Sept ans après sa sortie du Conservatoire, Paul Ahmarani était convaincu d’être un mauvais acteur… Révélé en 2000 dans La moitié gauche du frigo de Philippe Falardeau, « qui a mis en valeur l’humour décapant et l’intelligence vive d’une génération urbaine qu’on n’entend pas toujours, celle de la trentaine allumée« , il a dû jubiler en lisant ces mots de Juliette Ruer: « C’est qui, cet oiseau-là? D’où sort-il? Ahmarani passe à l’écran et on se réveille. En voilà un qui plaît à la caméra, un qu’il faudrait surveiller, un qu’il faudra retenir.« 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres