Parce que tout le monde semble vouloir y déménager ses pénates, Voir propose un tour guidé du quartier Griffintown dans une série de cinq articles, dont voici le quatrième. Regard sur ce que le quartier a de plus chouette à offrir.

Un quartier-dortoir. C’est l’image que se font beaucoup de gens du secteur Griffintown. Question de démentir cette légende urbaine, Voir s’est offert une petite balade au cœur de l’agglomération, histoire de prouver qu’il y a mieux à y faire que de dormir! Voici quelques bonnes adresses dénichées à l’ombre des tours à condos.

Où boire un café?

On va au Griffintown Café-Dining (1378, rue Notre-Dame O., griffintowncafe.com) non seulement pour siroter un latte ou manger, mais surtout pour les soirées jazz (du jeudi au samedi dès 19h30), qui proposent des prestations live, et pour les brunchs du week-end, qui attirent les foules. «C’est un endroit chargé d’histoire. On a gardé le cachet postindustriel qui rappelle l’ancien Griffintown, et on a décidé de le cultiver», souligne la propriétaire Catherine Corne.

Avec son mobilier dépareillé et son décor un tantinet baroque, La Bistrote (1510, rue Notre-Dame O., labistrote.com) est tout simplement charmante. On aime s’attarder dans le coin salon, l’endroit idéal pour lire les journaux en étirant un cappuccino. Le menu y est tout en fraîcheur et en simplicité, mais surtout pas très cher. Dommage que ce soit fermé le samedi.

Où manger?

Dans un décor résolument moderne, Code Ambiance (1874, rue Notre-Dame O., restaurantambiance.ca) vous invite à goûter sa cuisine française contemporaine. Ris de veau sautés à l’orange, filet de bar sur lit de fenouil confit, caille au poivre long de Malaisie et granité de basilic… Et le menu du midi est tout aussi alléchant!

En plein cœur du quartier des antiquaires se trouve La Gargote des antiquaires (1708, rue Notre-Dame O.), un endroit chaleureux et invitant où la salle à manger est évidemment remplie d’antiquités. Le restaurant-crêperie propose une cuisine française de type bistro.

Où voir un spectacle?

L’ancienne usine de transformation du charbon en gaz, la New City Gas (950, rue Ottawa, newcitygas.com), est récemment devenue le repaire des mélomanes. Si les samedis soirs sont plutôt réservés à l’électro, la salle, qui peut accueillir 2300 personnes sous son toit, présentera des événements artistiques de toutes sortes. C’est aussi un endroit génial pour le 5 à 7.

Où faire du shopping?

Pour meubler le nouveau condo que vous venez d’acquérir dans le Grif, ce n’est pas les antiquaires qui manquent. Mais si une petite touche de modernité s’impose, c’est plutôt chez Ludovik (prochainement au 1318, rue Notre-Dame Ouest, ludovik.ca) qu’il faut se rendre. On y trouve du mobilier et des objets déco éclectiques et ludiques, en plus d’un atelier de design à l’étage. Ouvert il y a six ans, le commerce, qui se trouvait jusqu’à tout récemment au coin des rues Ottawa et De la Montagne, est présentement en plein déménagement. «On sera mieux situé, et on aura 1800 pieds carrés de plus. Mais on tenait à rester dans Griffintown», indique le propriétaire Benoit Lacas.


La boutique de mobilier et accessoires déco Ludovik déménage. «On sera mieux situé, et on aura 1800 pieds carrés de plus. Mais on tenait à rester dans Griffintown», indique le propriétaire Benoit Lacas.


Photo : Ludovik

Côté fringues, les adeptes de streetwear masculin seront heureux d’apprendre que la boutique de souliers et vêtements Exclucity (1326, rue Notre-Dame O., exclucitylife.com) vient tout juste d’ouvrir une succursale rue Notre-Dame. On y déniche souvent des exclusivités, comme ces chaussures Nike dont on ne compte que 24 paires dans toute la province. On dit que des gens font parfois la file des heures durant afin de mettre la main sur le tout nouveau modèle reçu en magasin.

Madame affectionne particulièrement le vintage? Un petit détour par E.R.A. Vintage (1800, rue Notre-Dame O.) s’impose. Attention, on ne parle pas ici d’un sous-sol d’église qui respire la boule à mites, mais bien d’une friperie de luxe. Sélectionnés sur le volet, les vêtements et accessoires des années 1920 à 1980 sont nettoyés, réparés et souvent réinventés par la propriétaire. On propose aussi des retouches sur mesure.

Où faire ses courses?

Outre le supermarché Métro à proximité de l’École de technologie supérieure et le Marché Atwater à seulement une quinzaine de minutes de marche, on trouve dans le quartier quelques petits commerces spécialisés, dont Cool&Simple (333, rue Richmond, cool-simple.com), où l’on peut se procurer des mets surgelés gourmands. Histoire de répondre aux besoins des consommateurs nouveau genre, Cool&Simple propose aussi une sélection de 300 produits locaux et importés d’Europe.

Au nombre des adresses gourmandes, Anjou Québec (1638, rue Notre-Dame O.) ne donne pas sa place avec une sélection de petits plats à manger sur place ou à emporter: canard à l’orange, ris de veau aux morilles, navarin d’agneau… Le comptoir gastronomique fait aussi office d’épicerie fine, traiteur, salle de réception et école de cuisine.

Où se mettre en forme?

Le Centre sportif de l’École de technologie supérieure (1111, rue Notre-Dame O., etsmtl.ca) offre une gamme complète d’installations sportives et de services. Sa programmation s’adresse autant aux étudiants qu’à la clientèle externe. Outre le gymnase et la salle de muscu, on propose de nombreux cours: spinning, cardio militaire, karaté, Zumba, etc.

Les plus zen préféreront sans doute une mise en forme version Goa Pilates (1372, rue Notre-Dame O., goapilates.com). Offerts à tous les niveaux, même pour les enfants ou les mamans-bébés, les cours proposent des séquences d’exercices sur appareil de Pilates. C’est aussi la bonne adresse pour avoir accès à des services d’ostéopathie, de kinésithérapie et des conseils de nutrition.

Pour fouetter davantage votre musculature, c’est à L’Usine CrossFit (130, rue Ann, lusine.ca) que ça se passe. On offre ici un entraînement combinant des mouvements de force, d’endurance, d’agilité et de puissance, histoire de mobiliser tous les muscles de votre corps. C’est la solution pour vous remettre en forme en quelques semaines seulement.

Monotone, Griffintown?

La vie de quartier du Griff est loin d’être aussi soporifique qu’on peut le penser. «Avant de racheter le Griffintown Café, j’en avais moi-même l’image d’un secteur désœuvré, désaffecté, loin de tout», se remémore Catherine Corne. «Ce que je lisais dans les journaux, c’était que Griffintown n’était qu’un ramassis de condos.» Mais la nouvelle propriétaire a été enchantée de découvrir le dynamisme du coin. «Les gens qui y emménagent cherchent une vie de quartier et des commerces de proximité. Quand il y a des condos qui poussent, il y a toujours des commerces qui se greffent autour. Le quartier est en train de se redévelopper à la vitesse grand V. Et ça ne fait que commencer.»

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres