Blogue de Joseph Elfassi Hannibal Lecteur RSS

Ce Show ne sera pas renouvelé non plus

28 novembre 2014 · Création, Humeur, Société · Joseph Elfassi
Ce Show ne sera pas renouvelé non plus

Tandis qu’on apprend la triste nouvelle de la fin de M. Net à Musique Plus, suivi de l’annonce de la fin de l’émission Haut-Parleurs à la même station, une troisième mauvaise nouvelle se présente pour la station de télé installée sur Sainte-Catherine: l’émission Ce Show, animée par Mike Ward, ne sera pas renouvelée. L’émission était animée par Mike Ward, laissant la place, après ses chroniques personnelles, à des vidéos de jeunes créateurs de la relève: Catherine Éthier y proposait les conseils de vie les plus loufoques pour survivre à la modernité, Les Pic-Bois renouvelaient quotidiennement le rapport à l’absurde et Bande-Pensante (le monstre tordu sorti de l’esprit brillant de Julien Bernatchez) y présentait les délices récurrents d’un cauchemar qui sent le cheez-whiz et l’appartement moisi. En plus des chronqiues de la relève créative, Ce Show présentait également des performances musicales, ayant vu passer sur la scène du plateau des grands noms tels que Mononc Serge, Voivod et Loco Locass, pour ne nommer que ceux-ci. On pouvait aussi voir, d’un autre, les performances en direct de groupes comme Gazoline et GrimSkunk. Bien triste journée pour la télévision locale [...]

Lire le billet →

Pourquoi Ferguson m’obsède

25 novembre 2014 · Société · Joseph Elfassi
Pourquoi Ferguson m’obsède

Il y a de ces sujets qui nous prennent par les tripes et qui ne nous lâchent pas. Hier soir, après le verdict dans le procès de l’officier ayant tué Michael Brown, je me voyais rivé à mon écran. Deux chaînes de vidéos continues d’Américains aux téléphones intelligents nourrissaient mes oreilles de la cacophonie propre à la fébrilité effrayée des manifestations réprimées par la police. Je suivais en direct les commentaires racistes sur la chaîne YouTube, je lisais les tweets avec le hashtag Ferguson, je me rendais sur Facebook pour avoir les liens intéressants ou les statuts angoissés de mes amis, bref, je vivais #Ferguson en 2014. Le chaos en temps réel. L’hyper-documentation de l’échec d’une société au grand complet. Ferguson Il faut se méfier de l’étanchéité. Rien ne l’est totalement, du moins rien ne devrait l’être. Dans la tentative d’analyse de la crise qui sévit les États-Unis en ce moment, et qui veut aller au-delà du simple constat raciste, on apprend que les réalités des Noirs et des Blancs aux États-Unis sont foncièrement différentes. Je dis « on » apprend, mais apparemment, les Noirs n’apprennent rien de ce constat, c’est un [...]

Lire le billet →

Le serpent qui mange sa queue

21 novembre 2014 · Société · Joseph Elfassi

Les moralisateurs virtuels sont pris dans une spirale autodestructrice qu’ils ne reconnaissent pas, à cause d’une étroitesse d’esprit sans égal. Le problème avec leur mode de pensée et de fonctionnement, c’est qu’il est motivé par un nivellement vers le bas, une radicalisation idéologique qui présuppose que l’idée la plus radicale, la plus bruyante (et ça, le bruit, c’est leur principal mérite), la plus dénuée de nuance, est l’idée qu’il faut activement poursuivre. Cela mène à deux choses : la marginalisation au sein d’une population de plus en plus conservatrice mais également au sein de leurs sympathisants relativement centristes. En stimulant leur propre exclusion, ils justifient le bienfondé de leur cause et la nécessité de leur existence. Et en ayant constamment recours à des moyens de moins en moins démocratiques et de plus en plus intimidateurs, ils excluent automatiquement les acteurs les plus modérés de leurs camps qui rétréciront continuellement. C’est un système qui renverra constamment à une cause, et qui est bâti sur l’illusion théologique qu’il existe un bien supérieur vers lequel nous devons nous diriger sans nuances, sans compromis, sans repos dans la lutte. En ce sens, les erreurs de parcours ne compromettent pas la nature du mouvement puisque la [...]

Lire le billet →

4 découvertes déli-délicieuses un peu hors contexte

2 novembre 2014 · Divers · Joseph Elfassi
4 découvertes déli-délicieuses un peu hors contexte

Vous devrez me pardonner, chers consommateurs virtuels d’informations quotidiennes dont la durée de vie est plus courte que celle d’une fille appréciant le sexe dans un film d’horreur des années 90. J’ai récemment fait des découvertes de tous genres, qui échappent un peu à la promotion ponctuelle de billets reliés à la déouverte de l’actualité, et je prends ce petit moment d’un dimanche glorieusement ensoleillé et froid pour partager ces découvertes et, par le fait même, remercier ces gens qui ont, volontairement ou non, placé des diamants réels sur mon parcours virtuel. 1. Littérature:  The Dice Man, de Luke Rhinehart. Le plaisir que j’ai à lire ce livre est incroyable. Il est rapidement en train de faire sa place dans les potentiels huit derniers livres dans ma liste des dix meilleurs que je n’ai jamais lus, après 1984 et Cent Ans de Solitude (ces deux-là seront difficiles à déloger). Effectivement, Dice Man se bat avec L’Énigme du Retour de Dany Laferrière, American Pastoral de Philip Roth, Lolita de Nabokov, City d’Alessandro Barrico et The Satanic Verses de Salman Rushdie. Mais de [...]

Lire le billet →

Sophie Durocher m’a fait réfléchir

28 octobre 2014 · Société · Joseph Elfassi
1

Il est plutôt rare qu’une idée de Sophie Durocher m’inspire une réflexion poussée, au delà de l’indignation ponctuelle justifiée par le rapport stupéfiant entre sa visibilité considérable et les failles toutes aussi considérables dans sa logique que je vois dans la plupart de ses arguments (une version antérieure de ce texte contenait une formulation différente que j’ai jugé inutilement agressive). Mais tout récemment, elle a exprimé une petite réserve quant aux nouvelles publicités du Guide Resto Voir dans lesquelles on met en scène un juif, un catholique et un musulman, chacun visiblement religieux et pratiquant, autour de la même table et du même guide de la restauration. En pleine période d’attaque à St-Jean et à Ottawa, disait-elle, il est peu probable, illusoire même, de voir un juif, un catholique et un musulman autour d’une même bonne table. Outre la réaction virtuelle immédiate que ça m’a inspiré (un souper pseudo-corpo avec deux collaborateurs de différentes plateformes du VOIR chez un client du VOIR), j’ai réalisé que ce genre de pensée était symptomatique d’un mal plus large qui dépasse de loin les seules limitations culturelles de Sophie Durocher. Dernière parenthèse avant d’entrer dans le vif du sujet, je le jure: [...]

Lire le billet →

Le narcissisme occidental survit à tout

26 octobre 2014 · Société · Joseph Elfassi
1
Le narcissisme occidental survit à tout

Je trouve ça particulièrement sidérant à quel point la nouvelle factuelle d’une attaque terroriste au Parlement soit devenue si vite une affaire de perception de soi nord-américaine. Le moment de l’annonce, toutes les pensées appréhendaient immédiatement un responsable musulman, certains que ce seul fait pourrait donner davantage de propulsion à un malaise occidental avec le monde arabe qui ne perd pas vraiment de vitesse. Certes, la réaction est facile à anticiper. Compréhensible, aussi. On se fait nourrir beaucoup d’information inquiétante, ce n’est pas une simple nouvelle, un geste de violence absurde, c’est peut-être une attaque existentielle qui, si elle s’en prend au plus grand symbole de l’autorité canadienne, pourrait trouver sa prochaine cible dans n’importe quel élément canadien, ou québécois, comme on l’a bien vu. Bref, l’inquiétude, ça se comprend. Ce qui me fascine, par exemple, c’est que les médias, et il y a rien de nouveau dans cette analyse j’imagine, s’intéressent davantage à adresser ces craintes, leurs sens, à se poser la question si telle pensée est raciste, intolérante, ou tout simplement issue du gros bon sens. Les questions se posent, et au final, ce qu’on fait, à part un portrait rapide d’une entité hostile dont le fonctionnement et [...]

Lire le billet →

Ce billet de blogue ne parle pas du nouveau visage de Renée Zellweger

21 octobre 2014 · Humeur, Société · Joseph Elfassi
3

Cet après-midi, tandis que se déferlait le torrent de commentaires à l’égard du nouveau visage méconnaissable de Renée Zellweger, j’ai senti un besoin de riposter à certaines blogueuses féministes qui affirmaient qu’on n’avait pas le droit de commenter sur sa nouvelle apparence (je simplifie à outrance). Le problème n’est pas son visage, c’est nous, disait-on dans un article. J’ai voulu écrire un article, expliquant pourquoi je pensais que le visage de Zellweger faisait partie du domaine public. Qu’on avait, somme toute, un droit de regard. Mais je suis tombé sur un obstacle bien particulier au troisième ou quatrième paragraphe: ma propre pensée. En développant mon idée, j’ai réalisé que le Joseph qui était en train d’écrire le quatrième paragraphe n’était pas en accord avec le Joseph qui avait écrit le premier. J’ai bien des défauts que je ne nommerai pas ici par pudeur, mais je maintiens une certaine fierté quant à une potentielle rigueur intellectuelle. J’ai envie d’avoir de la suite dans mes idées. Et la suite de mes idées, si on suivait disons certains principes de logique, d’éthique et de compassion qui me sont chers, faisait en sorte que ma conclusion différait drastiquement de ma thèse. Elle rejoignait, [...]

Lire le billet →

Répondre au questionnaire identitaire de Mani Soleymanlou

3 octobre 2014 · Humeur, Scène, Société · Joseph Elfassi

Mon collègue Philippe Couture a répondu au questionnaire identitaire de Mani Soleymanlou. Le tout se fait dans un contexte théâtral intéressant que je vous laisserai lire dans le cadre de son billet de blogue. Étant moins mordu de théâtre, je laisse l’autorité locale sur la chose vous en parler. Entre temps, je fais appel à mon nombrilisme et je réponds à cet intéressant questionnaire de Mani Soleymanlou. Quel est votre prénom ou votre surnom ? ­     Joseph. Je n’ai jamais vraiment eu de surnom, sinon un « Jojo » affûblé par ma mère et une collègue en journalisme, jadis. Comment définissez-vous «l’identité» ? Ce mot a-t-il un sens pour vous?  Je vois l’identité comme un terme initialement personnel qui peut être monopolisé par des instances généralement malveillantes qui se cacheront sous le couvert du bien collectif. L’identité, c’est le résultat mouvant et flexible de multiples appartenances et de différents gestes qui finissent par nous forger. Il a un sens pour moi, ce mot, dans le sens que j’ai la profonde impression que l’identité est un buffet à volonté et non pas un plat qui nous est servi quand on naît. Il y a un effet paradoxal intéressant, où, pour moi, quand je [...]

Lire le billet →

Contact

26 septembre 2014 · Humeur · Joseph Elfassi

Le concept même de la voiture m’a toujours frappé. Plus que mon seul corps, c’est ma peur qui embarque à coup sur au coté passager, tandis que nous nous promenons tous dans ces véhicules. Ce qui me frappe, dans la voiture, c’est la condition nécessaire à son utilisation optimale: un contact minime, sinon absolument inexistant, avec tout élément extérieur à la voiture. C’est peut-être issu de là, ma maladresse légendaire avec les autres. Légendaire. J’exagère. Mais bien réelle. Qu’est-ce que ça dit sur nous quand un des objets les plus convoités de notre époque, qui représente quasiment à lui seul le progrès et l’accomplissement en Amérique du Nord, vit sereinement uniquement lorsqu’il est en dehors de tout contact avec les autres? Que dire de quartiers et de villes apparus pendant les périodes fastes d’une société désormais en déclin qui laissent des immenses espaces aux voitures, mais si peu aux simples piétons? Existons-nous mieux en parallèle? J’ai toujours vu Montréal comme des solitudes parallèles, qui co-existent, une toile éternellement renouvelée de rencontres nocturnes et passagères: des petits accidents de voiture, certains qu’on regarde pendant des années en contemplant l’horreur du contact, d’autres qui nous laissent des petites égratignures, qu’on ne veut [...]

Lire le billet →

Quelques réflexions inutiles sur la mort au cinéma

7 septembre 2014 · Cinéma, Humeur · Joseph Elfassi
1
Quelques réflexions inutiles sur la mort au cinéma

Contrairement à l’auditeur préalablement informé, le chef de la sécurité de l’hôtel de Las Vegas est absolument inconscient de sa mort imminente, tandis qu’il parle à un assassin en quête de sang prétendant être un agent du FBI. Cette scène de Smokin’ Aces est d’une terrifiante ironie. Devant l’imposteur mortel, le chef de la sécurité (interprété par Matthew Fox, aka Jack dans Lost) explique tout ce qu’il faut pour que ce mercenaire se rende à sa cible, allant même jusqu’à raconter l’étendue de sa surveillance de l’hôtel, grâce à ces caméras qui lui permettent de tout voir, en tout temps. Tout, sauf la mort, devant ses yeux. Il est tristement trop tard lorsqu’il commence à se rendre compte que tout ne tourne pas rond, puisque Acosta (Nestor Carbonell) le poignarde chirurgicalement, plongeant immédiatement sa victime dans un état de semi-conscience éclairée; conscient de sa mort imminente, mais comme empoisonné par un venin paralysant, la victime, morte en réalité depuis plusieurs minutes, se fait guider vers la pénombre par son bourreau. Il se laisse aller vers le sol, tandis qu’Acosta le somme de fermer les yeux. « Ne laisse pas ce visage être la dernière chose que tu [...]

Lire le billet →
Page 1 sur 41234

S’abonner au blogue

@JosephElfassi

+ @JosephElfassi →

Catégories