Après s’être fait entendre en première partie de quelques concerts en région (dont le plus récent de Coeur de pirate au Théâtre Granada), Leif Vollebekk revient en vainqueur – il a su conquérir bien des oreilles et des coeurs -, le 1er mars au Vieux Clocher de l’UdeS et le lendemain à la Maison de la culture de Waterloo. Grâce à Inland, son premier disque né d’une inspirante année passée en Islande, on avait découvert un folk dylanesque poétisé d’un chant relâché comme l’était celui de Buckley. D’autres voyages ont suivi (Vollebekk a beaucoup tourné en Europe et aux États-Unis), mais avec les compositions de son prochain opus prévu pour bientôt, le multi-instrumentiste montréalais dit camper un décor plus urbain.


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel