La 15e édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) se tiendra du 7 au 18 novembre 2012. Il s’agira d’une édition anniversaire qui célébrera en grand le cinéma du réel et ses auteurs. Une centaine de films en provenance de 38 pays ont été choisis par l’équipe de programmation.

Les RIDM ouvriront et fermeront cette édition avec les nouveaux films de grands noms du documentaire : l’essayiste canadien Peter Mettler viendra présenter sa magnifique odyssée cinématographique The End of Time en ouverture du festival, et c’est la première nord-américaine de Journal de France, du documentariste français Raymond Depardon et de sa compagne Claudine Nougaret, qui clôturera l’évènement.

15 ans, 15 coups de cœur
Pour fêter leurs 15 ans, l’équipe des RIDM a décidé d’ouvrir ses portes à des programmateurs invités. Quinze personnalités marquantes de la vie culturelle canadienne et internationale ont choisi un documentaire qui a marqué leur vie. Les RIDM présenteront les documentaires favoris de Philippe Falardeau, Gael García Bernal, Frederick Wiseman, Barbet Schroeder, Agnès Varda, Patricio Guzmán, Lou Reed, Kim Longinotto, Jia Zhang-ke, Alanis Obomsawin, Gilles Jacob, Naomi Kawase, Philip Glass, Laura Poitras et Samira Makhmalbaf.

COMPÉTITION OFFICIELLE

Compétition internationale longs métrages
Quatorze longs métrages internationaux sont en compétition pour le Grand prix de la compétition internationale longs métrages, le Prix Image et le Prix Montage. Le public pourra y découvrir Leviathan, de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel, une immersion sensorielle dans les entrailles d’un bateau de pêche industrielle; le documentaire onirique Ex Press de Jet Leyco, une balade hantée au cœur d’un chemin de fer traversant la jungle philippine; ou encore Only The Young d’Elizabeth Mims et Jason Tippet, un conte sur l’adolescence quelque part aux États-Unis.

L’actualité est aussi au cœur de cette sélection, avec Comme si nous attrapions un cobra d’Hala Alabdalla, sur la caricature politique en Syrie et en Égypte, et 74 (La reconstitution d’une lutte) de Raed et Rania Rafei, sur une révolte étudiante au Liban. À noter également, le retour aux RIDM du cinéaste Régis Sauder (Nous, Princesses de Clèves) avec le très puissant Être là, portrait troublant de femmes psychiatres travaillant en prison, et celui des réalisateurs Michael Palmieri et Donal Mosher (October Country) avec Off Label, prisme sombre d’une Amérique surmédicamentée.

Compétition nationale longs métrages
Formidable année pour la production québécoise et canadienne, 2012 voit l’arrivée des nouveaux films d’auteurs locaux importants : Sylvain L’Espérance (Sur le rivage du monde), Yung Chang (The Fruit Hunters), Rodrigue Jean et Hubert Caron-Guay (L’état du monde), Hélène Choquette (Les poings de la fierté), Dominic Gagnon (Pieces and Love All to Hell) et le très regretté Magnus Isacsson (Ma vie réelle).

Les jeunes cinéastes sont aussi très présents, preuve que le Québec et le Canada sont assurés d’une relève prometteuse : Melanie Shatzky et Brian Cassidy avec The Patron Saints, Amy Miller avec The Carbon Rush, Shannon Walsh avec Jeppe On A Friday (coréalisé avec la sud-africaine Arya Laloo), Caroline Martel avec Le chant des ondes ou encore Julien Fréchette avec Le prix des mots.

Compétitions internationales courts métrages et moyens métrages
Dix courts et huit moyens métrages viennent compléter la compétition officielle : le film polonais Argentinian Lesson, le perturbant Un été avec Anton, produit par les frères Dardenne, le bouleversant Nessa en provenance d’Iran, ou le film d’animation Abuelas. La production nationale sera aussi représentée dans cette sélection, notamment avec East Hastings Pharmacy, évocation originale de la toxicomanie à Vancouver mêlant théâtre et cinéma direct, Mari, portrait sensible d’un transsexuel cubain, et Letters from Pyongyang, un parcours intime filmé nulle part ailleurs qu’en Corée du Nord.

PANORAMA
Présentations spéciales
Dans cette section seront présentés les films les plus marquants de l’année festivalière et les dernières œuvres des grands documentaristes. On y trouvera la réjouissante série d’Agnès Varda, Agnès de ci de là Varda, le documentaire-fiction d’Apichatpong Weerasethakul présenté à Cannes cette année, Mekong Hotel, le délicieux Songs du maître du documentaire brésilien Eduardo Cutinho, ou encore le nouveau film de la cinéaste tchèque Helena Třeštíková, Private Universe, tourné sur 37 années! Nos plus grands auteurs locaux côtoieront ces célèbres cinéastes: Serge Giguère (Le Nord au cœur), Alanis Obomsawin (The People of the Kattawapiskak River) et Velcrow Ripper (Occupy Love).

À ne pas manquer également, les films acclamés à travers le monde tels que 5 Broken Cameras, chronique bouleversante de l’occupation en Cisjordanie, Room 237, génial essai sur les messages cachés dans The Shining de Stanley Kubrick, ¡Vivan las Antipodas!, pur plaisir de cinéma à faire tourner les têtes, et Detropia, portrait mélancolique de Détroit réalisé par les cinéastes de Jesus Camp. Prix du jury international à Sundance et Hot Docs, The Law in These Parts est un film coup-de-poing, douloureux mais nécessaire, qui dénonce le système de justice militaire appliqué depuis 40 ans par Israël dans les territoires occupés. Enfin, pour les amateurs de musique,Charles Bradley: Soul of America est un incontournable portrait du talentueux chanteur de soul qui a commencé sa fulgurante carrière à l’âge de 62 ans!

Horizons
Les évènements de la planète seront évoqués dans la section Horizons. Le khmer rouge et le non-violentpénètre les coulisses du premier procès international du criminel khmer rouge Duch; Far From Afghanistan couvre sous forme d’œuvre collective les différents aspects du conflit en Afghanistan; Soldier/Citizen est tourné dans un cours d’éducation civique donné aux soldats israéliens; et Les invisibles, présenté au dernier festival de Cannes, écoute les témoignages des homosexuels nés dans l’entre-deux-guerres. La réalité québécoise ne sera pas en reste, avec Le Horse Palace, qui documente la fermeture d’une des dernières écuries montréalaises, et Alleluia, parcours étonnant de quatre jeunes aspirants dominicains.

Contre-courant
Section la plus éclatée du festival, Contre-courant nous parlera aussi bien du groupe d’artistes radicaux Voina – les précurseurs de Pussy Riot – dans le film russe Tomorrow, que d’une grand-mère islandaise composant de la musique lo-fi dans son sous-sol (Grandma Lo-Fi). Far Out Isn’t Far Enough est le portrait du dessinateur de génie Tomi Ungerer, et The Punk Syndrome celui d’un groupe de punk finlandais composé d’handicapés mentaux. Le film israélien Noise est un essai délirant et paranoïaque sur l’hypersensibilité au bruit, et Wonder Women! The Untold Story of American Superheroines raconte tout ce que les féministes et les amateurs de comics ont toujours voulu savoir sur Wonder Woman.

Territoires
Volet consacré à l’environnement, Territoires sera l’occasion de découvrir de sublimes portraits de notre planète et de ses habitants. Citons notamment La nouvelle Rupert, œuvre québécoise de Nicolas Renaud magnifiquement filmée par Carlos Ferrand, Drought du mexicain Everardo Gonzalez, Le thé ou l’électricitétourné dans un petit village de l’Atlas par Jérôme Le Maire, ou encore le conte russe plein de poésie The Tundra Book – A Tale of Vukvukai, the Little Rock. Le road movie The Great Northwest, périple au cœur de l’Amérique profonde, et la comédie Low & Clear, sur les mésaventures de deux obsédés de la pêche, viendront ajouter un brin d’humour et de légèreté.

Docs 2.0
Une nouvelle section de webdocumentaires s’ajoute cette année à la programmation, avec la présentation publique et en présence des auteurs de cinq projets web : Ici, chez soi et Mes états*nordiques du Canada, 17-10-61 du fameux groupe d’artistes de rue français Raspouteam, le fascinant projet franco-allemand Portraits de frontières, et The Block en provenance d’Australie. Le public pourra vivre une expérience de navigation assistée pour découvrir comment le réel s’écrit sur la toile.

ÉVÈNEMENTS
Deux projections évènementielles présentées en collaboration avec la Cinémathèque québécoise s’ajoutent à cette sélection. Tout d’abord, les RIDM fêteront le 50e anniversaire de Pour la suite du monde avec une présentation spéciale en 35mm et en présence des artisans du film.

Pour honorer le cinéaste Chris Marker disparu cette année, les RIDM montreront un documentaire de Marker inédit en Amérique,Le regard du bourreau. Ce document exceptionnel filmé par Léo Hurwitz et monté par Marker témoigne d’un moment très particulier du procès du nazi Eichmann : celui où on a montré à l’accusé le film d’Alain Resnais Nuit et brouillard. La projection sera précédée du film de Resnais.

Seul festival au Québec entièrement dédié au documentaire, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) fêteront leurs 15 ans, cette année. Cette édition anniversaire se déroulera du 7 au 18 novembre 2012 à la Cinémathèque québécoise, au Cinéma Excentris, à la Grande Bibliothèque, à l’Université Concordia et au Centre Phi.

www.ridm.qc.ca

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : ,

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 24 octobre 2012 · 21h48 David Pieropan

    Les RIDM se renouvellent d’année en année. Grâce à une direction de programmation audacieuse, cohérente et dynamique, ce festival jadis discret est en voie de devenir un phare sur la scène internationale… Notre Sundance du Nord. Bravo pour cette belle édition.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres