes d’une droite tentaculaire et affairiste qui agit à son gré, qui ne peut et qui ne veut surtout pas être « contrôlée ».La droite, c’est ça et rien d’autre.

    Moi, c’est ça que j’appelle être lucide.
    A+

  • 19 novembre 2010 · 00h48 Guy A. Guay

    @Michel Bertrand

    Vous avez pris la mouche mon vieux ? Vous écrivez :«Mais ce que je peux pas piffer (sic), ce sont les cons qui accusent les autres d’être plus cons qu’ils ne le sont eux-mêmes.» Pouvez-vous, cher M. Bertrand, m’indiquer où dans mon texte aie-je utiliser l’expression «con». Où, pour l’amour de Dieu êtes-vous aller chercher ça ?

    J’ai aussi relu attentivement mon texte pour essayer de voir où j’aurais accusé ce bon monsieur Damos de partisanerie. Je n’ai rien trouvé de semblable. De toute évidence votre sens de l’analyse est pour le moins émoussé mon vieux. Méfiez-vous ! Ça pourrait vous faire rougir un de ces jours où vous seriez moins en forme.

    Enfin, je voudrais souligner qu’ici, sur le sujet en rubrique proposé par Mme Legault, il n’est pas question de fédéralisme. Il est question de corruption, d’un gouvernement corrompu et d’un premier ministre, M. Charest qui ch* dans son froc juste à l’idée penser à une commission d’enquête publique sur toutes ces allégations qui s’additionnent, plusieurs d’entre elles étant corroborées. C’est tout.

    Dormez bien mon vieux et faites attention à vos nerfs. On dirait bien qu’ils sont en train de vous jouer des tours.

    P.S. Une chance pour vous que M. Denis Drouin semble avoir déserté ce blogue. Lui en savait pas à peu près sur les cons. Vous auriez dû lire ses citations sur ce sujet. Vous auriez aimé…

  • 19 novembre 2010 · 09h24 Benoit Carré

    @Georges Paquet

    C’est évident que War and Peace est un pseudonyme. Mais qui nous dit que Georges Paquet n’est pas un pseudonyme, ou le mien même ? Au moins dans le cas de War and Peace on le sait.

    D’autres intervenants semblent prendre pour des idées ce qui n’est en définitive qu’un ramassis de préjugés pour une cause ou pour une autre. Vous-mêmes faites-vous preuves d’imagination ? Présentez-vous des thèses quelques peu différentes de tout ce qu’on retrouve d’un côté ou de l’autre.

    À la place de répandre votre fiel sur tous ceux qui ne partagent pas votre point de vue, montrez-nous votre point de vue. Faites un effort mon vieux et essayez de synthétiser votre pensée, ramassez-la et indiquez-nous, sans tenter de ridiculiser les autres ce que vous pensez sur le sujet du jour présenté par Mme Legault ou d’autres encore. En êtes-vous seulement capable ?

    Tirer sur tout ce qui bouge n’est pas toujours la meilleure façon de se faire entendre.

    Et maintenant pour poursuivre la tradition de M. Drouin, une petite citation pour vous M. Paquet:

    «Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi, mieux vaut attendre un peu qu’on le change en ami.» [Georges Brassens]

  • 19 novembre 2010 · 10h47 Yalpé Nismou

    Deux observations:

    - une commission d’enquête est une forme de cirque qui plait beaucoup aux politicologues, journalistes et commentateurs

    -est-ce que tous ceux qui se sont déchiré leur chemise suite à l’article du Macleans (Thomas Mulcair en tête) sont maintenant prêts à admettre que ce n’était pas du Québec bashing mais une enquête journalistique légitime ?

  • 19 novembre 2010 · 11h12 Warren Peace

    @ya lpénis mou

    Une enquête journalistique légitime n’aurait pas véhiculé des clichés, mais affiché des chiffres au soutien de l’affirmation qui a irrité.Il ne suffit pas d’affirmer que le Qc est la province la plus corrompue; encore faut-il appuyer l’affirmation de statistiques ou d’études qui vont dans ce sens.

    Quand un journaliste étudie la situation dans deux provinces, il peut les comparer et affirmer que l’une est plus corrompue. Mais il ne pourrait pas encore affirmer qu’elle est « the most corrupt ».

    Maclean’s aurait pu l’affirmer toutefois – le cas échéant – si et seulement si ses journalistes avaient étudié la situation des 10 provinces.

    Ils ne l’ont pas fait.

    Je n’appelle pas ça du journaslisme. Sensassiopnnalisme et jaunisme, par contre, conviennent très bien à ce reportage indigne de Maclean’s et de ses éditeurs.

  • 19 novembre 2010 · 11h43 Yalpé Nismou

    Donc le Québec serait la province la moins corrompue du Canada jusqu’à preuve du contraire ?

    Des clichés dites-vous, de quoi parle-t-on au Québec depuis des semaines, des clichés ?

    Existe-t-il un tableau enfoui quelque part dans les archives de Statistiques Canada qui compare le taux de corruption dans les différentes provinces.

    Ici même dans les pages de Voir ça hurle haut et fort que le gouvernement Charest est le plus corrompu, le pire de toute l’histoire, et cela depuis bien avant l’article de Macleans.

    Deux poids deux mesures démontrant l’extrême sensibilité face à la critique venant de l’extérieur.

    Gilles Proulx râle continuellement contre les têtes carrées à la télé, je n’ai pas entendu de hauts cris de ROC bashing, mais qu’un seul joueur de hockey canadien anglais dise le mot frog dans le feu de l’action et voilà que toute la classe intellectuelle du Québec crie au Québec bashing.

    Un observateur externe n’aurait qu’à lire les journaux et les blogues d’ici pour en venir à la conclusion que la corruption est un problème majeur au Québec, il ferait la même chose au Canada et viendrait à une conclusion bien différente.

  • 19 novembre 2010 · 12h52 Warren Peace

    Yalpénis mou

    « Donc le Québec serait la province la moins corrompue du Canada jusqu’à preuve du contraire ? »

    Vous savez lire? Affirmer que preuve n’a jamais été faite du « most corrupt province », ce n’est pas affirmer que »Québec is the least corrupt province ».

    Si je dénonce une affirmation faite sans preuve, ça n’est pas pour en faire une autre, à l’opposé, qui comporterait par ailleurs le même défaut.

    Votre commentaire de 10h43 est très révélateur à votre sujet. Merci de confirmer.

    La présente réplique sera ma dernière sur ce blogue.

  • 19 novembre 2010 · 13h36 Guy A. Guay

    @Yalpé Nismou

    Là je dois dire que je suis bien d’accord avec Waren Peace.
    Vos provocations basées sur la mauvaise foi font écran et nous empêchent d’avoir accès à votre réelle pensée. Du moins c’est ce que j’espère. Car s’il fallait que nous soyons dans le «WYSIWYG», qu’elle tristesse cela serait.

    Guy A. Guay

  • 20 novembre 2010 · 09h36 Yalpé Nismou

    Trois Québécois sur quatre croient que le Québec est corrompu. Pourtant il n’en ont pas la preuve définitive.

    Ce doit être une autre provocation de mauvaise foi ! Quelle tristesse.

  • 20 novembre 2010 · 10h46 Paul° Verreault

    Ce n’est pas le Québec qui est corrompu, c’est John-James qui a installé son népotisme systémique et les corrupteurs ont vite compris leur avantage. Le gouvernement Taschereau avait fait de même et Duplessis (De la droite autonomiste comme l’ADQ) en a profité pour prendre le pouvoir et établir son propre système corrompu. Lesage a créé une commission d’enquête qui a purifié l’air politique du Québec jusqu’en 1970. Le P.Q. en 1976 a fait aussi une commission d’enquête. Une commission d’enquête sert à faire le « ménage » et le « ménage » n’est jamais définitif, il faut le refaire de temps en temps. Et ce n’est pas cher à comparer aux milliards $ qu’elle nous fera épargner en factures gonflés pour des travaux, en pots-de-vin etc.

  • 20 novembre 2010 · 12h28 Hélène Poulin

    Tiré du livre de Claude Ryan : Les valeurs libérales et le Québec moderne http://www.plq.org/files/documents/9v/a7/valeurs-liberales.pdf

    Page 9 de la préface signé de la main de Jean Charest

    « À travers les époques et les grands leaders qui les ont
    marquées, le Parti libéral du Québec a assumé une responsabilité
    historique qui est celle du changement et du
    renouveau. Pour le Parti libéral du Québec, la remise en
    question n’est pas un sacrilège, elle est inhérente au devoir
    d’État ».

    Faudrait peut-être lui rappaler cette ligne:
    Pour le Parti libéral du Québec, la remise en
    question n’est pas un sacrilège, elle est inhérente au devoir
    d’État

  • 22 novembre 2010 · 12h31 Guy A. Guay

    @Yalpé Nismou
    Oui, quelle tristesse en effet !

    Guy A. Guay

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres