Pour un troisième hiver, Maryse Letarte dégivre avec félicité les airs hiémaux nés de son célébré Des pas dans la neige.

"À sa sortie, les médias disaient:  »Ça va être un classique! »", confie d’emblée Maryse Letarte. "On sait jamais, l’effet de nouveauté dure souvent pas longtemps, mais j’ai vendu plus de disques l’an dernier que l’année d’avant! Cette année, par contre, j’imagine que ce sera pas le cas…"

Les albums de Noël s’articulent autour d’une période bien ancrée, ce qui confine ces projets musicaux à un statut éphémère, quasi évanescent. Certes, le genre a ses classiques (on pense à ceux d’Ella, de Céline et de Ginette), mais qui reviendra, aussi intrépide soit-il, à la collection festive de Mariah Carey ou de Mitsou, deux projets à la date de péremption qui suivait de très près les soldes d’Après-Noël?

Néanmoins, tout laisse croire que Des pas dans la neige – un album-concept, d’après Letarte – connaîtra un troisième décembre sous de beaux sapins. Arbres étrangers, cette fois-ci, puisque l’album vient tout juste d’être lancé dans certains marchés asiatiques et que la pièce Boom boom jouera tant ici, dans une nouvelle version française mise en vente entre autres sur iTunes, que dans les radios américaines. "Je pense que je vais jouer plus aux États qu’ici, soutient-elle en riant. Mais je commence à croire que cet album deviendra le classique dont tout le monde parlait au début."

À pareille date l’an dernier, Letarte, alors future maman, annulait ses concerts destinés à assurer la promotion de Ni le feu, ni le vent, fort joli album paru à l’automne 2010, conférant ainsi à ce dernier une courte durée de vie. Si les prochains concerts verront Letarte interpréter Des pas dans la neige et Ni le feu, ni le vent dans leur intégralité, l’artiste affirme diligemment vouloir tourner la page. "Je sais pas… J’avais commencé Ni le feu avant Des pas dans la neige. C’est sûr que j’ai pas pu faire beaucoup de promotion. Mais j’ai bien l’impression que je vais me remettre à composer le prochain disque dès janvier."

D’ici là, Letarte tâchera de recouvrer, en famille et aux côtés de la toute menue Stella, qui aura bientôt un an, les Noëls de son enfance. "Moi, j’suis pas Noël. J’ai écrit Ô traîneau dans le ciel en réaction au fait qu’on sort les guirlandes trop tôt, qu’on trouve cette période hyper stressante, alors que ça devrait être tout le contraire", conclut-elle.

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →