FNC : à voir ce soir

18 octobre 2012 17h04 · Manon Dumais

Le torrent de Simon Lavoie, 18 oct, 18h, Quartier Latin
Alors qu’il vient d’acheter une sauvageonne (Laurence Leboeuf), un jeune homme (Victor Andrés Trelles Turgeon) se remémore son enfance malheureuse auprès de sa mère (Dominique Quesnel). Dans cette adaptation à la fois respectueuse et personnelle de la nouvelle d’Anne Hébert, le coréalisateur de Laurentie traduit parfaitement toute la rage contenue dans la poésie de la grande écrivaine.

Dans la maison de François Ozon, 18 oct., 18h30, Cinéma Impérial
Inspirée librement du Garçon du dernier rang, pièce de Juan Mayorga, cette hilarante réflexion sur la création, l’éducation et le voyeurisme met en scène le prodigieux nouveau venu Ernst Umhauer dans le rôle d’un lycéen qui fait pénétrer un couple bourgeois, son professeur et sa femme galeriste (Fabrice Luchini et Kristin Scott Thomas), dans le quotidien d’un couple de la classe moyenne (Emmanuelle Seigner et Denis Ménochet) à travers ses compositions françaises. Délicieusement pervers…

La cicatrice de Jimmy Larouche, 18 oct., 19h30, Excentris Fellini; 19 oct., 21h30, Quartier Latin; 20 oct., 15h, Centre Phi
Premier long métrage de fiction de Jimmy Larouche, ce troublant drame tourné à Alma nous plonge sans détour dans les dommages et les dérives que peut provoquer l’intimidation. Ne pouvant plus approcher sa femme et son fils, un homme ayant sombré dans l’alcool (Marc Béland, intense) entreprend de se venger de son principal tourmenteur durant sa jeunesse (Patrick Goyette, solide) qu’il tient responsable de ses échecs. Esquissant avec doigté en parallèle le portrait de ces deux hommes marqués par une enfance difficile, Larouche transforme une cruelle confrontation en une prenante suite de scènes teintées de lyrisme où le passé rejoint le présent.

Tous cobayes? de Jean-Paul Jaud, 18 oct., 21h, Quartier Latin
Narré par Philippe Torreton, ce percutant et bouleversant documentaire du réalisateur de Nos enfants nous accuseront se base sur l’essai-choc de Gilles-Éric Séralini portant sur les OGM et l’énergie nucléaire. Comportant des passages émouvants sur la réalité des agriculteurs, premières victimes des OGM, et sur le sort des victimes de Tchernobyl et de Fukushima, ce film richement documenté risque d’en ébranler plus d’un avec tout ce qu’il dévoile sur nos habitudes de vie. À couper l’appétit.

Partagez cette page

Classé dans :  Cinéma
+ sur le même sujet : 

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Manon Dumais
    Après des études en arts, en cinéma et en littérature, j’ai tenté de me trouver un poste d’enseignante au cégep ou devenir muse d’un grand écrivain. Ayant un loyer à payer, je suis tour à tour devenue correctrice-réviseure, rédactrice de manuels scolaires et fille de pub. Puis, par un beau jour d’automne, je devins journaliste et critique de cinéma. The rest is history, comme qu’on dit…

S’abonner au blogue

@manonduvoir

+ @manonduvoir →

Catégories