En août, le Festival de théâtre de rue de Lachine ameute les foules. En septembre, les Escales improbables orchestrent des manifestations de danse in situ. Discussion sur ces formes tournées vers le public et propices à la démocratisation culturelle avec la comédienne Josette Lépine et la danseuse Priscilla Guy.

Avec sa sœur Françoise, Josette Lépine se joue de la gémellité dans le spectacle Les sœurs Kif-Kif à la plage, au Festival de théâtre de rue de Lachine. Aux Escales improbables, Priscilla Guy dansera inopinément dans un café-bistro, à la surprise des autres clients. Toutes deux ont choisi la rue et les lieux inusités parce qu’ils les inspirent et leur permettent des recherches artistiques inédites. Mais elles se plaisent aussi à y rencontrer un public neuf, souvent vierge de théâtre ou de danse, et à l’initier à ces disciplines artistiques trop souvent jugées élitistes. Dans un contexte où les théâtres institutionnels subissent de plus en plus de pression pour «démocratiser la culture» et où le ministère de la Culture en fait une priorité dans ses réflexions autour du projet d’Agenda 21, le théâtre de rue peut-il être une source d’inspiration? 

Josette Lépine affirme sans hésiter qu’il n’y a pas plus «démocratique» que le théâtre de rue. «En raison de la gratuité, d’abord. Et aussi parce que le spectateur participe assez naturellement aux spectacles lorsqu’ils sont présentés dans la rue. Par là, il impose à l’artiste d’interagir, de travailler véritablement avec ses spectateurs. Il faut toutefois éviter le classique piège de la démocratisation: le nivellement par le bas.»

«C’est d’autant plus vrai en danse contemporaine, poursuit Priscilla Guy, puisque c’est très difficile de développer un public pour la danse. Les gens ont un préjugé défavorable. Je vois donc mon travail in situ comme une façon de présenter la danse autrement, sans tomber dans l’animation de rue, sans tomber dans le divertissement. C’est une démarche poétique avant tout, mais bien sûr, le fait de jouer dans les cafés nous met toujours en contact avec des gens qui n’ont presque jamais vu de danse. Et on reçoit des témoignages chaque fois, de la part de ce public en pleine découverte d’une chose qu’ils ne soupçonnaient pas.»

Non seulement les artistes de rue font un pas vers le public que n’arrivent pas à faire les diffuseurs traditionnels, mais le fait même d’assister à un spectacle dans la rue ou dans un lieu public est un geste libre et place le spectateur dans un contexte spectatoriel hyper-démocratique, selon Josette Lépine. «Le théâtre de rue redonne aux gens une magie et une flexibilité qui leur ont été confisquées par le théâtre conventionnel. C’est le théâtre le plus adapté à accomplir sa fonction inhérente de cohésion sociale. Le théâtre de rue permet au spectateur de quitter à tout moment le spectacle qui ne lui plaît pas. C’est le plus grand cauchemar de l’artiste de rue, mais ça le force à adapter son contenu à son public, tout en conservant son intégrité. Parfois, cette contrainte est aussi une liberté. Sachant que notre public n’est pas pris en otage, nous osons prendre certains risques.»

Danser dans la rue permet en tout cas d’éviter le conformisme. C’est le constat que fait Priscilla Guy, qui ajoute que «la danse in situ cultive la différence et permet de sortir des convenances pour trouver un rapport plus naturel avec le public et avec l’art. Danser en public, c’est une prise de position. Le corps en mouvement est tabou dans l’espace public, dans une société individualiste comme la nôtre, donc je crois que c’est à ce formatage-là, de la société de consommation, que j’essaie d’échapper. Il s’agit de retrouver une liberté d’exister et de s’exprimer. Comme en démocratie.» 

Le théâtre de rue doit-il nécessairement se développer comme une contre-culture, en rupture avec le théâtre traditionnel présenté en salles? «Non, dit Josette Lépine. Le théâtre institutionnel est élitiste malgré lui. Il n’est pas vraiment créé en fonction de l’élite; c’est le contexte de ses représentations qui le confine dans cette position. Néanmoins, le théâtre de rue permet aux artistes d’arrêter d’attendre l’institution avant d’agir. Je pense que la plupart des artistes de rue seraient d’accord pour dire qu’on travaille dans une plus grande liberté. Le public ressent cela et, du coup, se sent également libre.»

L’opinion publique s’accorde pour dire que la démocratie va mal. Se pourrait-il qu’elle se soit déplacée chez les saltimbanques? Rendez-vous au Festival de théâtre de rue de Lachine, du 15 au 17 août, ou aux Escales improbables, du 3 au 14 septembre, pour y réfléchir en chœur.

theatrederue.comescalesimprobables.com

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →

Concours

  • Be Somebody Else

    À gagner, 1 des 2 paires de billets pour Danse Cité - Be Somebody Else.

  • Tragédie

    À gagner, 1 des 2 paires de billets pour le spectacle "Tragédie".

+ Concours →