Les Chroniques de Jérusalem et la bibliothèque de Guy Delisle

7 février 2012 22h20 · Marie D. Martel

Guy Delisle a remporté le Fauve d’or d’Angoulême avec les Chroniques de Jérusalem. C’est Art Spiegelmam, président du jury, qui lui a remis le prix du meilleur album de bande dessinée 2011. Delisle rejoint le panthéon des grands bédéistes de la guerre comme Joe Sacco, Marjane Satrapi, Joe Kubert, Keiji Nakazawa, Emmmanuel Guibert et Didier Lefèvre. Joe Sacco figure d’ailleurs en bonne place dans la bibliothèque de Guy Delisle : on peut accéder sur son blogue aux lectures qui l’ont accompagné pendant la création des Chroniques de Jérusalem.

Ce n’est pas la voix du journaliste et la trame de l’enquête, à la manière d’un Sacco, que l’on côtoie mais l’étonnement du voyageur qui ouvre son carnet et son regard, jauge ses croyances, ses différences:

Je préfère être dans une voie médiane : le reportage soft que je mélange à mon petit quotidien. Avec les moyens de la BD et de la chronique, c’est fait d’une façon peut-être un peu plus littéraire. Mon dessin reste simple parce que le texte l’est aussi. Je veux qu’ils soient au même niveau de lecture pour que l’ensemble soit fluide. Dans Shenzhen, je me permets des phrases un peu plus littéraires, mais, avec l’âge, j’ai compris que ça ne me correspondait pas. (Source: Rue 89)

On ne verra pas de caricatures de Mahomet, ni d’aucun autre de ses collègues. Mais, derrière la candeur du visiteur d’une année en Terre Sainte, on entend bien le commentaire perplexe de l’athée sur les excès tragiques des conflits religieux.

L’ambiance graphique et sa palette dans les neutres appuient le naturel et la densité de sa chronologie intimiste :

“Je voulais que ça ait un peu une ambiance de carnet de croquis. Je n’imaginais pas un truc avec beaucoup de couleurs. Et à Jérusalem-Est, c’est de la pierre : c’est sec, il y a le désert un peu plus bas. Je voulais qu’on ressente un peu ce climat. ” (Source : Rue 89)

Et ne sommes-nous pas, sur ces terres, face à un horizon incolore, dans un désert de sens hanté par des dieux toujours trop vivants ?

On peut prolonger la découverte de cette oeuvre en allant découvrir les nombreux croquis sur son blogue.

Voici la liste des bandes dessinées de la bibliothèque de Guy Delisle qui font partie du contexte de production des Chroniques de Jérusalem :

  1. Gaza 1956, Joe Sacco, Ed : Futuropolis
  2. Palestine,Joe Sacco, Ed : Rackham
  3. Faire le mur, Maximilien Leroy, Ed : Casterman
  4. Les Amandes vertes, Anaële & Delphine Hermans, Ed : Warum
  5. Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins), Sarah Glidden, Ed : Steinkis
  6. Jobnik, Miriam Libicki, Ed : Real gone girl
  7. Exit Wounds, Rutu Modan, Ed : Actes Sud

Les oeuvres de Guy Delisle, et presque tous les titres suggérés ici, sont accessibles dans une bibliothèque publique près de chez vous.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être :

Partagez cette page

Classé dans :  Livres
+ sur le même sujet :  , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Marie D. Martel
    Bibliothécaire, blogueuse, curatrice culturelle.

S’abonner au blogue

@bibliomancienne

+ @bibliomancienne →

Catégories