La vie devant soi!

15 janvier 2013 2h32 · Mohamed Lotfi

Quelque soit sa longueur, chaque sentence a une fin.

Pour chaque personne incarcérée, il y a une vie après la prison!

Mais laquelle ?

Il y a quelques années, le controversé shérif Joe Arpaio de l’Arizona avait autorisé l’installation de quatre web-cam dans une prison de son comté, Maricopa.  De partout dans le monde, jusqu’à 10 millions d’internautes par jour, pouvaient regarder  le spectacle de la vie quotidienne des taulards.   De l’aveu même du shérif, c’est de la punition par l’humiliation.

J’ai cliqué pour voir.  J’ai regardé ces hommes qui ne me regardaient pas.  Le malaise n’a pas tardé.  Au bout d’un moment, je me suis imaginé à leur place!  Quelle serait ma réaction, si j’apprenais que je faisais l’objet des millions de regards anonymes ?

La réponse n’a pas tardé.

Chaque jour, j’irais regarder la webcam, droit dans les yeux.  Je lui ferais des grimaces.  Je ferais des poses, de face, de profil.  J’exécuterais quelques pas de danse.  Je lèverais une main.  Puis l’autre main.  Je tournerais sur moi-même.  Je patenterais des masques que je porterais avant de les faire tomber.   J’inviterais d’autres détenus à faire de même.  Ensemble, nous inventerions  un langage des signes reconnaissable par les humains qui nous regardent de partout. Un langage qui rappelle notre état d’être humain avec un passé et surtout, avec un avenir.

C’est ainsi qu’est née, dans ma tête, l’idée du projet cinématographique « La vie devant soi ».

———

Depuis octobre 2012, le studio des Souverains anonymes (à la prison de Bordeaux à Montréal) est devenu un plateau de tournage avec des caméras, des micros, des éclairages et des hommes prêts à sortir de l’anonymat en confiant, en quelques mots, leurs rêves et leurs projets.

Mais avant de faire part de mon projet aux patrons des Services Correctionnels du Québec pour obtenir la permission de filmer,  je l’ai d’abord confié aux premiers concernés, les Souverains.  Et cela a duré des années avant de crier « Action ».

Ce n’était pas évident pour moi, de faire sortir de l’anonymat des hommes, à qui j’ai offert, pendant 23 ans, la discrétion d’un micro de radio.  L’anonymat des Souverains est sacré. J’ai toujours capté les images des émissions radios, mais pour les diffuser exclusivement dans le circuit interne de l’Établissement carcéral.

Par ailleurs, notre imaginaire collectif est trop nourrit des images sensationnalistes qu’offre le cinéma dès qu’il s’agit de prisons et de prisonniers.  L’ensemble des médias dominants ne font pas grand chose pour mettre un peu de nuance dans ces images.   C’est essentiellement pour ces raisons que je ne voulais pas courir le risque que les images de mon projet soient confondues.  La radio propose, le cinéma expose!  Il me fallait trouver un concept.

C’est à force d’en parler aux Souverains que finalement, l’idée de l’avenir s’est imposée.  L’avenir en famille, l’avenir au travail, l’avenir en mille et un projets.  Cet avenir tant rêvé et souhaité dont les Souverains me parlent depuis 23 ans, devait être l’objet principal de ce projet cinématographique d’où le titre « La vie devant soi ».  Clin d’œil à une grande œuvre de littérature et à un grand écrivain.

En envisageant son avenir devant une caméra, un détenu s’engage à se réapproprier sa qualité de citoyen à part entière, ayant des droits et des devoirs. Il s’engage envers la société et surtout envers lui-même. La caméra devient son miroir  et le symbole d’une porte de sortie. 

——-

Important de noter qu’il ne s’agit pas de réaliser un documentaire qui passerait quelques fois à la télé pour finir dans les archives.  Comme pour Souverains anonymes, il s’agit de créer un rendez-vous régulier entre les Souverains et la communauté.  Ça sera donc des capsules cinématographiques, diffusées sur une base régulière sur Internet.  Une page web est déjà installée sur le site des Souverains http://www.souverains.qc.ca/vie.html .  Plusieurs capsules ont été lancées à partir de jeudi 17 janvier 2013 lors d’un lancement officiel. 

Bande annonce:

http://www.youtube.com/watch?v=L2wlKYTpB04&feature=youtu.be

——————

L’idée de l’avenir dans ce projet est soutenue par l’existence d’un nouveau programme qui offre aux détenus la possibilité de trouver un emploi, à leurs sorties. Pour la première fois, dans le cadre d’une formation professionnelle de plusieurs semaines, des détenus peuvent sortir au terme de leurs sentences avec un Diplôme d’Études Professionnelles en construction.

« Bordeaux » compte un grand centre de formation. Plusieurs détenus y suivent différents programmes et cours scolaires.  Il arrive souvent que certains détenus quittent Bordeaux avec un diplôme de secondaire 5.

« La vie devant soi » fera nécessairement écho de cette somme de connaissances et d’apprentissages que les détenus acquièrent durant leurs sentences.

————–

En 1995, j’avais réalisé le projet « Plan de sortie » en forme d’émission de télévision.  En six mois,  j’avais produis 18 émissions, diffusées sur le canal de télévision communautaire de Videotron. Plusieurs personnalités publiques avaient collaboré à sa réalisation en tant qu’animateurs.

« Plan de sortie » avait comme principal objectif, la recherche d’emploi pour les personnes incarcérées.  Mais ce projet s’est avéré trop lourd à porter pour un seul homme à une époque où les moyens de production n’étaient pas aussi accessibles et les possibilités de diffusion sur Internet,  encore inimaginables.   Il fallait attendre le bon moment.  2012 marquait le centième anniversaire de la prison de Bordeaux.  J’ai tenté le coup!

C’est avec enthousiasme que les patrons des Services Correctionnels ont réagit à ma proposition. De leurs budgets discrétionnaires, six ministres ont soutenu financièrement le projet .  Le Ministre de la Sécurité Publique, Stéphane Bergeron.  La Ministre de l’emploi et de la solidarité  sociale, Agnès Maltais.  L’actuel Ministre de la Culture Maka Kotto. La Ministre de l’éducation Marie Malavoy, Le Ministre de la Justice Bertrand Saint-Arnaud. Mais la première à  supporter financièrement ce projet c’est l’ex-Ministre de la Culture, Christine Saint-Pierre.

Une autre contribution, digne de mention, celle du Fonds de soutien à la réinsertion sociale des personnes incarcérées de l’Établissement de Détention de Montréal. À l’initiative du nouveau directeur de « Bordeaux », Monsieur  François Landreville.   Les détenus auront fait leur part pour le financement de ce projet.

—————–

Pour impliquer la communauté dans la réalisation de ce projet, je ferai appel à des personnalités publiques pour joindre leur voix à celles des Souverains sur le thème « La vie devant soi ». Des cinéastes et des comédiens professionnels participeront à la réalisation des capsules. La comédienne Sylvie Moreau est la première qui a répondu à l’appel. http://vimeo.com/57320434

Il est important de souligner aussi que « La vie devant soi » s’inscrit en continuité d’autres projets au Québec qui mettent le cinéma au service de la réinsertion sociale des personnes marginalisées. Il existe au Québec deux expériences fort appréciées: Wapikoni depuis 2005 et Télé sans frontières depuis 2002.

Depuis 23 ans, en donnant la parole aux personnes incarcérées, l’émission Souverains anonymes n’a cessé d’évoluer avec toutes sortes de projets. En entamant son deuxième siècle d’existence, la prison de Bordeaux marquera par ce projet, et d’autres projets, ce que j’espère être, une évolution.

Joindre à la voix des Souverains, une image et un avenir,   c’est une autre façon de concevoir l’ouverture des personnes incarcérées à la communauté.

Reportage d’Émilie Dubreuil:

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/01/17/008-detenus-prison-bordeaux-la-vie-devant-soi.shtml

Entrevues à Première heure:

http://www.radio-canada.ca/emissions/premiere_heure/2012-2013/chronique.asp?idChronique=268510&autoPlay

 

Partagez cette page

Classé dans :  Cinéma, Société
+ sur le même sujet :  , , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Mohamed Lotfi
    Journaliste et réalisateur radio de l'émission Souverains anonymes depuis 1990 avec les détenus de la prison de Bordeaux à Montréal. Dit autrement: Mon métier: Voleur. Ma spécialité: Le temps. Mon outil de travail: Un micro, un crayon mais souvent, c'est par le silence que je réussis le mieux à voler du temps au temps...! http://www.souverains.qc.ca/listdesr.html http://www.souverains.qc.ca

S’abonner au blogue

Catégories