À la recherche d’un resto original et marginal pour épater vos amis? Une visite au Mile-Ex les surprendra. Assurément.

Il faut avoir du culot (ou être inconscient?) pour s’installer dans ce coin paumé de la ville qu’on surnomme le Mile-Ex. Vous ne connaissez pas? Coincé entre le Mile-End et Parc-Extension, et entre la rue Saint-Urbain et l’avenue du Parc, le secteur Marconi-Alexandra est un tout petit quartier en pleine ébullition, pas si loin que ça du Marché Jean-Talon. Ici, à l’ombre des anciennes usines, les condos poussent comme des champignons. Un restaurateur futé a repéré le filon et ouvert le Mile-Ex, une petite gargote conviviale plutôt sympathique.

Au menu

Dans cette rue résidentielle, le Mile-Ex n’est pas facile à repérer. Isolé, il émet cependant une lueur rassurante. Le petit local, rénové par le designer Patrice Charbonneau, a l’air d’une cantine ouvrière. Au mur, du bois brut et en salle, deux grandes tables seulement, en L, où peuvent s’asseoir à peine 20 personnes. Dans sa cuisine ouverte, le chef Grégory Paul concocte des petits plats inspirés de la «bouffe de rue», à manger sur le pouce. Ce soir, il improvise sur le thème couteaux et calmars. Les couteaux, ce n’est pas indigeste? Mais non. Ces mollusques méconnus, longilignes, ont une chair blanc crème dont la texture rappelle celle du calmar. Il y en a quatre, nappés d’une légère sauce au beurre, d’artichauts grillés (délicieux) et de tomates cerises. Quand ils sont cuits à point, leur chair est fondante. Certains d’entre eux, dans notre cas, sont trop cuits et, du coup, caoutchouteux. Il faut aussi faire attention, car la coquille est fragile et tend à se casser en petits morceaux, ce qui est très désagréable sous la dent. Le calmar est original. Habilement coupé afin qu’il se recroqueville à la cuisson en forme de long rondin, il cache à l’intérieur une compote de tomates pimentée. Servi dans un pain à hot-dog, il est nappé d’un chutney au concombre et de citron confit. Intéressant et savoureux. En accompagnement, des pommes de terre frites et une mayo épicée. Côté burgers, celui à la viande effilochée d’agneau est remarquable, assaisonné de ras-el-hanout, un mélange d’épices maghrébin savoureux. Plus classique, et étonnamment baptisé Mother F***** Burger, le hambourgeois de bœuf s’avère sans surprise, mais bien foutu. Cochon.

Douceurs

Pas beaucoup de choix: n’est proposé qu’un banal fondant au chocolat, plutôt sucré, au cacao trop peu intense. Rien pour écrire à sa mère.

Emballant /

Un resto de quartier qui ravira les gens du coin, convivial et accueillant. Le plus: ce soir-là, le proprio a choisi comme ambiance musicale la très parisienne et franchouillarde radio Nos-tal-giiiiie. Des heures de plaisir!

Décevant /

Attention, ce restaurant n’accepte pas les réservations, sauf pour les groupes de plus de 10 personnes.

Combien? /

Préparez une vingtaine de dollars par personne, alcool, taxes et service non inclus.

Quand? /

Lundi et mardi, de 11h à 16h. Du mercredi au vendredi, de 11h à 22h.

Où? /

Mile-Ex

6631, rue Jeanne-Mance

514 272-7919

restaurant-mile-ex.com

Mile-Ex Critique par Voir - . Cote: 2

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 19 janvier 2013 · 11h44 Francois Coulombe

    Vraiment…Radio Nostalgie avec ce qui se fait de plus quétaine en plus des jingles entre chaque tounes les coupures du streaming et les commentaires d’animateur!!! ET LES COMMERCIAUX. Non mais c’est une baffe en pleine guele a ceux qui se donnent la peine de faire un effort de batir une playlist qui a de l’allure. Moi Céline Dion et Lionel Richie, je suis rendu un peu plus loin que ca…Merci pour le tuyeau place à éviter pour la musique poche.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel