Très populaire en Europe, la course de raquette se taille une place au Québec. De plus en plus de coureurs troquent les espadrilles contre les raquettes afin de garder la forme l’hiver durant. Une activité hivernale qui gagne à être courue!

«Il fut un temps où la course en raquettes de babiche était très populaire au Québec. Avec la montée du hockey dans le début des années 1900, elle a perdu de ses adeptes pour ensuite en retrouver vers la fin des années 1980 avec l’apparition de nouvelles raquettes plus légères et performantes», explique Jimmy Gobeil, copropriétaire de la boutique Le Coureur nordique à Québec.

Ce n’est que dans les années 2000 que le Québec voit réellement apparaître quelques athlètes dans ce sport. Depuis, les coureurs ne cessent de croître en nombre chaque hiver, si bien que la province accueillera en mars prochain les Championnat québécois et Championnat du monde de course de raquette pour une toute première fois. Des athlètes de partout à travers le monde s’affronteront lors de cette course à la Forêt Montmorency, dans la région de Québec. Le champion du monde actuel, le Montréalais David Le Porho, tentera à nouveau de monter sur la première marche du podium: «La Forêt Montmorency représente l’endroit idéal pour la course de raquette. On y retrouve tous les styles de terrain, de la surface plate où l’on peut faire de la vitesse aux montées et descentes recouvertes de poudreuse.»

S’initier à la course de raquette

Au-delà du volet compétitif, la course de raquette s’adresse à quiconque veut profiter de la nature et maintenir ou améliorer sa capacité cardiovasculaire, et ce, dans un environnement sécuritaire. «Au lieu de se promener sur les trottoirs glacés et dangereux, les coureurs peuvent s’entraîner dans le calme de la forêt», souligne Jimmy Gobeil.

Les autres avantages de cette activité hivernale sont nombreux: diminution du stress sur le squelette à cause de l’amortissement créé par la neige, amélioration de la capacité musculaire parce qu’on y lève sans cesse les genoux et travaille des muscles «stabilisateurs» à cause du terrain accidenté. Il est à noter que la majorité des coureurs de raquette s’entraînent déjà à la course sur route ou sur sentier.

La première chose à savoir sur la course de raquette, c’est qu’il s’agit d’un sport exigeant sur le plan cardiovasculaire. «Afin de rendre son initiation à ce sport agréable, il faut commencer sur une surface qui n’est pas trop vallonnée et ne pas s’empêcher de marcher dans les montées avant de reprendre la course dans les sections planes», conseille Jimmy Gobeil. Sans compter l’importance de s’équiper d’une bonne paire de raquettes!

Repaires de raquetteurs

Outre la Forêt Montmorency, il existe de nombreux endroits où pratiquer la course de raquette. À Montréal, David Le Porho suggère ses lieux de prédilection. «Le parc Maisonneuve s’avère parfait pour un débutant. La longue piste plutôt plane permet de s’amuser et les quelques collines, de s’exercer aux dénivelés.» L’athlète vient d’ailleurs de créer un club, le CRM, pour Club Raquette Montréal. Les membres comptent se rencontrer tous les lundis soir et espèrent accueillir de nouveaux venus! Le parc du Mont-Royal se révèle aussi un endroit tout indiqué pour s’entraîner à la raquette dans la métropole. David Le Porho recommande de demeurer dans les sentiers pour ne pas abîmer les secteurs naturels de la montagne. «En dehors de Montréal, j’apprécie énormément le parc national d’Oka pour ses deux types de terrain complètement différents: d’un côté, une surface lisse près de la plage et de l’autre, un dénivelé important pour se rendre au Calvaire», mentionne-t-il.

La sélection pour les Championnat québécois et Championnat du monde de course de raquette se tiendra le 22 janvier sur les plaines d’Abraham. La compétition, qui comprend aussi un volet participatif, aura lieu le 11 mars à la Forêt Montmorency.

Raquette à son pied

Une bonne raquette de course permet de répondre aux besoins de son utilisateur. «Si quelqu’un essaie la course muni de raquettes trop lourdes, son expérience risque d’être désagréable», précise Jimmy Gobeil. Ceux qui désirent courir et faire de la randonnée avec une même paire de raquettes devraient privilégier une raquette polyvalente avec courroies qui s’adaptent aussi bien à une chaussure de course qu’à une botte de marche ou d’hiver. Pour le coureur qui se sent prêt à se lancer dans la course de raquette plus sérieusement, la raquette de type «step-in» s’avère indiquée. «En boutique, nous perçons la chaussure de course et la fixons sur une raquette spéciale. Le coureur se sent alors plus léger et son pied demeure toujours dans la bonne position», précise le copropriétaire du Coureur nordique. Les prix débutent aux alentours de 200$. Y

Info /

Championnat québécois et Championnat du monde de course de raquette: coursesenforet.com

Club Raquette Montréal: Page Facebook Club Raquette Montréal [CRM]

Boutiques /

Le Coureur nordique: 141, chemin Sainte-Foy, Québec, 418 353-2386, lecoureurnordique.ca

Le Coureur: 1682, rue King Ouest, Sherbrooke, 819 566-5363, lecoureur.com

Les raquettes de course sont aussi vendues dans des magasins de plein air comme La Cordée (lacordee.com) et Sail (sail.ca).

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres