Dialoguistes recherché(e)s

16 février 2012 7h54 · Normand Baillargeon

Si vous vous inscrivez à une sorte de séminaire intitulé Vivre en santé, portant notamment sur l’auto-guérison et animé par MM. Corneau et Lessard , vous apprendrez, de ce dernier, à:

- Transformer et pacifier vos états intérieurs

- retrouver l’état de joie qui existe déjà en soi

- intensifier votre rythme vibratoire

-  vous libérer des pensées contraignantes et retrouver une réalité plus vaste à l’aide de la méditation et de la contemplation.

Vous apprendrez aussi à «transformer les processus cellulaires de dégénérescence et de régénérescence». Ce n’est pas rien!

Comment y arrive-t-on? Une des promesses d’apprentissage nous l’indique peut-être . En effet on vous apprendra aussi, dans ce séminaire, à « dialoguer avec vos cellules».

Je manque sans doute terriblement d’imagination, mais  je n’arrive pas à voir à quoi pourrait ressembler un dialogue entre une personne et, disons, les cellules de sa prostate cancéreuse — ou avec n’importe quelles autres cellules, en fait. Et je me suis dit que vous pourriez peut-être m’éclairer.

Alors, avez-vous des exemples de possibles dialogues entre une personne et certaines de ces cellules? Merci d’avance.

Partagez cette page

Classé dans :  Humeur
+ sur le même sujet :  , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 14

  • 16 février 2012 · 08h18 Lucien Bouchard

    Manifeste pour des cellules lucides. L’avenir des cellules saines est menacé par une concurrence inédite venant des cellules cancéreuses. Les cellules cancéreuses ont l’avantage de ne pas devoir être assistées par des radiations ou tout autre procédé extérieur. Cellules souches, réveillez-vous et migrez vers les tissus ayant besoin de réparation. Dans quelques mois, que fabriquerez-vous, vous, cellules saines, de mieux que les cellules cancéreuses ?

  • 16 février 2012 · 09h50 Stéphane Nadeau

    J’imagine que chaque personne ayant fait de la prison a déjà communiqué avec sa cellule… est-ce que la communication avec ses cellules est une communication cellulaire? et l’incapacité de dialoguer viendrait d’une cellulite?

    • 16 février 2012 · 19h43 Darwin

      «J’imagine que chaque personne ayant fait de la prison a déjà communiqué avec sa cellule»

      J’allais le dire! ;-)

      «est-ce que la communication avec ses cellules est une communication cellulaire?»

      Ou l’inverse, est-ce que quelqu’un qui est toujours en conversation cellulaire, verbalement ou par texto, n’est pas un peu en prison?

  • 16 février 2012 · 10h59 yves graton

    comme spécialiste en Éducation vous devez être impressionné par le critique à La Famille de la CAQ, D. Ratthé… Il est au même niveau que l’ancien ministre et la ministre actuelle:
    ça vole bas. Il faut lire les dernières chroniques de mme Elkouri dans La Presse.

  • 16 février 2012 · 12h06 Jean-Serge Baribeau

    N’oublions surtout pas que Patrick Roy parlait aux «poteaux» de ses buts. Et cela marchait, selon une brillante légende urbaine.

    JSB

  • 17 février 2012 · 07h56 Jean-Serge Baribeau

    Je me rapelle aussi, un peu vaguement, qu’il y avait un gardien de but, probablement des Nordiques, qui faisait une prière avant chaque partie ou «game». Quand son équipe gagnait et que sa propre performance était excellente, il attribuait la victoire à sa communication (cellulaire ?) avec Dieu.

    Je me suis souvent demandé ce qu’il aurait dit ou pensé si l’autre «goaler» avait, lui aussi, fait une prière ostentatoire avant que le match commence.

    JSB

    • 17 février 2012 · 10h09 Alain Cormier

      Ce gardien des Nordiques, je m’en rappelle aussi : c’était Daniel Bouchard… Les gardiens de but sont souvent un peu étranges. Le plus bizarre de tous était sans doute Gilles Meloche, qui fricotait dans toutes sortes de machins nouvel-âgeux et qui s’est déjà présenté sur la patinoire tout nu pour une pratique! De bien beaux souvenirs de hockey… :-D

    • 17 février 2012 · 11h41 Jean-Serge Baribeau

      Merci de vos précisions, cher Alain Cormier. Vous m’éclairez avec vos brillants et efficaces projecteurs.

      JSB

  • 17 février 2012 · 09h30 Jean-Serge Baribeau

    Je me rappelle aussi un quidam appelé Claude Vorilhon (Raël) qui avait communiqué (en utilisant son cellulaire?) avec les extra-terrestres. Ou plutôt ce sont les «aliens» qui ont communiqué avec cet élu autoproclamé.

    N’oublions pas non plus que Vorilhon a déjà pris un repas en compagnie de Jésus, de Bouddha, de Mahomet et de je ne sais plus trop qui.

    Tout cela démontre qu’il est possible, selon d’aucuns, de développer de nouvelles et subversives formes de communication.

    La frime et l’imbécillité ne vont jamais disparaître, hélas!

    JSB

  • 19 février 2012 · 23h00 Bruce Gervais

    Si le sujet attire facilement la moquerie, il peut aussi être l’occasion d’une réflexion constructive (pas constructiviste!). La sérénité par la méditation n’est pas ridicule. Le dialogue intérieur comme tel n’est pas ridicule. L’extrapolation dont vous faites allusion M. Baillargeon (dialogues avec cellules) a ceci de ridicule qu’elle fait probablement mouche dans un « pitch » de vente. Charlatanisme? Wep! Occasion de réfléchir? Wep. Pourquoi pas un dialogue entre le blogueur et ses lecteurs sur ce phénomène? Un qui irait plus loin que l’ironie ou le cynisme.

    Respectueusement,
    BG

    • 20 février 2012 · 08h24 Normand Baillargeon

      Bonjour,

      Vous avez raison de dire que la méditation et ses éventuels bienfaits sont un beau sujet de discussion. Mais ici, c’est de promesse d’autoguérison, de regénéresence de cellules et de dialogues avec elles qu’il est question. Sur ce terrain-là, la moquerie est légitime; en certains cas — je ne parle pas de celui-ci, que je ne connais pas — les pratiques préconisées sont même potentiellement dramatiques, voire mortelles.

      Je suggère qu’on garde la méditation pour une prochaine fois.
      Cordialement.

  • 23 février 2012 · 18h44 Bruce Gervais

    Se bien faire comprendre reste un art… Je vois que je maîtrise mal. Derrière la bêtise (l’offre commerciale insensée d’une conversation avec (nos)vos cellules) se cache un fait indéniable: il y a une demande s’il y a une offre. Pourquoi? Sans doute par manque d’esprit critique, d’analyse rationnelle. Pour pas qu’une autre personne déjà souffrante crève cuite, je me suis dit qu’un peu d’éducation, au lieu d’une poignée d’ironie (drôle je vous l’accorde) ne ferait pas de tort. Casseux de party peut-être, mais bien intentionné!

    BG

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Normand Baillargeon
    Je suis professeur à l'UQAM. Ma spécialité est la philosophie de l'éducation. J'ai écrit quelques livres sur différents sujets qui m'intéressent, dont celui-là, mais aussi quelques autres.

S’abonner au blogue

@nb58

+ @nb58 →