L’ONF et TOXA vont lancer Fort McMoney le lundi 25 novembre, un documentaire interactif original adoptant les codes des jeux vidéo, des réseaux sociaux et du documentaire.

Ce documentaire réalisé par David Dufresne à propos de Fort McMurray, une des villes se développant le plus rapidement en Amérique du Nord et une des plus vastes réserves pétrolières au monde, se présente également comme un jeu vidéo. Le réalisateur avait déjà gagné de nombreux prix pour son documentaire interactif Prison Valley, et après plus de 2 ans de recherche, 60 jours de tournage, 2000 heures de contenu vidéo enregistré, David Dufresne et l’équipe responsable de Fort McMoney sont enfin prêt à révéler leur projet d’envergure au grand public.

«Au début, Fort McMoney et Fort McMurray seront absolument identiques», explique Dominique Willem, producteur à l’ONF. «Les internautes auront la chance de prendre des décisions concernant la ville avec des discussions et des référendums, pour essayer de comprendre la complexité de la situation.» Bien que l’exploitation pétrolière puisse susciter des réactions dogmatiques (la pollution c’est mal, le développement économique c’est bien), le but avoué de toute cette initiative multimédia est de semer la réflexion chez les gens pour qu’ils comprennent l’ampleur de la complexité de la situation. D’où les entrevues avec des itinérants, des gérants de bars de danseuses, la mairesse de la ville et des patrons de compagnies pétrolières, entre autres.


Des intervenants dans le documentaire interactif Fort McMoney.

C’est d’ailleurs grâce à la nature «longue haleine» de ce projet que les grands patrons et les lobbyistes se sont montrés ouverts aux entrevues et aux reportages. Après tout, Fort McMurray, une ville de la taille de la Floride entièrement privatisée, n’est pas accessible à tous. «Quand on leur demandait une entrevue et qu’ils nous disaient que ce serait mieux de le faire en été, on pouvait attendre. On pouvait revenir dans deux, trois mois, et ça les mettait beaucoup plus à l’aise», explique David Dufresne, qui constate la différence entre l’information continue, pris dans un piège de constante immédiateté, et l’approche documentaire, qui permet davantage de flexibilité aux artisans pour séduire tous les intervenants nécessaires à un documentaire rigoureux.


Les designers graphiques ont voulu créer une plateforme s'inspirant des jeux vidéos.

Qui sait à quoi ressemblera Fort McMoney quatre semaines après son lancement officiel sur le site de l’ONF? La ville virtuelle ressemblera-t-elle à son homologue réel? Les internautes auront-ils décidé d’entretenir les routes, de lever les salaires, d’augmenter le taux de chômage? Chose certaine, le succès de cette initiative repose également sur l’engouement populaire. Bien que le documentaire soit complet, une œuvre qui pourrait être écoutée à part entière, l’enjeu principal est d’intéresser les gens aux questions complexes que soulève l’exploitation pétrolière au Canada. Dans cette «fusion de deux cultures» (cinéma et jeu vidéo), le jeu vidéo sert à impliquer le spectateur dans le processus d’information. Ce qu’il verra dépendra d’où il cliquera.

Projet réellement unique, Fort McMoney pourrait éventuellement inspirer d’autres documentaristes ou journalistes à emprunter la voie de l’interaction facilitée par le web, souvent manifestée sous la forme d’appels aux commentaires sans réelle influence sur le contenu présenté. Récemment, un reportage du Guardian à propos de l’espionnage de la NSA dévoilait des angles interactifs, tout comme le nouveau clip officiel de «Like a Rolling Stone» de Bob Dylan, une expérience différente pour chaque internaute. Les livres dont vous êtes le héros ont-ils été en avance sur leur temps? Faudra-t-il toujours déployer de tels moyens pour susciter l’intérêt du citoyen? L’ONF consacre le quart de son budget de production à des documentaires interactifs, mais n’a pas à obéir aux mêmes lois du marché que d’autres entreprises médiatiques privées. Y a-t-il de l’argent à faire, éventuellement, avec des documentaires dont vous êtes les héros? La question se pose, et une partie de la réponse commencera à se faire connaître dès lundi.


Quand j'ai présenté le projet à TOXA, j'ai dit que je voulais faire un documentaire à la Sim City. J'ai réalisé l'ampleur du projet seulement lorsque je suis revenu chez moi!
Photo : Joseph Elfassi

«Ils cherchent le pétrole», raconte David Dufresne, en parlant des compagnies pétrolières de Fort McMurray. «Moi, je cherche des façons différentes de raconter des histoires.»

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel