Crime de lèse-majesté

26 mai 2008 16h53 · Josée Legault

 

Voilà que la controverse émerge à nouveau des neurones amplement pamphlétaires de Victor-Lévy Beaulieu. Cette fois-ci, c'est Michaëlle Jean, la GG, qui en prend pour son rhume.

Dans les suites de l'absence marquée de Jean Charest au lancement du 400e de Québec en France et de l'omniprésence presque déifiée d'une GG enjoignant Sarko de regarder «au-delà du Québec» pour mieux clamer son amour du Canada, VLB qualifie la GG de «reine-nègre» dans le dernier numéro de l'Aut'journal.

VLB faisait évidemment référence à la théorie classique du Roi nègre – ces chefs et exécutants, nationaux ou provinciaux, entretenus et protégés par le pouvoir colonial pour mieux vendre à la populace «locale», dont ces chefs proviennent eux-mêmes, des politiques qui vont à l'encontre des intérêts des «colonisés», mais qui rencontrent ceux des «colonisateurs». Le mot «nègre» n'ayant, bien sûr, rien à voir avec la couleur de la peau de l'exécutant, mais tout à voir avec son état de soumission typique d'un esclave d'un autre genre, soit l'esclave métaphorique grassement rémunéré pour ses services.

VLB a aussi repris l'évidence, soit que la nomination de Michaëlle Jean fut de nature stratégique pour Paul Martin, et que celle-ci s'est avérée être une fort bonne prise pour Ottawa! Et VLB d'ajouter qu'elle «était noire, jeune, jolie, ambitieuse et, à cause de son mari, sûrement nationaliste aussi – mais nationaliste, qui ne l'est pas au Québec?». Et VLB de conclure que la GG fut ainsi mise «au service d'un régime cherchant à tout prix à faire du multiculturalisme la pierre d'assise du pays.».

Certaines voix au Bloc ont condamné le propos. L'auteur Dany Laferrière y a vu une «insulte» découlant du fait que la GG soit bel et bien noire. VLB aurait donc surtout eu le désir de blesser. Ce faisant, «on poignarde sans couteau», écrit-il dans La Presse d'aujourd'hui, «enlevant ainsi à la victime son premier droit, celui de se plaindre». La GG est bien des choses, mais sûrement pas une victime.

Je peux toutefois comprendre que le terme «nègre» puisse blesser jusqu'à l'os, quel qu'en soit son usage. Et ce même si le contexte fait foi d'une référence uniquement politique. Cruellement politique peut-être, mais non raciale. Le fait est que ses déclarations sont fortement politiques, qu'elles servent le discours officiel d'Ottawa et minimisent l'importance du Québec, le tout ayant été livré dans le cadre d'un événement aussi sensible politiquement que le 400e et touchant la question encore plus sensible de la voix internationale de plus en plus vacillante du Québec.

Tout cela, la GG est assez intelligente pour le savoir.

Il reste que si ce qu'elle fait et dit est d'une efficacité redoutable et rend un service considérable aux intérêts canadiens, c'est surtout parce qu'elle est Québécoise et francophone. Elle a beau être très jolie, articulée et faire vachement multiculturelle, le fait que cette communicatrice professionnelle soit du Québec et francophone est ce qui confère la plus grande efficacité à son discours manufacturé par Ottawa. 

Pourtant, malgré la controverse actuelle, on connait nos classiques sur le sujet. En 1958, même le grand André Laurendeau, écrivant sur nul autre que Maurice Duplessis et la complaisance de la presse anglophone à son égard, avait consacré une série de trois éditoriaux brillants dans Le Devoir à la «théorie du Roi nègre»…

Mais s'il faut dorénavant purger l'expression consacrée, incluant sa récente féminisation, dès que la personne concernée est noire, alors, essayons-en d'autres.

Dans le cas de la GG, je suggère «la voix de son maître», ou «celle qui en donne toujours plus que son client fédéral en demande».

Par contre, je ne sais pas si Dany, que j'aime beaucoup, sera aussi d'accord avec moi pour dire que dans certains cas – disons, celui dont on parle ici -, la soumission volontaire n'a pas plus de couleur que l'argent et le confort offerts en échange n'ont d'odeur…

Qu'on parle ici, entre autres, d'un Jean Chrétien ou d'un Trudeau, on voit bien qu'un roi-nègre n'a pas de couleur – aussi «coloré» puisse-t-il être ou avoir été.

Si la communauté haïtienne a le droit le plus absolu d'être fière de voir une «chef d'État» venant d'Haïti et ce, même si elle est une non-élue et représente un anachronisme politique de plus en plus évident, il est à espérer que la critique envers ce qu'elle fait au niveau POLITIQUE ne sera pas interdite pour cause de lèse-majesté découlant de la couleur de sa peau.

Partagez cette page

Classé dans :  Archives
+ sur le même sujet :  ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 22

  • 26 mai 2008 · 18h39 Claude Perrier

    Les chiens aboient, la caravane passe. Vous connaissez le proverbe? Non? Essentiellement, cela veut dire qu’il ne faut pas trop s’en faire avec ceux qui déchirent leur chemise en public, ou dans certains cas brûlent leurs livres… Pas la peine de se taper une crise d’urticaire pour quelques médisances bien puériles, après tout.

    Que le fait de se donner en spectacle puisse amuser un moment la galerie, c’est sûr. Mais ajouter supplémentaire sur supplémentaire devient lassant, à la fin. Quelqu’un quelque part en redemande-t-il vraiment? Sans doute un inconditionnel, possiblement informé sur le tard des précédentes représentations.

    Pour tous les autres, toutefois, il est grand temps de passer à autre chose de plus intéressant et, surtout, de plus édifiant. À commencer par les médias auxquels on ne devrait pas avoir à rappeler que, de par le vaste monde, il y a des nouvelles plus consistantes qui valent davantage la peine d’être rapportées.

  • 26 mai 2008 · 23h18 Jean-Pierre Dubé

    Bof ! Notre agente québécoise M. Jean, Double G pour les intimes, finira bien par redonner une taloche à ces fédéralistes un peu trop confiants !

    Désolé M. Perrier, les chiens risquent d’aboyer longtemps…

  • 26 mai 2008 · 23h21 Normand Parisien

    Je trouve regrettable que certains membres de l’élite de notre société semblent avoir beaucoup de difficultés à accepter les changements de celle-ci, qui devient de plus en plus politiquement correcte. Dans le passé, ici au Québec, un homme influent s’en prenait aux juifs et à l’holocauste, ensuite cela a été le tour des musulmans et des siks avec les accomodements raisonnables et maintenant c’est le tour des noirs à cause du travail honorifique d’une d’entre eux. Dans notre Québec, où la liberté d’expression permet à certains d’en abuser, j’estime que les médias d’information ne devraient jamais donner une tribune à tous ces intellectuels rétrogrades qui cachent mal leur jeu.

    Il ne s’agit pas d’un crime de lèse-majesté mais bien d’une résurgence d’une mentalité raciste qui semble prendre son origine quelque part entre la 1ère et la 2e guerre mondiale, à une époque où les gens de cette génération subissaient les enseignements de leurs maîtres à penser dans le système scolaire. Il y a des mauvaises habitudes, bien ancrées dans la population, dont il est préférable de se méfier et il ne faut jamais les ignorer ou tenter de les minimiser. J’ai été vraiment dégouté lorsque j’ai appris cette nouvelle sur mon téléviseur: pourquoi ne pas instaurer une règle de censure, à l’interne, dans les différents médias?

  • 26 mai 2008 · 23h31 Jean-Pierre Dubé

    C’est pas du racisme. C’est davantage de la colère, de la frustration, de l’impatience, du ressentiment… de la part de VLB. Je comprends personnellement tous ces sentiments chez lui.

    Je demeure en désaccord avec l’utilisation du mot qu’il a choisi… même si cela fait référence à un concept des années 1960.

  • 27 mai 2008 · 10h47 David Lépine

    Selon Mme Legault, tous les Québécois francophones qui servent le régime fédéral canadien sont des rois-nègres. De Duplessis à Trudeau et Chrétien. Elle oublie Jules Léger et Jeanne Sauvé. Mme Jean ne serait que la dernière version 2008.

    Cela démontre le peu d’estime que les souverainistes ont pour tous ceux qui sont en désaccord avec leurs idées politiques. Dommage pour eux qu’ils soient incapables de convaincre leurs concitoyens du bien fondé de leur doléances.

    Insulter les personnes qui occupent des postes dans le régime fédéral m’apparaît comme une stratégie du désespoir. Quand on est à court d’arguments, on s’abaisse à l’injure personnelle. Pas très édifiant et surtout pas porteur d’un renouveau de la popularité de la souveraineté.

  • 27 mai 2008 · 11h45 Josée Legault

    En réponse bien respecteuse à David Lepine, je regrette de vous décevoir, mais je n’ai jamais exprimé ou défendu ce genre de vision manichéenne de la réalité.
    La définition classique du Roi nègre est bien connue et elle s’applique malheureusement, à mon humble avis, lorsqu’un «chef» local mine les intérêts du groupe dont il provient, et qu’il est censé représenter pour mieux servir d’autres intérêts. Ce qui ne veut pas dire qu’au Québec, tous les fédéralistes sont ainsi. Pas du tout.
    Robert Bourassa, par exemple, aura au moins tenté de réparer le gâchis de 1982 avec Meech. D’autres fédéralistes québécois (ou devrait-on plutôt les qualifier plus précisément de confédéralistes étant donné leur recherche d’un statut particulier), ont cherché par le passé à renforcer le Québec à leur manière à l’intérieur du Canada.
    Leur problème aujourd’hui est que cette porte est irrémédiablement fermée, d’où cette autre formule consacrée du «on agira lorsque le fruit sera mûr»…..
    Par contre, il y a aussi ceux qui, encore une fois, ont miné ou mine les intérêts du Québec et en récoltent un certain nombre d’avantages pour eux-mêmes. Cela existe. Si vous avez une expression plus politiquement correcte pour les décrire, c’est une autre histoire.

  • 27 mai 2008 · 13h07 Jean-Pierre Dubé

    À M. Lépine

    Que vous le vouliez ou non, que vous le déploriez ou non, une partie significative de la population québécoise juge qu’Ottawa ne devrait régir d’aucune manière que ce soit tout ce qui a trait au Québec.

  • 27 mai 2008 · 13h11 David Lépine

    Mes excuses Mme Legault. Je comprends maintenant que vous ne visiez pas tous les Québécois francophones qui servent le régime fédéral mais seulement la vaste majorité de ceux-ci. Car, selon vous, les intérêts du groupe que représentent ces rois-nègres ( les autres intérêts) ne sont pas compatibles aux intérêts du Québec ( le groupe dont ils proviennent). C’est votre opinion et je la respecte en tant qu’opinion, mais ce n’est pas une évidence incontournable.

    Georges Vanier, Jules Léger, Jeanne Sauvé seraient aussi des rois-nègres selon votre interprétation. Ils ont été nommés par le gouvernement du Canada à un poste honorifique et symbolique, et soyons franc, un poste hautement archaïque tout comme Mme Jean. Qu’ont-ils fait dans leur carrière de si compromettant pour l’intérêt du Québec et des Québécois ? Si l’accusation vaut pour Mme Jean, elle vaut sûrement pour les autres GG québécois.

    Je crois qu’on s’acharne sur elle parce que, vu les antécédents de son mari, elle ne suit pas la logique du parti souverainiste qui ne tolère aucune collaboration et serait une traître à cette cause. Mais cette cause n’est même plus vivante au sein du PQ. En toute logique, si elle est une véritable reine-nègre, son royaume est drôlement réduit. Je crois que vous vous trompez soit de reine ou soit de royaume.

  • 27 mai 2008 · 17h06 Claude Perrier

    Ahhhhhh… Rien de tel qu’un petit débat entre personnes civilisées!

    Et, à présent que tout le monde a pu respectueusement considérer des opinions divergentes des siennes, que chacun se soit excusé (sans trop en remettre autant que possible), et compte tenu que les soirées sont encore plutôt fraîches en cette fin de mai, pourquoi ne s’installerait-on pas tous autour d’un chaleureux feu de camp?

    On pourrait même alimenter les flammes avec de gros bouquins (choisis pour l’occasion) sans que cela ne contrarie qui que ce soit, si j’ai bien compris certains « us » particuliers à toute cette affaire. Et, comme le fond de l’air risque malgré tout de s’avérer assez frisquet, on pourrait même se réchauffer davantage en bougeant un peu au son d’envoûtants tam-tam!

    Quelle belle soirée réconciliatrice en perspective, non?

  • 27 mai 2008 · 19h58 Jean Pierre Bouchard

    La définition faite par J.Legault du roi nègre est exacte. Nous avons connus des rois nègres ici comme Chrétien et avant Trudeau et ils étaient pâles de couleur. Présentement, J.Charest en est un tout comme M.Jean.

    Des individus qui se vendent au plus offrant ça c’est notre humanité de rouleurs, de manipulateurs, d’abuseurs et d’escrocs. Et ces gens là aiment se faire voir, ils sont terriblement narcissiques.
    C’est la moindre des choses que la liberté d’expression existe pour que nous puissions le dire sans se faire enfermer ou exécuter.
    Le monde n’est pas tout beau et gentil.

  • 28 mai 2008 · 00h09 Jean-Pierre Dubé

    Cher M. Lépine, le « traître » Trudeau c’est d’abord Trudeau-le-politicien envers Trudeau-l’intellectuel ! Que personne ne l’ait vu ou compris, à commencer par les fédéralistes-tout-mêlés, est tout à son honneur !

    Faut comprendre la dialectique traître-patriote avant de l’évoquer. Faut comprendre le Canada avant de le défendre. Faut comprendre l’HIstoire du Canada avant d’en donner une leçon (i.e. M. Pratte).

    En passant, Mme Michaëlle Jean est Gouverneure Générale du Canada, représentante de la Reine d’Angleterre au Canada. Son budget total a été augmenté récemment si ma mémoire est bonne. Le Canada coast to coast n’est plus un Dominion d’Angleterre mais les symboles demeurent. Le Canada coast to coast n’est pas le « Royaume du Canada » de Jacques Cartier mais Mme Jean se comporte tout de même étrangement comme une Reine… qu’elle n’est pas, on s’entend.

    Au centre-ville de la Métropole québécois, sur la rue René-Lévesque, je vois la statue du « Père de la confédération » et non celle du « Père du Québec » qui a déjà dit dans un texte appelé « Option Québec » : « Nous sommes des Québécois…  »

    Est-ce que le peuple québécois est encore « colonisé », ou pas complètement « décolonisé » ? J’en sais rien M. Lépine… mais sachez qu’y'a des symboles qui vont tomber tôt ou tard en notre « Belle Province » à la prison dorée ! Celui du Gouverneure Général en est un, soyons-en certains. Comptez sur les Mme Legault pour promouvoir la chose…

    Continuez votre bon travail Mme Legault !

  • 29 mai 2008 · 10h59 David Lépine

    Vous avez raison M. Dubé, indubitablement les derniers vestiges de l’ère coloniale britannique vont éventuellement tomber. Que le Québec devienne indépendant ou pas, ça va prendre un chef d’état avec un budget protocolaire, il n’y aura pas d’économies à abolir le poste de GG.

    Je crois que ces vestiges du passé sont des signes de l’immaturité politique de notre société plutôt que ceux d’une quelconque colonisation. Incapables de s’entendre sur des institutions purement autochtones, nous sommes condamnés à endurer un chef d’état anachronique.

    C’est une chose de vouloir moderniser les symboles institutionnels de l’état en critiquant ceux-ci, mais c’est tout autre chose d’accuser ceux qui occupent ces postes de perpétuer un régime d’inféodation que le terme reine-nègre sous entend. Ceux qui accusent à gauche et à droite les hommes et femmes politiques de tendance fédéraliste en des termes aussi grossiers que roi-nègre, démontrent une obsession politique morbide sans lien avec la réalité socio-économique actuelle. En se sens, ils font plus de tort à leur propre cause car les gens de bonne foi savent faire la part des choses.

  • 29 mai 2008 · 16h16 Alain Audet

    Merci Mme Legault de prendre la peine d’expliquer ce qu’est un roi nègre. Nombre de journalistes ne s’en sont même pas donné la peine. Même à Radio Canada ! Ils préfèrent probablement laisser la population dans l’ignorance et faire un tort énorme à un de nos plus grands auteurs en sous-entendant qu’il promulgue des propos racistes. Bien sûr, il s’agit d’une maladresse de la part d’un homme comme VLB. Mais je comprends que le jeux de mots, malheureusement de mauvais goût, ait pu tenté un homme de lettre. A parier que nous retrouverons bientôt ces journalistes à une table ronde affirmer que les Québécois sont plutôt consensuels et que la langue de bois évide malheureusement les contenus ; alors qu’ils prennent eux-mêmes à partie tous ceux qui osent une expressivité et un imaginaire au-dessus de la moyenne.

  • 29 mai 2008 · 22h36 Jean-Pierre Dubé

    @ M. Lépine

    Immaturité politique de notre société ?
    Obsession politique morbide sans lien avec la réalité socio-économique actuelle ?

    Quarante années de souverainisme pour faire un Pays, c’est pas pire je trouve ! Si nous nous étions précipités dans l’aventure en 1970 ou 1976, on aurait alors pu parler d’ »immaturité politique » M. Lépine.

    Vos mots « immaturité », « obsession morbide » et « réalité » machin-truc-gogosse, sachez M. Lépine que l’Indépendantiste que je suis les a entendu des centaines de fois ! Tenez-vous vraiment à ce que je continue à écraser votre rhétorique fédéraliste, nationaliste canadian/canadienne sans le dire, qu’on paie à coups de centaines de millions de dollars depuis des décennies, foi de Capitaine-Canada M. Trudeau lui-même ?

    Voulez-vous vraiment continuer la discussion ? Baissez les armes amis compatriotes fédéralistes et passez le mot aux Mrs Dubuc et Pratte. Moi aussi M. Lépine je tiens à la bonne entente, celle de compatriotes québécois avant celle avec d’inconnus du Manitoba ou du BC qui sont, j’en suis certain, de bons citoyens également.

  • 30 mai 2008 · 10h34 David Lépine

    M. Dubé,

    Je parlais de l’immaturité politique de la société canadienne dans son ensemble, toujours incapable de rompre avec les derniers vestiges du colonialisme britannique. Mais ce ne sont que des vestiges.

    Je n’accuse pas les tenants de la souveraineté d’avoir un projet illégitime, mais quand on déclare que le Québec est inféodé et dirigé par un roi-nègre ça dépasse les normes de débats sérieux.

    Je baisserai les armes quand la majorité de mes concitoyens appuyera votre projet. C’est peut-être vous qui devriez être plus sensible aux voeux clairement exprimés de vos concitoyens. Même le PQ n’ose plus parler de projet concret d’indépendance, de peur de perdre ses élections.

  • 30 mai 2008 · 11h05 Anne Guylaine Legault

    Je me joins à Monsieur Audet et franchie un pas supplémentaire en remerciant Josée Legault d’exister. C’est tellement décourageant à la fin d’entendre (de voir – caricature de La Presse) à répétitions des propos convenus sur la question de la « reine-nègre » et VLB. Quant à Monsieur Lépine, sa « quelconque colonisation » est bien amusante pour dire le mieux… C’est consternant tout de même que de lire des gens qui considèrent qu’il faille s’accommoder de tout parce qu’on ne subit pas une quelconque famine ou un quelconque désastre naturel. Madame Jean s’est, dès le départ, totalement discréditée. Lors, entre autres, de la réception où elle s’est mêlée de faire des farces pour le moins déplacées, compte tenu de sa position, sur un candidat du Parti Québecois qui aurait eu le nez un peu blanc. Je suis tout à fait d’accord avec VLB. La force de son indignation ne me gêne pas. Le fond du propos est juste : Madame Jean s’est volontairement désistée de son rôle et n’a pas représenté tous les Canadiens et ce, en maintes occasion. Plutôt que de concilier, elle a été l’agente de discorde, ce qui est inacceptable et une offense grave à à sa fonction. Mais est-ce surprenant ? Qui ne veut pas voir reste aveugle malgré Hydro-Québec. Nous pouvons être heureux dans nos vies quotidiennes et exprimer tout de même qu’il y a quelque chose de notre quelconque colonisation qui n’a pas été réglée et que cela s’exprime non pas par les fonctions exercées mais par les prises de position de nos représentants. Je n’ai pas, personnellement, à respecter des gens qui foutent (Madame Jean) le feu aux poudres. Et, tout comme VLB, j’ai peu de considèration pour le comportement de Madame Jean. Contrairement à Jeanne Sauvé, dont le décès m’a attristé. Mais on ne parle pas ici des mêmes qualités exprimées. Est-ce inutile de dire que la couleur de la dame m’importe autant que la longueur de la barbe de VLB ?

  • 30 mai 2008 · 23h07 Serge Jean

    Crime contre la dignité humaine

    Décidément ça donne à réfléchir, on se croirait dans une pourvoirie, remarquez les nombreux trophés de chasse, il y en a même un de vivant assis dans son cayak. Jamais vu quelque chose d’aussi dégradant pour la race humaine. C’est de la pitié et un goût de vomir ce que j’ai ressenti.

    http://www.ameriquebec.net/2006/06/15-video-le-temps-des-bouffons-de-pierre-falardeau.html

  • 31 mai 2008 · 08h02 David Lépine

    « C’est consternant tout de même que de lire des gens qui considèrent qu’il faille s’accommoder de tout parce qu’on ne subit pas une quelconque famine ou un quelconque désastre naturel. »

    On appelle pas les pompiers parce que notre enfant joue avec des allumette. Subir les vestiges du colonialisme britannique n’est pas synonyme de souffrance et de malfaisance.

    « Madame Jean s’est, dès le départ, totalement discréditée »
    Vous avez oublié d’ajouter « auprès des souverainistes«  à la fin de votre phrase. Évidemment qu’elle ne s’est pas fait d’amis dans ce camp, mais la réaction de VLB et d’autres est totalement exagérée et démontre le désespoir actuel des souverainistes qui chechent par tous les moyens à discréditer les Québécois fédéralistes. Puisque leur seul moyen de rehausser leur faveur populaire est soit une « crise linguistique/identitaire«  ou bien une bonne chicane avec le fédéral. Ce sont des vieilles tactiques archi-connues et elles ne fonctionnent plus.

  • 31 mai 2008 · 13h46 Jean-Pierre Dubé

    @ M. Lépine

    Qui a dit que le Québec était dirigée par Mme Jean ? De quoi vous parlez ?

    Le Canada de la Nouvelle-France est devenu Province of Québec après une « Conquête ». Le Bas-Canada a été annexé au Haut-Canada après les événements de 1837-38. Me semble que l’histoire le dit bien. La (con)fédération de 1867 est la suite de l’Union des deux Canadas de 1840, l’histoire le dit aussi. En 2008, le Canada a-t-il 400 ans ou 141 ans ? Quel « Père » faut-il honoré au Québec : John A. Macdonald ou René Lévesque ?

    Le QUébec est-il ou non encore « colonisé » ? J’sais pas mais moi j’attribue au Père du Québec René Lévesque plus de mérite et valeur qu’au Père de la Confédération.

    Sur la rue René Lévesque, il y a une statue qui est plus grosse que l’autre. Le Québec est-il encore « colonisé » ? J’sais pas mais les symboles signifient quelque chose. S’ils ne signifient rien alors rendons la statue de Macdonald à l’Ontario.

    J’aime pas ton propos sur l’ »immaturité » politique car s’il existe un peuple démocratiquement MATURE ET PATIENT c’est bien le peuple québécois… malgré tout ce que diront certains ! Comme si ça faisait pas 40 ans et plus QU’ON GUEULE ET CHIÂLE CONTRE CERTAINS SYMBOLES ! Heille, « immaturité » politique au Canada ? Peut-être mais pas au Québec.

  • 1 juin 2008 · 21h55 Serge Jean

    Je suppose que le résultat final est déjà tout tracé d’avance comme un réseau infini de pipelines dans le désert.
    Je me souviens lors de la dernière élection fédérale qui a portée au pouvoir le joueur de harpe politique Steven Harper.
    Personne pendant la course étonnamment et étrangement, que ce soit de la communauté politique ou journalistique n’avait approché le sujet de l’Afghanistan bien que c’était déjà un haut-fond parfaitement visible de la surface.
    On aurait dit que personne ne voulait mettre de bâtons dans les roues des conservateurs. Une sorte de collusion tacite entre tous les acteurs politique pour on ne sait trop quelle raison obscure.
    C’est à se demander parfois s’il n’y aurait pas une machine à anesthésier le cerveau des citoyens, cachée dans la tour du parlement fédéral en période électorale. Il est par ailleurs tout probable que la situation serait la même, conservateur ou pas. C’était écrit dans le ciel des grandes profondeurs politique apparemment.
    Il n’y a plus aucun intérêt à participer à un vote fédéral il me semble.
    Occupons-nous plutôt de notre jardin qui a bien besoin de compost  » Je me souviens » en ce moment.

  • 3 juin 2008 · 20h55 David Lépine

    @M. Dubé

    S’il fallait déboulonner toutes les statues à chaque changment de régime, les pigeons de Montréal seraient perdus! Le Canada a 400 ans, la confédération 140 ans, et puis. La France a 1000 ans, la 5 ième république 60 ans, et puis. L’histoire c’est l’histoire, on n’y peut rien.

    On accuse Mme Jean d’être une reine-nègre, me semble que l’accusation implique qu’elle règne quelque part, non? Comme elle est québécoise, et reine…. faites le lien.

    Vous vous plaignez de Harper et l’Afghanistan, puis-je vous rappeler que les troupes furent envoyées par J. Chrétien avec l’appui du Bloc québécois. 40 pays alliés y participent, alliés du Canada et du Québec, La France (Gaule) fut colonisé par les Romains, il y a des statues et des symboles qui perdurent, c’est l’histoire. Même chose pour les Anglais au Québec, celui qui renie son histoire est comdamné à la répéter, non?

    Déclarer que le Canada a tous les torts et le Québec toutes les vertues est très myope. L’inverse est tout aussi vrai.

  • 9 juin 2008 · 20h37 Jean-Pierre Dubé

    @ M. David Lépine

    Vous relativisez bien sur le thème de l’Histoire de l’Humanité. J’apprécie… bien que j’ai déjà entendu cette sérénade vous minimisez certains thèmes nationaux !

    Si la confuse (con)fédération a 141 ans (on n’est pas sûr si c’est une fédération ou confédération but who cares hein ?), allons célébrer ensemble devant la statue de John A. Macdonald. Si vous refusez, je concluerai que vous n’aimez pas assez votre Canada et proposerai avec vous l’annexion aux USA. C’est simple non ?

    Ce n’est pas moi qui se plaint de Harper ni de l’Afghanistan.

    Si vous jugez qu’un symbole ne veut pas dire grand’chose alors changer la statue de Macdonald pour Lévesque, qu’est-ce que cela peut bien faire ??? Anyway, le fantôme de Chevalier de Lorimier va lui régler son compte tôt ou tard.

    Ceci dit, le Québec n’a pas toutes les vertus et vous le savez très bien. Le sarcasme pseudo-ironique est dépassé M. Lépine.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Josée Legault
    Pour voir et comprendre ce qu'il se passe dans les têtes de ceux et celles qui occupent les parlements du Québec et du Canada, suivez les analyses percutantes de Josée Legault - politologue et chroniqueure.