« Pourquoi j’écris sur le Huffington Post »

10 février 2012 14h32 · Mathieu Poirier

C’est probablement la phrase que j’ai lue le plus souvent cette semaine.

« Pourquoi j’écris sur le Huffington Post ».

Allez-y, tapez-la sur Google.

Je n’ai rien contre l’arrivée d’un nouveau média sur l’échiquier médiatique québécois. Et en tant que consommateur de contenu, le Huffington Post me permet désormais de diversifier encore plus mes sources d’informations – et le fait que les blogueurs ne soient pas rémunérés ne me regarde pas. Et mon grand-père vous dirait la même chose s’il était ici.

Pourtant, les textes du genre pullulent…

« J’ai décidé d’écrire sur le HuffPost parce que ci… ou parce que ça. »

Le Huffington Post a ses détracteurs, tout comme le Journal de Montréal, La Presse et le Voir. Il n’y a probablement que Le Devoir qui n’a que des amis… et encore…

Pourtant, de mémoire, je n’ai jamais lu le texte d’un journaliste ou d’un chroniqueur qui expliquait pourquoi il avait décidé d’écrire sur Canoë ou sur Cyberpresse. Du moins, si certains l’ont fait, ce n’était assurément pas avec un bonnet d’âne sur la tête…

Résultat, ces billets ne font qu’exposer au grand jour leur malaise face à leur décision.

Partagez cette page

Classé dans :  Humeur

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 2

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Mathieu Poirier
    Quand j'étais petit, j'aurais aimé jouer du piano comme Glenn Gould, pratiquer des arts martiaux comme Donnie Yen, être créatif comme Jules Verne et être aussi bon cuisinier que ta mère. Hélas, il y a eu le Nintendo, "L'Enfant génial" avec Fred Savage, les Gifs animés, "Lain", "Scott Pilgrim" et la blogosphère. Résultat: je ne suis bon qu'avec les pitons.

S’abonner au blogue

Catégories