Grande année pour la musique alternative, 1994 amène dans son sillage la tournée Lollapalooza à Montréal. Outre les Nick Cave, Breeders, L7, Flaming Lips et Smashing Pumpkins, s’y produisent également les Beastie Boys qui viennent de lancer leur album Ill Communication. Dans sa critique mitigée, notre journaliste Patrick Marsolais se mouille. "C’est bête à dire, mais les pièces instrumentales du trio rap américain sont les plus généreuses, tant en nuance qu’en recherche esthétique. Le rap du groupe n’est pas mauvais mais manque de ligne directrice…" C’est bête à dire, mais avec les Sabotage, Root Down, Get It Together et Sure Shot, ce ne sont pas les pièces instrumentales d’Ill Communication qui ont fait de l’album le classique qu’on connaît.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres