RVCQ 2013 : Last call!

2 mars 2013 9h41 · Manon Dumais

J’espère que tu vas bien

Alors qu’elle se rend chez un ami, Minou (Marie-Chantal Perron, pétulante) croise Dave (David La Haye, émouvant), confrère acteur qu’elle n’a pas vu depuis 10 ans, qui lui révèle être devenu itinérant. Réflexion douce-amère sur l’amour et l’amitié, cette modeste mais efficace réalisation de Jay Tremblay et David La Haye séduit par sa proposition: improvisation mixte tournée en un plan-séquence. Qui plus est, la complicité des acteurs est si palpable que l’on aurait envie de les suivre longtemps dans les rues de Montréal. Le hic, c’est que le tristounet portrait de la génération X qu’ils livrent à travers leurs propos, tantôt amusants, tantôt bouleversants, tombe trop souvent dans la facilité et la répétition – il est vrai que Dave est amnésique… Prêtant sa voix au conjoint de Minou, Richard Robitaille crée l’effroi au coeur de ce sympathique badinage.

Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra, 17h15

Goon : Dur à cuir

Adaptation des mémoires de l’ex-hockeyeur Doug Smith (Goon: The True Story of an Unlikely Journey into Minor League Hockey), Goon de Michael Dowse passe férocement au tordeur les clichés propres à la violence au hockey. Portant sur l’acceptation de soi et la tolérance, ce récit d’apprentissage se décline en une irrésistible comédie politiquement incorrecte où les répliques, corsées et bien crues, font mouche. À des lieues du comique de situation des Boys, Goon propose du temps de glace plus qu’énergique sans ralentir l’histoire. Si Jay Baruchel provoque l’hilarité à chaque apparition et que Marc-André Grondin réjouit la galerie dans un contre-emploi culotté (imaginez un Sid the Kid déchu), Seann William Scott ne fait pas le poids en brute au coeur tendre. Le Slap Shot de 2012? Oui, mais en mieux!

Quartier Latin, 17h30

La mise à l’aveugle

Portée par une faune pittoresque à la langue colorée, laquelle évoque avec bonheur l’univers des Gilles Carle et André Forcier, cette deuxième réalisation de Simon Galiero s’avère un émouvant et nuancé portrait de femme doublé d’une savoureuse peinture de milieu. Si Nuages sur la ville rappelait, par la poésie de ses images noir et blanc, le cinéma des Groulx et Lefebvre, l’utilisation du 16mm confère à La mise à l’aveugle l’aspect rugueux des années 70. D’un réalisme troublant et fort d’une bonne dose d’humour décapant, La mise à l’aveugle permet de mesurer le talent de Galiero qui, s’inspirant d’une célèbre scène de A Woman Under the Influence de Cassavetes, orchestre avec doigté des parties de poker vivantes. Entourée d’interprètes d’un naturel bluffant, Micheline Bernard emporte la mise avec noblesse.

Quartier Latin, 19h45

Le météore

De tous ses films, Le météore de François Delisle (2 fois une femme, Le bonheur c’est une chanson triste) s’avère certainement son œuvre la plus radicale, la plus déstabilisante et la plus hypnotique. Doublement hypnotique même. De fait, le lyrisme envoûtant des images et la beauté de la réflexion sur la vie, la mort et le passage du temps (livrée par un casting vocal impeccable) sont tels que l’on souhaiterait pouvoir dissocier la bande-son de l’image afin d’en savourer pleinement chaque détail, chaque mot, chaque nuance. Rappelant, par son rythme onirique et par sa plastique soignée, La jetée de Marker et les collaborations de Duras et Nuytten (India Song, Son nom de Venise dans Calcutta désert), Le météore illustre sans l’ombre d’un doute que François Delisle est en pleine possession de ses moyens.

Quartier Latin, 19h

Enfin, n’oubliez pas, dès 21h, c’est la Nuit blanche qui commence!

Partagez cette page

Classé dans :  Cinéma, Divers

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Manon Dumais
    Après des études en arts, en cinéma et en littérature, j’ai tenté de me trouver un poste d’enseignante au cégep ou devenir muse d’un grand écrivain. Ayant un loyer à payer, je suis tour à tour devenue correctrice-réviseure, rédactrice de manuels scolaires et fille de pub. Puis, par un beau jour d’automne, je devins journaliste et critique de cinéma. The rest is history, comme qu’on dit…

S’abonner au blogue

@manonduvoir

+ @manonduvoir →

Catégories