Dérives…d’entrave

27 février 2013 12h28 · Martin Forgues

J’ai l’habitude de traiter d’autres choses ici mais, aujourd’hui, le sujet s’est imposé de lui-même.

« La prochaine fois que je te vois travailler de même autour des policiers, je t’arrête pour entrave [...] Toi t’es pas une police, moi je suis une police ».

Ah, l’entrave! Cette accusation en vertu du Code criminel qui, dans les circonstances, ne peut aucunement devenir la frime dans le jeu de cartes légal des forces policières lorsque vient le temps d’entraver le travail des journalistes.

Plusieurs d’entre vous l’aurez vu, ce matin, cette pièce d’anthologie où le journaliste de La Presse Jasmin Lavoie et son caméraman sont littéralement assaillis par Daniel Lacoursière, le responsable médias du Service de police de la Ville de Montréal. Il empile insultes par-dessus menaces, le tout enrobé d’arrogance pour donner, au final, un argument supplémentaire au postulat selon lequel le lien de confiance entre les forces policières et un pourcentage substantiel de la population est bel et bien brisé.

« T’avais pas d’affaire où t’étais hier, si tu recommences, je te booke. C’est clair, c’est CLAIR? », tonne Lacoursière au caméraman, l’index autoritaire bien pointé et vigoureusement agité. Des actes et des paroles indignes de sa fonction et de son insigne. Il trouve que les journalistes n’ont pas à lui dire comment faire son travail? Sortez un miroir, monsieur l’agent, et redites ce que vous avez dit. Il va sans dire que le lien de confiance entre journalistes et policiers se fragilise également au rythme des agressions commises envers reporters, photographes et vidéojournalistes. On assiste au Jour de la marmotte de la violence inutile – on se souviendra de la résilience d’un Jacques Nadeau, photographe du Devoir, alors qu’il était piétiné par le cheval d’un policier de la cavalerie.

Les frappes policières commises envers les journalistes sont, au même titre que la tactique de charge massive contre des foules pacifiques, inacceptables dans une société dite de droit. Des actes isolés méritent des interventions isolées. Si les journalistes ne peuvent exercer librement leur profession en toutes circonstances, le lien qui les relie à la population qu’ils ont le devoir d’informer se fragilise lui aussi. On le voit déjà massivement, tant sur les réseaux sociaux que dans l’opinion publique en général – les journalistes font les frais de la méfiance du public.

En somme, ces liens qui nous relient tous – population civile, journalistes, forces de l’ordre, gouvernement – se rompent, conséquence de cette malsaine corrosion sociétale qui ronge les maillons de la chaîne. Et ironiquement, plus ce genre d’incident arrivera, plus les journalistes seront sur le terrain à affirmer leur droit inaliénable de rendre compte des événements sans entrave.

Ce n’est pas une question d’obtenir le money shot ou la meilleure entrevue, c’est une question de liberté de mouvement pour les journalistes qui, comme tout autre citoyen d’ailleurs, n’ont pas d’ordre à recevoir d’un policier sans raison valable. Cette ridicule accusation d’avoir entravé une arrestation, alors que le caméraman se trouvait loin de la scène, témoigne de la nervosité des policiers de voir leur travail enregistré et rapporté par des journalistes, indépendants de leur volonté et libres de leur contrôle.

Comme l’a fait Jacques Nadeau par le passé, les journalistes devront s’insurger contre les tentatives, par toute organisation qui fait l’objet de leur travail, de restreindre la liberté de presse, principe par lequel la démocratie demeure en santé. Notre travail est trop important pour faire autrement.

Ce n’est pas ici une question de droit, mais une question de principe. La liberté de presse n’est pas négociable et la rupture progressive du lien de confiance entre journalistes et forces de l’ordre ne pourra que motiver davantage les premiers à témoigner tout en conservant professionnalisme et rigueur. La dégringolade du Canada quant à la liberté de presse doit s’arrêter ici.

Plusieurs journalistes sont prêts à risquer la prison pour ne pas avoir à divulguer leurs sources confidentielles devant l’ordre d’un juge. Le journaliste de guerre ne laisse pas des forces militaires ou civiles dicter ses allées et venues, au prix d’un risque encore plus grand. Difficile et triste de constater que ça devienne la même chose pour les journalistes qui couvrent des manifestations au sein d’un État de droit.


 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cette page

Classé dans :  Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 6

  • 27 février 2013 · 16h11 Richard Guillemette

    Pour moi, il est inconcevable que de dénommé Lacoursière reste en place pour avoir un climat favorable à la discussion; je le considère moi-même comme une brute, un individu qui ne serait même pas au niveau de donner des contraventions.

    C’est maintenant un cas type de police que l’on produit par l’entremise de l’école nationale de police du québec maintenant dirigé par madame Unetelle, école grassement payée par nos taxes.

  • 27 février 2013 · 18h22 Omicrius

    Commencez à tirer les conséquences de ce que vous dites. Les policiers ne sont pas comme ça qu’envers les journalistes, ils sont comme ça avec tout le monde. Ils agissent de façon arbitraire, interprètent les lois comme bon leur semble, et surtout, il faut se plaindre a posteriori pour chacune de leurs infractions, lesquelles seront probablement jamais punies, même pour les pires d’entre elles. Quand le citoyen se conduit mal envers la police, la police a pas besoin de se plaindre et d’aller en cours et attendre LONGTEMPS pour qu’il se passe quelque chose, ils t’arrêtent tout de suite. En revanche, le citoyen est certain de devoir passer par une ordalie quand c’est lui qui a subi un acte illégal de la part de la police.

  • 28 février 2013 · 03h11 Richard Guillemette

    Combien de fausses déclarations, de parjures, certains policiers ont-ils fait pour tenter de faire condamner des personnes innocentes; elles sont innombrables.

    Heureusement que maintenant nous avons des caméras qui peuvent capter les images d’arrestation par des brutes qui ne méritent pas d’occuper un emploi de protecteur du citoyen. Ils nous donnent la nausée et, au rythme où vont les choses, nous serons témoins de plusieurs personnes qui pèteront la coche pour se rendre justice eux-mêmes, comme cela arrive fréquemment partout dans le monde. Ils se croient vraiment au-dessus des lois.

  • 28 février 2013 · 04h04 Richard Guillemette

    Je viens de lire que l’individu Lacoursière qui se croit au-dessus des lois a récidivé le lendemain. J’espère qu’il recevra la monnaie de sa pièce un jour prochain. Il est impossible que, dans notre société, le comportement animal de cet individu soit considéré comme acceptable; S’il vous plaît, retirez-le de la circulation, c’est une honte pour le service de police.

    • 28 février 2013 · 10h47 P. Lagassé

      Le problème n’est pas un individu. Que ce soit 728 ou Lacoursière. C’est que les autorités ont garanti l’impunité pour les excès policiers (en partie dans l’espoir de « casser » le printemps érable).
      Donner à un groupe, quel qu’il soit, surtout en uniforme, la garantie d’impunité et vous pouvez être sûrs que les dérapages se multiplieront. C’est bien sûr pire quand le groupe en question est chargé de faire respecter la loir, parce que plusieurs finissent par se considérer au-dessus de celle-ci.

      Ainsi, depuis cet été, il est courant de voir, au cours des manifestations, des policiers dissimuler leur matricule. Et pas seulement des simples policiers, mais des officiers et souvent leur escouade au complet.
      Ce qui est illégal et contraire à leur code de déontologie qui exige, non seulement qu’on puisse savoir en tous temps le nom et le matricule de l’agent à qui on a affaire, mais le policier doit même prouver la véracité de deux en montrant ses papiers si on le lui demande.

  • 28 février 2013 · 12h47 Richard Guillemette

    Alors, si je vous comprends bien, M. Lagassé, la pourriture est à tous les niveaux, comme c’est l’exemple dans la Commission Charbonneau.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Martin Forgues
    Journaliste au parcours atypique, j’ai passé 11 ans dans les Forces armées canadiennes avant de troquer, début 2011, mon fusil pour la plume. Quelque chose à propos de la puissance de l’un relativement à l’autre… Aussi : universitaire inachevé, auteur et documentariste en herbe et client assidu de la cafétéria idéologique. Ici, on jase surtout de politique, société, médias et sujets d'outremer.

S’abonner au blogue

@mforgues

+ @mforgues →

Catégories