Hier, au 65e Festival d’Avignon, Wajdi Mouawad présentait sa pièce Des femmes composée de trois des sept tragédies de Sophocle : Trachiniennes, Antigone et Electre.

Dans sa critique, Fabienne Darge, du quotidien Le Monde, nous confie que, hélas, malgré la beauté de la Carrière de Boulbon où est présentée la pièce de quelques 6h30 jusqu’au 25 juillet, la pièce tombe à plat.

Toute la matière était là pour un grand cycle épique. Qui ne s’accomplit pas, parce que ni la traduction des pièces, ni l’esthétique du spectacle, ni le jeu des comédiens ne lui permettent de se déployer dans sa force et sa complexité. [...] La scénographie que l’on découvre avec Les Trachiniennes, qui ouvre Des femmes, sidère d’emblée par sa laideur et son incongruité, dans cette carrière où la pierre et le ciel piqué d’étoiles forment le plus beau décor naturel qui soit, surtout pour la tragédie antique : sur un lourd plateau cerclé de rails à projecteurs, une ère de jeu centrale surplombée par un lourd portique au rideau à lamelles de plastique, qui permet les entrées et les sorties des personnages.

En revanche, toujours selon Fabienne Darge, la musique composée par Bertrand Cantat, ex-chanteur du groupe Noir Désir, est d’une beauté sans bornes.

Alors, très rapidement, on passe son temps à attendre les passages chantés par Cantat, dont les mots brûlants, portés par un lyrisme noir à la Jim Morrison, prennent dans sa bouche une dimension tout autre, infiniment troublante.

Bertrand Cantat ne participait toutefois pas à la représentation puisque, sans rappeler les faits, Jean-Louis Trintignant, le père de Marie Trintignant, devait également être  au festival avant d’annuler sa présence il y a quelques mois. La voix du chanteur avait préalablement été enregistrée.

Wajdi Mouawad présentera Des Femmes au Théâtre français du Centre national des Arts d’Ottawa du 25 au 29 avril 2012, ainsi qu’au Théâtre du Nouveau Monde de Montréal du 4 mai au 6 juin 2012.

Comme nous le savons, Bertrand Cantat ne sera pas présent lors des représentations qui se dérouleront en terre canadienne.

La critique complète de Fabienne Darge est disponible sur LeMonde.fr.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel