Sur scène, Antoine Gratton sautille, gigote, même assis derrière son clavier. Ça doit être l’énergie qu’il crée, elle lui traverse le corps et se communique aux spectateurs. On entre dans son troisième album, Le Problème avec Antoine paru cet hiver, comme dans une vieille bédé pour enfants. L’univers est très coloré, un peu fantaisiste, démesuré. Les chansons se démènent, provoquent des mouvements du bassin. Et pétillent comme du champagne. Sûr que ce spectacle sera dansant ou ne sera pas. En attendant, Gratton s’échauffe les doigts en jouant de la basse pour Daniel Boucher, en plus d’assurer sa première partie. Mais au Club Soda, le 14 mai, ce sera cent pour cent Antoine.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

À lire aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →

Concours

+ Concours →