Fantasia célébrera cette année son 17e anniversaire en présentant plus de 120 longs métrages et plus de 250 courts métrages.

Après For Love’s Sake l’année dernière, c’est à nouveau à Takashi Miike de donner le coup d’envoi du Festival avec la première nord-américaine de Shield of Straw. Présenté en compétition officielle lors du dernier Festival de Cannes, ce thriller haletant met en vedette Takao Osawa, Nanako Matsushima et Tatsuya Fujiwara.

Tel que préalablement annoncé, The World’s End d’Edgar Wright aura l’honneur de clôturer le Festival Fantasia. Le réalisateur britannique, ainsi que le comédien Nick Frost seront présents lors de la première canadienne de cette comédie postapocalyptique qui met également en vedette Simon Pegg, Martin Freeman et Rosamund Pike. Le film sortira en salle le 23 août prochain.

Pour sa vision singulière, sa passion et son courage, Fantasia est fier de remettre un Prix honorifique pour l’ensemble de sa carrière au maître polonais Andrzej Zulawski, le réalisateur de Possession, La femme publique et L’amour braque.

Le Festival Fantasia aura lieu du 18 juillet au 7 août et prendra d’assaut le Cinéma Impérial, la Salle J.A. De Sève, la Cinémathèque québécoise et la Place des Arts.

Sélection internationale

Lors de la soirée d’ouverture, la comédienne Joey King présentera The Conjuring de James Wan (Saw, Insidious) une effrayante histoire de fantômes inspirée de faits réels. Digne de Richard Matheson, I’ll Follow You Down (première mondiale) du Canadien Richie Mehta est un drame de science-fiction émouvant mettant en vedette Haley Joel Osment et Gillian Anderson.

Les réalisateurs israéliens Aharon Keshales et Navot Papushado (Rabies) seront de retour avec le succès de Tribeca Big Bad Wolves, une relecture sanguinolente d’un conte célèbre. Le désopilant Bobcat Goldthwait (Police Academy, God Bless America) vous fera croire au Sasquatch avec le captivant faux documentaire Willow Creek, présenté en première mondiale. Applaudi à South by SouthWest, Cheap Thrills (première canadienne) de l’Américain E.L. Katz est une arme de divertissement massif qui carbure à l’humour noir. La première mondiale de Curse of Chucky de l’Américain Don Macini marque le retour de la célèbre poupée qui tue.

Dans un tout autre registre, l’actrice Pollyanna McIntosh (The Woman) présentera la première internationale de Love Eternal de l’Irlandais Brendan Muldowney, un drame poignant dans lequel un ermite accompagne dans leurs démarches des femmes désirant s’enlever la vie. L’actrice Zoë Bell (Death Proof) porte sur ses épaules d’acier le long métrage Raze de Josh Waller (première mondiale), un film brutal de femmes en prison qui clôturera le volet Action! cette année.

Foncièrement originale et anarchiste, la comédie préapocalyptique Doomsdays de l’Américain Eddie Mullins (première mondiale) évoque les premières œuvres de Jarmusch grâce à ses gags astucieux et ses dialogues inoubliables. Le grand favori de Fantasia Lloyd Kaufman sera de retour avec la joyeuse bande de Troma pour la première mondiale de Return to Nuke ‘em High, le délirant quatrième épisode de sa célèbre série culte. Enfin, les cinéphiles pourront découvrir You’re Next d’Adam Wingard (en salle le 23 août prochain), une histoire d’invasion à domicile qui est devenue l’un des films de genre les plus acclamés des dernières années.

Sélection asiatique

Avec près de cinquante longs métrages provenant de sept pays, la programmation asiatique de Fantasia 2013 explore une multitude de genres et de tendances sous le signe de la diversité, de l’audace et de la fête.

Vingt-neuf longs métrages composent la sélection japonaise cette année. Les nostalgiques des séries d’animation voudront redécouvrir en images réelles les personnages de Gatchaman (première mondiale), connu au Québec en tant que La bataille des planètes. Shinsuke Sato (Gantz) viendra présenter Library Wars (première canadienne), où une guerre littérale contre la censure fait rage.

La comédie imaginative revient en force avec The Apology King (première mondiale) qui expose les révérences nipponnes de façon unique, I’ll Give It My All… Tomorrow (première mondiale), où un quarantenaire quitte la vie normale pour devenir artiste de manga, et HK/Forbidden Super Hero (première canadienne), mettant en vedette le Pervers Masqué.

Nombre d’auteurs ayant marqué l’histoire de Fantasia sont de retour : Takashi Miike (Lesson of the Evil, première canadienne), Takashi Ishii (Hello, My Dolly Girlfriend, première mondiale), Hideo Nakata (The Complex, première canadienne) et Sion Sono (Bad Film, première canadienne).

Notons également la présence d’œuvres de Katsuhiro Otomo (Combustible, première canadienne) et du Coréen Yeun Sang-ho (The Window, première mondiale) au sein du programme de courts métrages Fragments d’Asie.

De Corée du Sud, Secretly Greatly (première canadienne) de Jang Cheol-soo (Bedevilled) offre un mélange parfait de comédie, d’action et de suspense ayant fait courir les foules sur la péninsule. Prix du public au dernier Festival d’Udine, How to Use Guys with Secret Tips est une comédie romantique ingénieuse traitant de la guerre des sexes.

De l’action à vive allure arrive de Hong Kong et de Taïwan. Le réalisateur Johnnie To met la pédale au plancher avecDrug War (première québécoise), un suspense aux  fusillades épiques évoquant Sam Peckinpah. Le cinéaste Herman Yau et l’acteur Anthony Wong sont à nouveau réunis pour IP Man : The Final Fight (première canadienne), l’intrusion la plus mature dans la vie du maître de Bruce Lee qui a ouvert le prestigieux Festival de Hong Kong. Musique, danse et kung-fu se fusionnent dans la comédie musicale The Rooftop (première canadienne) mettant en vedette la star de la pop Jay Chou.

Cette édition haute en émotions fortes est complétée par quelques films du Vietnam (The Lady Assassin, première mondiale), de la Thaïlande (The Gangster, première canadienne) et de l’Inde (Commando : A One Man Army, première mondiale).

Une série d’immanquables

En plus de ses nombreuses projections, le Festival Fantasia va de nouveau inviter le public à participer à plusieurs événements enrichissants. Conférences, exposition et tables rondes seront au programme cet été. L’un des points culminants de l’édition 2013 sera assurément «Rated X – A Night with Bryan Singer», une soirée organisée en l’honneur du réalisateur de X-Men, The Usual Suspects, Jack The Giant Slayer, Valkyrie, Superman Returns, Public Access et Apt Pupil. Tournant présentement X-Men : Days of Future Past à Montréal, Singer sera de passage à Fantasia lors d’une soirée spéciale où il fera un survol de sa prestigieuse carrière en compagnie du modérateur Tony Timpone (Fangoria).

Modéré par Chris Alexander, «Simon Boswell : A Talk on Film Scoring» donnera la parole au célèbre compositeur britannique. Simon Boswell reviendra sur les points forts de sa filmographie ainsi que ses nombreuses collaborations avec des maîtres du genre comme Alejandro Jodorowsky, Alex de la Iglesia, Danny Boyle, Richard Stanley et Clive Barker.

Les spectateurs auront également l’opportunité d’aller à la rencontre du cinéaste Podz lors du Fantastique week-end du court métrage québécois. «Discussion avec Podz» permettra au réalisateur de L’affaire Dumont de parler de certaines étapes marquantes de sa carrière. Il reviendra notamment sur le fameux plan-séquence tourné l’été dernier pour la série 19-2  et discutera de son prochain long métrage, King Dave, un plan-séquence de 80 minutes.

Le Miskatonic Institute of Horror Studies coprésentera avec le Festival une exposition de l’œuvre de Barbara «Basia» Baranowska, une artiste polonaise ayant réalisé plusieurs affiches de films de genre. Elle a entre autres signé celle de Possession d’Andrzej Zulawski. Une conférence sera donnée par le spécialiste du cinéma culte de l’Europe de l’Est Daniel Bird lors du vernissage de l’exposition.

Rappelons finalement les trois représentations à la Place des Arts de A History of the Devil. Produite par Title 66 Productions et mise en scène par Jeremy Michael Segal, cette pièce épique signée Clive Barker sera présentée les 1er, 2 et 3 août à la Cinquième salle de la Place des Arts.

Le documentaire mis en valeur au Festival Fantasia

Pour une septième année consécutive, la section Documentaries from the Edge revient en grand avec cinq longs métrages fascinants qui abordent des sujets aussi variés que le mysticisme, le contrôle des armes à feu aux États-Unis et le culte voué à la vidéocassette.

Présenté en première mondiale, L’autre monde (France) marquele retour attendu du cinéaste iconoclaste Richard Stanley (Dust Devil, The Theatre Bizarre) à Fantasia. Assisté par les Québécois Karim Hussain à la direction photo et Pat Tremblay au montage, le réalisateur de Hardware explore une région isolée du sud de la France où magie et surnaturel font partie de la vie de tous les jours.

Que se passe-t-il lorsqu’un chanteur rock invite son perdant de frère à l’accompagner lors d’une tournée? Le chaos, tout simplement! Film d’ouverture du dernier Festival de Tribeca, l’hilarant Mistaken for Strangers (première québécoise) de Tom Berninger est un triomphe de cinéma-vérité qui nous entraîne dans les coulisses du groupe The National et nous dévoile la formation new-yorkaise sous son vrai visage.

À travers une série d’entrevues avec des spécialistes, des réalisateurs et des passionnés, le documentaire Rewind This! (première mondiale) de Josh Johnson revient avec nostalgie sur l’âge d’or de la VHS ainsi que la cinéphilie qui s’y rattache.

Présenté en première québécoise, I Am Divine de Jeffrey Schwarz (Spine Tingler : The William Castle Story) relate l’incroyable périple de Divine, la célèbre drag queen de Polyester.  De plus, pour tous ceux désirant découvrir ou revoir ce film culte de John Waters, il sera présenté en Odorama dans sa sidérante version québécoise à la Cinémathèque québécoise.

Les cinéphiles seront finalement invités à découvrir sur grand écran The Killing of America. Jamais distribué en salles nord-américaines et principalement constitué d’archives télévisuelles, ce documentaire percutant produit en 1982 fait un état alarmant de la montée de la violence en Amérique du Nord et n’a rien perdu de son actualité. Une projection spéciale soulignera le lancement du livre Snuff movies : Naissance d’une légende urbaine du professeur Antonio Dominguez Leiva et du programmateur de Fantasia Simon Laperrière.

Camera Lucida

En 2013, la section Camera Lucida sera, à l’image des Grouffres d’Antoine Barraud, un plongeon vers l’inconnu haletant qui comblera les cinéphiles aventureux. Le volet rassemble pour sa quatrième édition un nombre record de onze longs métrages; onze visions d’auteur qui expérimentent avec ludisme les codes et conventions du cinéma de genre. À partir d’ici, vous êtes définitivement ailleurs.

Le volet s’ouvre en grand avec la première canadienne de l’hilarant It’s Me, It’s Me, un hybride entre la fantaisie comique et le thriller surréaliste qui marque le retour à Fantasia du maître Satoshi Miki (Adrift in Tokyo) présent lors de cette séance. Présentée en première mondiale, la « romance scientifico-politique » OXV : The Manuel du Britannique Darren Paul Fischer nous expédie dans un univers excentrique qui rappelle celui de Michel Gondry.

Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, Magic Magic de Sebastian Silva (première canadienne) est une comédie dramatique atypique et prenante qui met en vedette un Michael Cera confondant. L’épouvante est également au rendez-vous avec la première internationale de Across The River de l’Italien Lorenzo Bianchini, de loin l’expérience cinématographique la plus terrifiante de Fantasia 2013.

Deux œuvres sélectionnées proposent une perspective différente sur un thème commun, celui de l’horreur corporelle. Après une prestigieuse tournée Festivalière, le tétanisant Thanatomorphose (première canadienne) du Québécois Éric Falardeau  s’apprête à enfin faire frémir le public montréalais avec un conte kafkaïen sur la putréfaction humaine.  En guise de réponse poétique à ce film, le remarquable Halley du Mexicain Sebastian Hofmann (première canadienne) utilise la figure du zombie comme métaphore de la solitude et du mal de vivre urbain. Le rapport au corps est également abordé dans le bouleversant The Weight (première canadienne), un drame fantaisiste digne de Bukowski qui annonce l’arrivée d’un auteur majeur du nouveau cinéma coréen, le réalisateur Jeon Kyu-hwan.

Avec la projection en première nord-américaine de l’angoissant Les Gouffres, le Festival rend hommage au cinéaste français Antoine Barraud, digne successeur de Marina de Van et la révélation de Camera Lucida cette année. L’étoile montante du « mumblecore » américain Joe Swanberg sera présent lors de la première mondiale de son film 24 Exposures, une relecture cérébrale des thrillers érotiques de fin de soirée. Sélectionné en présentation spéciale, le succès surprise de Rotterdam Number 10 Blues / Goodbye Saigon du Japonais Norio Osada transforme un film d’exploitation perdu en vibrant document historique sur la guerre du Vietnam.

Présenté pour la clôture de Camera Lucida, Go Down Death (première internationale) de l’Américain Aaron Schimberg est une inconcevable symphonie macabre hantée par l’esprit de William Faulkner.

Découvrez toute la programmation au www.fantasiafestival.com

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres