Oubliez les sushis! Toroli fait découvrir d’autres aspects de la fine gastronomie japonaise et renouvelle le genre en empruntant aussi à la tradition française. On essaie?

Certains de mes amis aiment tellement la cuisine qu’ils sont du genre à accepter sans broncher chacune de mes invitations et à convoquer derechef la nounou de leurs deux enfants pour le simple plaisir de découvrir de nouvelles tables. Afin de respecter leur anonymat, appelons-les l’ébouriffé et la diva à boa. Ils n’ont pas hésité une seconde lorsque conviés à découvrir ce Toroli, un restaurant japonais hors de l’ordinaire installé au coeur du Plateau. Ces foodies, comme disent nos amis anglos ("amateurs de cuisine", est-ce vraiment assez?), ont rapidement succombé à l’annonce alléchante du site Internet du resto: "Toroli combine le sens raffiné japonais de l’esthétique avec les saveurs riches de la tradition culinaire française." Mais ce sont des gens difficiles! Exigeants! Je sais en les invitant qu’ils vont scruter attentivement le travail de Takashi Sakurai, le chef de ce Toroli si particulier.

Première remarque: c’est un tout petit petit resto, très convivial. Le chef Taka a travaillé auparavant dans deux excellents restaurants, Soto, au centre-ville et Maïko Sushi, à Outremont, avant de se lancer dans cette aventure. Deuxième remarque: il a eu une très bonne idée, celle de lâcher la mode sushis (plus d’une centaine de restos à Montréal!) sans pour autant suivre la tendance izakaya, ces nouvelles brasseries à la japonaise qui ont ouvert leurs portes récemment à Montréal. Notre chef se concentre plutôt sur une cuisine raffinée, aux présentations superbes, avec beaucoup d’entrain. Lors de ce souper, certains plats se sont clairement démarqués. Composons donc notre menu idéal.

Le palmarès

C’est votre humble chroniqueur qui a commandé la meilleure entrée. Le "yuzu folie" est composé de fines tranches de stromaté (un poisson blanc aussi connu sous le nom de butterfish ou ibodai, pour les amateurs de sushis) marinées dans le fameux yuzu (un agrume japonais) et de petits cubes d’orange. Le tout rehaussé d’asperges croquantes. Un délice d’équilibre des saveurs. La diva à boa, elle, est tombée sous le charme du canard rôti au miso et ses pommes caramélisées. La viande est justement saignante, délicatement parfumée, accompagnée d’une sauce courte. Un moment de pur bonheur. L’ébouriffé, lui, est un grand gourmand. Au programme de son "Miso Folie", un menu dégustation, un magnifique filet de morue noire (charbonnière) justement saisi, accompagné de racines de lotus marinées. Du joli travail. Et le clou du spectacle? Le foie gras Toroli! Décadent, il est mariné au miso, poêlé et servi sur du canard rôti, accompagné d’un taboulé de riz brun, de sarrasin et de fèves de soja à l’huile de truffe. Du bel art.

Ceux qui choisiront la table d’hôte auront droit à une soupe. Ce jour-là, il s’agissait de la classique miso, agrémentée de champignons et de tofu frit. Intéressante, mais un poil trop salée.

Le "poisson ivre" (hic!) est aromatisé au saké, cuit à la vapeur puis plongé dans un bouillon riche et savoureux. Fin, mais malheureusement trop cuit. Il nous a cependant laissé de bons souvenirs. Enfin, la blonde a choisi le filet mignon de boeuf aromatisé d’une sauce au porto. C’est le plat qui s’éloigne le plus de la cuisine japonaise mais force est de reconnaître que la viande est impeccable et l’ensemble, réjouissant!

Au dessert

Les deux desserts de la table d’hôte étaient une simple crème brûlée et une tout aussi modeste mousse au chocolat joliment décorées de fruits. Trop simple pour rester mémorable.

Emballant /

Le service absolument adorable et vraiment prévenant. Les présentations raffinées. L’originalité des plats. Belle sélection de thés et de sakés à tous les prix.

Décevant /

Des entrées généralement trop salées. Des cuissons, comme celle du poisson ivre, mal ajustées.

Combien? /

Pour profiter pleinement de cette jolie cuisine, comptez un minimum de 40 $ par personne (hors taxes, service et boissons).

Quand? /

Du mardi au dimanche, de 17 h 30 à 22 h 30. Thé de l’après-midi du mercredi au vendredi, de 11 h 30 à 15 h.

Où? /

Toroli
421, rue Marie-Anne Est, Montréal
514 289-9292
www.toroli.com


Mignon nippon Critique par Voir - . Cote: 3

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 4 mai 2014 · 08h43 Jean-Francois

    Bonjour,

    Soyez informés que le restaurant vient de réouvrir ses portes. Il avait été fermé pendant plusieurs mois à cause d’un dégât d’eau à l’étage supérieur.

    Peu de gens sont au courant qu’ils sont réouverts. D’où la chance que nous avons eue d’avoir le restaurant à nous seuls hier soir.

    Nourriture exceptionnelle et mémorable ! Une de meilleure table japonaise, sans prétention, de Montréal. Japonaise avec une petite touche française. Au contraire de l’expérience décrite ci-haut, tout était merveilleusement bien balance et exécuté.

    P.S. en étant les seuls clients, nous avons eu la chance de longuement parler avec la serveuse et nous avons compris pourquoi ils sont strictes sur la ponctualité. Ils ont seulement un four en cuisine donc l’heure d’arrivée des clients est importante afin que toutes les tables puissent être servies à temps. C’est pour cette même raison qu’ils vont quelques fois refuser des walk-ins même s’il reste des tables libres dans le restaurant.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel