Cette semaine, je me suis dis que tant qu’à vous parler des bands locaux qui participent aux FrancoFolies, autant vous parler des groupes dont on a moins entendu parler. Comme la formation «funklorique» Mes Aïeux, qui revitalise le folklore québécois en y ajoutant une saveur résolument moderne, autant sur le plan des textes que des musiques. Et même si le groupe contient quelques comédiens de formation, n’allez surtout pas les confondre avec une gang de théâtreux ou d’humoristes qui s’amusent à jouer les musiciens. Selon le chanteur et auteur des textes Stéphane Archambault (qu’on a pu voir, entre autres, dans le téléroman 4 1/2), il s’agit de deux facettes bien distinctes de sa carrière: «Au départ, Mes Aïeux, c’était un band de salon, de partys privés. Par la suite, on a continué ben tranquillement, justement parce que j’étais comédien à la télé et que je ne voulais pas que les gens nous catégorisent comme étant le band du gars qui joue dans 4 1/2… Déjà que pour le public, c’est compliqué de penser que tu peux avoir une personnalité autre que ton personnage, si en plus tu fais autre chose que jouer la comédie, il peut se créer une confusion.»

Et le choix des influences folkloriques est très bien assumé par Mes Aïeux. Pour eux, c’est loin d’être un genre dépassé: «J’ai l’impression qu’au Québec, on a une peur terrible de ce qu’on est. Et on n’ose pas se regarder dans le miroir parce qu’on a peur de se faire renvoyer une image kétaine. Peut-être que ça vient d’une obsession qu’on a d’être actuel à tout prix, de ne pas avoir l’air dépassé… Moi je ne me sens pas kétaine de faire une chanson à répondre. Je trouve même ça très cool! Faire participer le public, c’est tripant! Mais on n’est pas passéiste pour autant; ce qu’on essaye de faire, c’est une espèce de lien entre le passé et le présent, sans être prétentieux.» Le 30 juillet, à 20 h et 22 h, à la Place du Complexe Desjardins.

Francos: Sagacité
Si je vous dis Rivière-du-Loup, il n’y a pas grand-chance que vous pensiez à hip-hop… Et pourtant, c’est bien de cette ville que provient la formation Sagacité! Si l’on regarde dans le dictionnaire au mot «sagacité», on nous donne les synonymes «perspicacité», «finesse d’esprit» et «clairvoyance». Le groupe louperivois (eh oui, c’est comme ça que l’on nomme les résidants de Rivière-du-Loup) possède-t-il vraiment toutes ces qualités? Il semble que oui, du moins si je me fie au démo de quatre pièces que les Francos m’ont fait parvenir. Étant originaires du Bas-Saint-Laurent, les cinq membres de la formation ne perdent pas de temps à décrire la violence de la réalité urbaine. Ils préfèrent la force intérieure et celle des mots à celle des poings, en faisant parfois des détours du côté de l’imaginaire. Et même s’ils gardent espoir, ils ne se font pas d’illusions quant à l’état de notre société, comme en témoigne ce petit extrait tiré de la pièce Réformant: «Armée de l’air, armée de terre, armée de merde / c’est grave de voir que le gouvernement a autant d’argent à perdre». Une découverte à faire le 31 juillet, dans la Zone Hip.

Francos: Most
Davantage tourné du côté du marché international, Frank Olivier Yapo, alias MOST (prononcez M.O.S.T. pour Mot, Original, Sens, Technique), est ni plus ni moins parrainé par Disoul de Dubmatique, qui lui a composé ses musiques avec l’aide d’O.TMC et DJ Choice, en vue d’un album qui sera lancé en septembre. Originaire de Côte-d’Ivoire, MOST a passé sa jeunesse dans le quartier Bobigny, à Paris (on ne pourra donc pas lui reprocher son accent français…), pour débarquer à Montréal il y a cinq ans. Il s’est fait connaître sur la scène hip-hop avec des groupes comme Pressure Pack de Québec et M-Pack de Montréal. Sur son premier album, réalisé par Vincent Egret (Rainmen, Dubmatique, Chapin), il s’exprime en français et en anglais, et ses origines africaines sont très présentes. Quelques invités sont aussi au programme: Balistik, M-Pack, Nast et Co Soul, entre autres. Pour un avant-goût de ce disque qui risque de faire pas mal de bruit, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, rendez-vous dans la Zone Hip, le 4 août, à 20 h.

Francos: à souligner
– Guy Pharand présentera les chansons de son album Thérapie, le 1er août, à 20 h, dans la Zone Hip.

- WD-40, que l’on présente dans le programme des Francos (et avec raison) comme étant la formation la plus tenace et la plus intègre de la scène underground québécoise, sera dans la Zone Hip, le 5 août, à 22 h.

- La formation hip-hop Royal Hill (un de nos Nouveaux Visages 99) sera dans la Zone Hip, le 4 août, à 22 h.

- Les trois groupes finalistes de la dernière édition de L’Empire des futures stars prendront part aux Francos, dans la Zone Hip, à 20 h: Yélo Molo, le 2 août; Projet: Orange, le 3; et Vénus III, le 5.

- L’auteur-compositeur-interprète Ivy offrira les pièces de son album Feux fuyants sur fond d’amour noir, le 1er août, dans le Monde Branché.

- Pour les amateurs de «rock urbain», il faudra se rendre au Spectrum, le 2 août, pour les prestations des Mauvais Quarts d’heure et de Caféïne.

Mars attaque!
C’est en surfant sur Internet que la formation montréalaise Les Martiens s’est rendu compte qu’elle avait des cousins français! En effet, un groupe marseillais porte le même nom que nos hurluberlus locaux, et, après être entrés en contact avec eux, nos Martiens organisèrent, en août 1998, un voyage de reconnaissance durant lequel ils partagèrent la scène pour trois spectacles en sol provençal. Un an plus tard, question de leur renvoyer l’ascenseur, c’est au tour des Martiens marseillais de poser leur vaisseau musical chez nous: on pourra les entendre le 29 juillet, au Petit Campus, en compagnie de leurs jumeaux montréalais. Pour reprendre l’expression de Jocelyn Poitras, chanteur et guitariste des Martiens-MTL, on aura droit à une soirée avec «les barbares du Nord et les Latins du Sud»! Aussitôt les cousins repartis vers l’Hexagone, Les Martiens-MTL participeront aux FrancoFolies, le 6 août, dans la Zone Hip.

Ska Fest
L’équipe de l’étiquette de disques montréalaise Stomp, les kings du ska au Canada, nous propose le Ska Fest, qui se déroulera sur deux soirées au Jailhouse. Le 30 juillet, on y verra The Undercovers et Naked N’Happy de Montréal, et Rude Boy et Lucky #7 de l’Ontario; alors que les formations Gangster Politics, Alaska, General Rudie et 2 Stone 2 Skank y seront le 31. Des passes pour les deux soirs sont en vente au coût de 14 $, à la boutique de Stomp, 78, rue Rachel Est.

L’Halloween des campeurs!
Une semaine après le traditionnel Noël des campeurs (qui est fêté sur les terrains de camping du Québec, le 25 juillet de chaque année), on aura droit à L’Halloween des campeurs, le 31 juillet, au Café Chaos. Au programme: des groupes et des spectateurs déguisés, et la musique des Subumlauts, d’Arseniq33. (qui devrait lancer un premier album en novembre sous étiquette Kérozen), et de la formation garage Les Morts (qui lanceront une cassette de collection (!) contenant quatre nouvelles chansons et des inédits, enregistrés après leur légendaire démo Home Marde).

à souligner
– Pour sa troisième semaine de préliminaires, le concours CHOM L’Esprit se transporte au Pub St-Paul (142, rue St-Paul Est), le 5 août. Les groupes Chino, Guy Pharand et les Cromagnons et Rubberman monteront sur scène.

- Le 1er août, la formation house Couch Potatoes accueillera les participants et participantes du défilé de la Fierté gaie et lesbienne, entre 16 h et 18 h, sur une des scènes extérieures, au coin des rues Beaudry et Sainte-Catherine.

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres

Blogues des partenaires

+ Blogues →