À Cinemania, Vincent Rottiers est la tête d’affiche de trois films, dont Renoir, de Gilles Bourdos, où il incarne le grand cinéaste en son jeune temps.

Connu pour ses rôles d’adolescents tourmentés (Je suis heureux que ma mère soit vivante de Claude et Nathan Miller) et de jeunes délinquants (Qu’un seul tienne et les autres suivront de Léa Fehner), Vincent Rottiers, qui en 10 ans de carrière s’est constitué une filmographie plus qu’enviable, devient malgré lui l’une des vedettes du 18e Festival de films francophones Cinemania.

Ainsi, au cours des prochains jours, on le verra en ami paumé de Tahar Rahim et Jalil Lespert dans Love and Bruises de Lou Ye, en fermier entêté dans L’hiver dernier de John Shank aux côtés d’Anaïs Demoustier et Aurore Clément, et, surtout, en aspirant cinéaste dans Renoir de Gilles Bourdos. "Appelez-moi Jean, si vous voulez", a lancé en riant le jeune acteur lors d’une entrevue accordée au Festival de Cannes.

Dans Renoir, film lumineux rappelant les plus belles toiles du grand maître impressionniste, on retrouve le vénérable Michel Bouquet dans le rôle du peintre Auguste Renoir, récemment veuf, qui retrouve goût à la vie et à la peinture grâce à une jeune modèle rousse et pulpeuse (Christa Theret). Blessé à la jambe par un éclat d’obus à la guerre, écrasé par le génie de son père, le jeune Jean trouvera également chez elle une muse.

"Je ne me sentais pas du tout écrasé par Michel, qui est vraiment gentil; il m’a mis à l’aise simplement, naturellement. Il n’est pas du tout dans les trucs de stars, alors du coup, il est super adorable. Ce qui m’a marqué chez lui, c’est sa patience, son calme. C’est un grand monsieur. Il est tout le temps là pour les champs et contrechamps, il est généreux."

Délicat et de petite taille, Rottiers ne correspond pas du tout à l’image que l’on se fait de Jean Renoir: "J’étais surpris et même super remué qu’on m’offre ce rôle parce que Jean Renoir, c’est le plus grand cinéaste, selon certains. Comme il existe peu de photos de lui jeune, Gilles m’a dit qu’il n’avait pas nécessairement de références pour la ressemblance. J’ai tout de même pris un petit peu de poids, même si je ne me sentais pas obligé de lui ressembler. En fait, je me sentais plutôt libre puisque je n’avais pas besoin de le copier."

Renoir de Gilles Bourdos, en présence de Christa Theret
Les 8 et 10 novembre

Love and Bruises de Lou Ye
Le 9 novembre

L’hiver dernier de John Shank
Le 10 novembre

Cinemania
Jusqu’au 11 novembre
www.festivalcinemania.com

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Concours

+ Concours →