On parle souvent des "belles-mères" du PQ. Ces anciens chefs – en fait, des "beaux-pères" – sont connus pour leur penchant à prodiguer leurs conseils très publiquement à leur successeur du jour.

Or, le Parti québécois a également son lot de fantômes. Des "ex" de toute évidence déterminés à revenir hanter leur ancien parti.

Dans le rôle du fantôme en chef: François Legault – homme d'affaires prospère, ex-ministre vedette et ex-rival de Pauline Marois côté chefferie. Très ambitieux, dès son départ en 2009, on devinait déjà qu'il ne resterait pas éloigné des caméras trop longtemps.

Et donc, dès ce printemps, il créait la Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ). Son partenaire: le multimillionnaire Charles Sirois – un libéral militant de longue date et un proche de Jean Charest. Tout un mariage.

Après le choc et la dénégation, bien des péquistes ont compris que si leur ex-collègue venait à se trouver un nouveau véhicule d'ici la prochaine élection, il pourrait leur gruger pas mal plus de votes qu'au Parti libéral.

Même les plus sceptiques ont fini par voir que l'influence marquée du très libéral Charles Sirois veut dire que la vraie cible de la CAQ est en fait le parti qui trône au sommet des sondages, soit le PQ…

Un tsunami pédagogique?

Au Québec, plusieurs facteurs ont alimenté le tsunami NPD-orange du 2 mai, dont une colère sourde de l'électorat québécois contre son propre "establishment" politique.

Tellement qu'il en a pulvérisé le Bloc et même congédié Gilles Duceppe, un de ses politiciens les plus dévoués.

Or, certaines plumes y ont vu un grave cas de "névrose collective". D'autres, celui d'une méchante bande de "caves" soudainement décervelés. Une grosse erreur d'analyse.

D'autres, plus jovialistes, se consolent de voir, comme le montrait le sondage Léger Marketing/Le Devoir du 14 mai, que 41% des Québécois sont toujours souverainistes. Oubliant, par contre, que le PQ ne leur offre aucun engagement clair dans ce sens.

Et pourtant, ce ras-le-bol est bien réel.

Au point où si l'"establishment", dont celui du PQ, refuse d'y répondre avec intelligence, audace et clarté – incluant auprès des plus jeunes -, la prochaine élection québécoise pourrait être, elle aussi, une boîte à surprises.

Surtout si le fantôme Legault s'y présente drapé de ses plus beaux habits de "nouveauté". Aussi trompeurs soient-ils.

"Trompeurs" parce que, dans les faits, il n'y a rien de plus vieux et de plus usé dans le paysage politique québécois des derniers 150 ans qu'un énième "nouveau" parti plus ou moins de droite et plus ou moins nationaliste. Mais ça, c'est une autre histoire…

L'avertissement est pourtant clair: gare aux partis qui sous-estiment l'humeur massacrante d'une partie non négligeable de l'électorat.

Le 20 avril, j'avançais dans cette page qu'avec la possibilité d'un gouvernement Harper majoritaire et le retour de François Legault en politique, "il semble bien que 2011 soit l'année de tous les dangers (…) autant sur la question nationale que sur la montée d'une certaine droite populiste".

L'élection du 2 mai confirmait la première partie de cette hypothèse. Il reste maintenant à voir si M. Legault créera un nouveau parti ou prendra la direction d'une ADQ en attente d'un nouveau prince charmant. Car ce sera un ou l'autre.

Il fallait d'ailleurs entendre Charles Sirois déclarer que la CAQ listerait d'ici la fin de l'année "12 à 16 actions concrètes".

"On définit quelles sont les réparations que l'on veut faire à notre maison du Québec", de dire M. Sirois, "et par la suite, les gens choisiront leur entrepreneur général". Et d'ajouter surtout que "passer à l'action (…), ça, tu le fais avec un bulletin de vote"!

Quant à la toujours franche députée adéquiste, Sylvie Roy, elle déclarait ceci: "Moi, je suis une partisane que [sic] tous les mouvements de droite se rencontrent dans un même parti parce que divisés, on est toujours moins forts.". Et la députée de nommer l'ADQ, le Réseau Liberté-Québec, Legault et les Lucides…

On ne s'en sort pas. Cette possible nouvelle division d'un vote francophone déjà passablement fractionné pourrait fort bien produire un gouvernement minoritaire. Péquiste… ou libéral.

D'ailleurs, parlant "fantômes" du PQ, on en retrouve aussi à l'ADQ, dont Raymond Bréard. Conseiller d'un candidat à la chefferie adéquiste de 2009 et maintenant responsable de l'organisation, M. Bréard était directeur général du PQ sous le gouvernement Landry.

Mais ce poste, il l'a perdu en 2002 lorsque Pauline Marois avait obtenu sa tête à la suite de la fameuse "affaire" Oxygène 9. Or, les décapités politiques reviennent rarement au bercail.

Connaissant aussi bien l'ADQ que le PQ, il pourrait peut-être contribuer à rapprocher lentement François Legault et Gérard Deltell. Qui sait?

À moins que ces deux messieurs ne commettent la même erreur politique, le même péché d'orgueil, que le NPD et le PLC semblent vouloir commettre au fédéral. Soit en croyant qu'ils pourront se passer l'un de l'autre pour la suite des choses…

À suivre.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , , , ,

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 16

  • 18 mai 2011 · 15h18 Diane Leclerc

    Je pense qu’on est loin d’être sortis de l’auberge. Le PQ va prendre toute une débarque avec Mme marois, la mal-aimée de Monsieur-Tout-le-Monde aux prochaines élections. Et nous devrons encore patienter au moins quatre sinon huit-10 ans avec le parti démagogique (oh! pardon: démocratique) ou le soi-disant nouveau parti libéral Legault-Sirois.

    C’est à désespérer…

  • 18 mai 2011 · 16h11 Gilles Bousquet

    Il ne faudrait pas désespérer. Nous vivons dans un pays qui fait l’envie du monde entier « sauf pour notre climat d’hiver et l’actuelle inondation du Richelieu ». Pas de vilaines bêtes dangereuses,, pas de serpents venimeux sauf des maringouins l’été et des mouches noires dans le nord, certains jours.

    Notre économie va bien, presque pas de chômage et nous sommes même à la veille de manquer de main-d’œuvre. Nous possédons généralement des gros téléviseurs plats, des ordinateurs, des Centres d’Achats où tout se vend, plein d’électricité pour nous chauffer l’hiver, de la nourriture pas trop chère à l’année etc.

    Notre langue française pouvait être en danger mais Mme Marois promet que, si nous élisons le PQ au pouvoir, elle va améliorer la loi 101 pour protéger le français un peu partout plus une constitution québécoise plus des pouvoirs supplémentaires pour le Québec plus, plus, plus.

    Comme le CAQ se dit fédéraliste, principalement avec M. Sirois et M. Legault qui a perdu la foi souverainiste, il devrait enlever plus de votes au PLQ, fédéraliste itou.

    Nous pouvons comprendre qu’au fédéral, les souverainistes peuvent voter pour un parti fédéraliste parce qu’un parti souverainiste n’a pas affaire là après 20 ans à tenter d’améliorer la place du Québec dans le Canada, quand il veut l’en sortir mais, au provincial, si les souverainistes votent pour des partis fédéralistes, ils ne méritent simplement pas la souveraineté du Québec, par manque de logique élémentaire, même si certains aimeraient mieux avoir Superman ou Wonderwoman, à la place de Mme Marois, comme chef.

  • 18 mai 2011 · 17h41 Jean-Pierre Gascon

    2011 la nébuleuse!!! 2012 la faucheuse???

    Il est à se demander, Mme Legault, si le peuple québécois est entré politiquement dans une dynamique suicidaire collectivement consentie depuis 1996. Tout ce qui s’est produit sur la scène politique au Québec depuis la quasi victoire du Oui lors du référendum de 1995 jusqu’à ce jour me laisse pantois. J’ai le triste sentiment, hélas, que de plus en plus de Québécois préfèrent le statut politique actuel colonial (la dépendance à un maître) à celui d’une liberté politique pleine et entière (l’indépendance) qui seule peut assurer l’existence et le développement normal de la nation québécoise.

    J’ose encore croire, puisqu’il n’est toujours pas trop tard selon moi, que nous ne choisiront pas délibérément la voie de la louisianisation du Québec pour les générations futures de Québécois…quel horrible scénario !!!

  • 18 mai 2011 · 17h58 Serge Gingras

    Les jeux ne sont pas faits.

    Rien n’indique que le PQ sera au pouvoir aux prochaines élections.

    Et côté principes, le PQ vient de se tirer dans le pied avec Mme Maltais qui veut faire taire le respect des lois, des procédures et de la démocratie, : cela dérange le maire Labeaume.

    Je croyais que l’affaire Michaud avait échaudé les députés péquistes et que désormais les principes fondamentaux de démocratie prendraient le pas sur l’électoralisme à courte vue et la ligne du parti errant, déviant du droit chemin.

    La dignité, l’honneur du Québec repose encore une fois entre les mains d’un seul homme : Amir Khadir, même pas Péquiste, mais démocrate au fond de l’âme.

    Sodome et Ghomore auraient été épargnées si Loth avait trouvé une seule âme honnête. Mais il n’y en avait pas. Le feu du Ciel s’abattit sur elles. Les membres du PQ devraient revoir leurs classiques, ils éviteraient bien des faux pas coûteux et impardonnables.

    Quand la fibre morale fait faut bond l’électeur cherche ailleurs. Le PQ est désormais bien mal placé pour donner des leçons de moral aux Libéraux.

    Pas brillants les Péquistes.

  • 18 mai 2011 · 20h10 Gilles Bousquet

    M. Gingras, la Ville de Québec et ses environs allant jusqu’au Lac St-Jean et la Bas du Fleuve et la Côte Nord sont très majoritairement en faveur d’un retour d’un club de hockey de la LNH…les nouveaux Nordiques. Le comté de Mme Marois, Charlevoix, fait partie de cet environnement.

    Si le projet Labeaume est mis en échec, par des intérêts, que nous pouvons facilement deviner qui ils peuvent être, ennemis des intérêts de M. Péladeau, nous pouvons dire adieu au projet. Un Québécois francophone qui rame large fait des jaloux dans sa communauté et ailleurs aussi.

    Écrire que ceux qui s’opposent à ce projet sont plus honnêtes que ceux qui sont en faveur, ne me semble pas si clair que ça. Quand on veut tuer son chien…

  • 18 mai 2011 · 21h43 Daniel Daoust

    « La dignité, l’honneur du Québec repose encore une fois entre les mains d’un seul homme : Amir Khadir »

    Je vais essayer de réaliser, dans les prochaines minutes, l’oeuvre entière de la vie de Guy Laliberté.

    ….

    Incapable.

    Je vais essayer de réaliser, dans les prochaines minutes, l’oeuvre entière de la vie d’Amir Khadir:

    « Je suis contre la pauvreté »

    Wow. Succès!

    La dignité: tout un pouvoir dans les mains d’un seul homme.

    DD

  • 18 mai 2011 · 22h31 Gilles Bousquet

    M. Daoust, tout le monde que je connais, est contre la pauvreté.

  • 19 mai 2011 · 08h07 thibaudeau Claire

    Je suis orpheline de médecin et aussi orpheline en scène politique.
    Comme plusieurs, je m’interroge sur la pertinence des partis.
    On a vu ce qui s’est passé au fédéral, à mon avis, on vivra le même sort au provincial.

  • 19 mai 2011 · 10h17 Richard Laurin

    Certes, le paysage politique s’assombrie au point d’en perdre un peu le nord..Faut blâmer les bonne personnes pour cela et surtout ne pas chercher à culpabiliser l’électeur qui compose avec ce qu’on lui offre.

    Le premier pour moi est l’intellengcia du PQ qui prône par l’absurde ou la pensée magique comme si le pouvoir va leur tomber dans les mains.Les Québécois ont exprimé le 2 mai leur lacitude et leur exaspération face au discours qui reprend les mêmes thèmes maintes fois répétés.

    Je pense qu’il faut cesser d’attendre le jour J qui,si je regarde ce qui se passe depuis 1995 (dernier référendum),ne viendra pas.Il faut rebrasser les cartes,comme le faisait si bien M.Lévesque,et repenser cette stratégie de l’attentisme qui ne donne rien.

    Je pense que la démarche de M.Legault permet d’avancer dans ce climat stagnant et malsain.Occupons nous au moins de nos affaires et remettons de l’ordre dans la baraque avant qu’on vienne nous dire que c’est assez et qu’il faut couper à la scie à chaîne.

  • 19 mai 2011 · 14h35 Serge Gingras

    La manoeuvre du maire Labeaume coûte cher aux contribuables du Québec et tous les profits vont dans la poche de M. Péladeau. C’est ce contre quoi je m’insurge.

    Que l’on fasse les choses dans les règles et il n’y aura pas de levées de boucliers.

    Ce n’est pas quelques mois de plus, quelques années de plus qui sonneront la mort du projet.

    M. Labeaume est trop pressé. Il coupe les coins ronds, comme on dit communément. Procédons par étapes, dans les règles, dans l’esprit des lois et on arrivera au but de toute façon.

    Je me suis insurgé contre la manière cavallière qu’a M. Labeaume de faire des affaires aux frais des contribuables. M. Labeaume est un boutiquier, rien de plus. Il manque de hauteur, moralement parlant. M. Labeaume est un Néo-libéral et ce n’est pas un compliment.

    Il a fallu deux députés indépendants pour sauver l’honneur de l’Assemblée nationale. On a pas eu besoin de M. Khadir. L’ADQ aussi aimerait se faire élire dans la région de Québec. Ces deux députés indépendants seraient-ils suicidaires?

  • 19 mai 2011 · 16h09 Alain Cormier

    @ Monsieur Gingras : Les beaux esprits se rencontrent… ;-) Je viens d’écrire une lettre ouverte à Pauline Marois qui va tout à fait dans le sens de votre propos. Si le coeur vous en dit, c’est par ici :
    http://lachaine.eklablog.com/lettre-ouverte-a-pauline-marois-a3746160#

  • 19 mai 2011 · 17h54 Serge Gingras

    M. Cormier, vous me flattez, mais je ne proteste pas. :-)

    Nous sommes en effet d’accord. Vous vous êtes exprimé en long et en large et fort bien en plus. Chapeau!

    Cela dit, au bulletin de nouvelles de 17:00 h., on nous informe que M. Labeaume aurait gagné la première manche, mais pas la bataille.

    Il y aura un autre tournant décisif après étude à tête reposée de toute la question. Je veux bien. Entendre tous les partis s’inscrit dans le processus démocratique que nous défendons.

    Au Club des Ex, ce midi, on en a discuté avec intelligence.

    Attendons la suite.

    Cordialement

  • 19 mai 2011 · 22h00 Réjean Asselin

    Monsieur Cormier !

    Je partage votre point de vue concernant l’attitude du PQ face au petit Napoléon de Québec et de l’Empereur Péladeau ! Votre lettre à madame Marois me rejoint totalement. Je suis aussi souverainiste avant d’être social-démocrate et j’avoue que je vote pour le PQ justement à cause du projet souverainiste car idéologiquement je suis plus prêt de Québec Solidaire que du PQ !

    Le PQ tout comme tous les autres partis politique du Québec ( a l’exception de Québec Solidaire ) essai tant bien que mal de séduire a tout prix la ville de Québec a des fins électorales ce qui fait du petit Napoléon un maire grandement surestimé qui profite largement de cette course a la séduction qui commence donner des allures de Vaudeville ! Faut-il réellement s’abaisser a ce niveau pour faire le plein de votes ???????

    Que John James Charest tombe dans la séduction primaire c’est dans la  » nature  » du PLQ ! Que l’ADQ en fasse autant c’est aussi la marque de commerce de ce parti, rappelons nous Mario Dumont et sa manie de jouer sur les événements du moment pour se faire du capital politique ! Mais que le PQ s’embarque dans une course comme celle-là me déçoit beaucoup !

    Ceci étant dit je souhaite une équipe de hockey de la ligue nationale a Québec et je suis sincère mais il y’a des façons de se comporter correctement et d’autres qui ressemble beaucoup plus a de la putasserie !

  • 20 mai 2011 · 07h21 Gilles Bousquet

    PKP est le seul qui peut tenir tête à la famille Desmarais avec ses nombreux journaux fédéralistes. Cette famille, grande amie de tout ce qui se fait de fédéralistes au Québec en plus de M. Sarkozy et de Radio-Canada. Si le projet Péladeau de M. Labeaume, tombe à l’eau, qui va le ramasser ? La famille Molson ? La famille Desmarais ? Personne ?

  • 20 mai 2011 · 07h49 Réjean Asselin

    Monsieur Bousquet !

    Le père de P.K.Péladeau, le fondateur de Québécor, représentait pour moi l’image de l’industriel qui avait des convictions autres que juste le ca$h et le pouvoir. Il était aimé de ses employés et entretenait un amour de la nation québécoise que son rejeton n’aura JAMAIS étant trop préoccupé par le pouvoir, le ca$h et sa « jolie  » frimousse dans le top des hommes les plus riches du Canada !

    Aujourd’hui Québécor se rapproche beaucoup plus des adéquistes ( conservateurs du Québec ) des conservateurs et de la petite gang du Réseau Libâââârté Québec. Le ca$h finira par nous anéantir comme peuple distinc.

    En attendant je suis pas mal écoeuré de voir Labeaume jouer au petit dictateur devant des partis politique constammnet a genoux devant lui !

  • 20 mai 2011 · 08h17 Gilles Bousquet

    M. Asselin, le Journal de Montréal est le seul journal à très grande distribution qui ouvre ses pages à des chroniqueurs souverainistes. Quand on lui met des bâtons dans les roues, on aide son principal compétiteur, la grosse Presse de la famille Desmarais.

    M. Péladeau n’est peut-être pas parfait en tout mais, entre favoriser Péladeau et Desmarais, je sais ce que je préfère.

    Quand nous étions pauvres, que nous crachions sur l’argent pour ne pas nous rétrécir les portes du ciel catholique, ce sont nos Anglos qui ramassaient le fric. Faut pas vivre juste pour ça mais, pas de fric, pas de pouvoir, pas de pouvoir, pas de fric.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel