Chez Victoire n’est pas qu’un bistro de quartier. C’est aussi une table qui vaut le détour.

Le chef Alexandre Gosselin a le tour de nous séduire. Dans son grand resto du Plateau (l’ancien Pistou), il concocte des petits plats élaborés à la finition claire, très savoureux. L’ambiance est sympathique et détendue. Le service, décontracté mais pro. Pas de nappes ici, plutôt du bois, un immense bar accueillant et de la belle verrerie pour recevoir les crus soigneusement sélectionnés par l’équipe. À la bonne vôtre!

Au menu

La carte, imprimée sur une immense feuille, est plutôt complexe: en plus des entrées, plats et desserts, elle affiche une collection de cocktails, des charcuteries, des huîtres et des à-côtés pour enrober le tout. Alors on pige un peu partout.

Alexandre Gosselin, que l’on a connu avec plaisir aux restaurants Ô chalet et Bar & Bœuf, est un maniaque de la précision et de l’esthétique. Sa raclette est habilement dessinée, façon jeu de dames. Sur un plateau de bois, s’alignent morceaux de saucisse de Morteau, oignons perlés, betteraves rouges et pommes de terre grelots. Le tout couvert d’une mince (trop mince!) tranche de Mamirolle fondue. Les cuissons sont impeccables et les saveurs, franches. Un délice.

L’entrée de gravlax de saumon sauvage est tout aussi excellente. Trois beaux pavés fondants, installés sur une salade crémeuse et citronnée de fenouil, concombre libanais et aneth. Quelques crevettes de roche s’y cachent, ragaillardies par des œufs de saumon et quelques pointes de mousse de betterave jaune. Une belle réussite.

Les cuissons des plats nous ont paru imprécises. Les trois médaillons de lotte confortablement installés dans trois palourdes étaient un poil trop cuits. Ils nageaient cependant dans un très bon bouillon ponctué de haricots cocos, de chorizo, de poivron rouge et d’olives Kalamata.

De même, la petite côte levée de bœuf, pourtant braisée 72 heures, était sèche. Mais gentiment accompagnée d’un mélange de rattes et d’escargots, d’oignons perlés et d’une purée de trompettes-de-la-mort.

Douceurs

Le divin sandwich à la crème glacée nous a ravis: entre deux biscuits au chocolat et guimauve, de la crème glacée vanille à l’intérieur et une touche de dulce de leche. Tout cela relevé d’un croustillant, sorte de biscuit, au beurre d’arachide. Miam. La mousse au chocolat en verrine, et son crumble au chocolat et chantilly, est tout aussi ravissante!

Emballant /
Une cuisine créative appétissante et bien ficelée.

Décevant /
Quelques cuissons approximatives. La cuisine se veut biologique, locale et responsable, mais sans informations claires sur le menu ou de la part des serveurs, comment le savoir?

Combien? /
Prévoyez 100$ pour deux sans alcool, taxes ni service. À partir de 22h, formule entrée/plat ou plat/dessert à 20$.

Quand? /
Tous les jours, de 17h à minuit.

Où? /
Chez Victoire
1453, avenue du Mont-Royal Est
Info et réservations: 514 521-6789 ou chezvictoire.com

Le gros resto d'à côté Critique par Voir - . Cote: 3

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel