Des films de peur pour Halloween

31 octobre 2012 14h37 · Mathieu Poirier

En ce 31 octobre, c’est le moment idéal pour satisfaire l’ado qui sommeille en nous et de s’empiffrer certes de Klondikes, mais surtout de films de peur.

Un peu à l’image du dernier billet de mon collègue Alexandre Duguay – qui est par ailleurs à la culture de l’horreur ce que Gerry Rochon est au hockey (il connaît tout) – je me permets de vous suggérer quelques petites merveilles qui sauront satisfaire votre soif d’hémoglobine, et qui vous changeront des traditionnels Night of the Living Dead, Friday the 13th, Scream ou autres Nightmare on Elm Street.

REC

Alors qu’une vieille dame semble avoir développé un étrange virus l’ayant transformée en un genre de zombie, une reporter télé se rend sur place afin de voir de plus proche ce qui se passe. Rapidement, pour éviter une contamination à grande échelle, les policiers empêchent les gens de sortir de l’immeuble et, via la caméra de la reporter, le spectateur devient témoin des événements. Filmé à la manière de Blair Witch Project,  ce long métrage de l’Espagnol Jaume Balagueró a fait l’objet d’un remake américain, Quarantaine, et a donné suite à deux autres volets – que je n’ai pas vus – et dont le dernier vient tout juste de paraître en DVD.

BEHIND THE MASK. THE RISE OF LESLIE VERNON

C’est l’histoire d’un slasher qui s’apprête à faire ce que tout bon slasher sait faire: tuer de jeunes adultes qui font la fête et forniquent dans le confort de leur chalet. Mais, ce qui distingue ce film des autres du même genre (Friday the 13th, Hatchet), c’est que notre ami invite une équipe de documentaristes à filmer le tout; ce qui nous donne un documenteur d’horreur vraiment original.

MULBERRY STREET

La ville de New York est infestée par des rats qui s’en prennent aux humains qui, une fois mordus, s’en prennent à leur tour à leurs semblables. Rapidement, toute la ville est atteinte, à l’exception de quelques résidents d’un immeuble de la rue Mulberry. Si Camus avait fait du cinéma, il aurait sûrement signée ce film qui se termine accessoirement sur l’une des meilleures pièces d’Animal Collective.

ATTACK OF THE BLOCK

Tandis qu’elle s’en prend à une jeune infirmière qui retourne chez elle, une bande d’adolescents menée par Moses et vivant en banlieue de Londres est attaquée par un extraterrestre. Éliminé rapidement, ce dernier est transporté dans l’immeuble où habitent les jeunes malfrats et est exhibé à la manière d’un gros buck sur le hood d’un pick-up.  Quelques minutes plus tard, d’autre créatures atterrissent à quelques pas de là et elles sont bien décidées à retrouver le cadavre de leur ami tombé au combat. Or, les jeunes loubards n’ont pas l’intention de jeter la serviette et comptent bien défendre leur block.

THIRST

Un jeune prêtre coréen se porte volontaire pour tester un vaccin. L’expérience s’avère catastrophique et le prêtre est déclaré cliniquement mort avant de revenir à la vie suite à une transfusion sanguine qui le transformera plus tard en vampire et qui le fera succomber au plaisir de la chair – et ce à plusieurs niveaux. Le film en est un du très prolifique réalisateur coréen Park Chan-wook  (Old Boys, Sympathy For Mr. Vengeance), et met en vedette l’excellent Song Kang-Ho que l’on a notamment pu voir dans The Good, the Bad and the weird et Memories of Murders.

Et pour la pause Kit Kat de 15h, je vous propose deux courts métrages disponibles sur le Web: Bagman du collectif québécois RoadKill Superstar et Oh my God de John Bryant.

Bon cinéma.

Partagez cette page

Classé dans :  Cinéma

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Mathieu Poirier
    Quand j'étais petit, j'aurais aimé jouer du piano comme Glenn Gould, pratiquer des arts martiaux comme Donnie Yen, être créatif comme Jules Verne et être aussi bon cuisinier que ta mère. Hélas, il y a eu le Nintendo, "L'Enfant génial" avec Fred Savage, les Gifs animés, "Lain", "Scott Pilgrim" et la blogosphère. Résultat: je ne suis bon qu'avec les pitons.

S’abonner au blogue

Catégories