Blogue de Joseph Elfassi Hannibal Lecteur RSS

Nous n’avons rien choisi de ce merveilleux chaos

26 juillet 2014 · Humeur · Joseph Elfassi
1

En ce moment il y a autour de nous une attaque compréhensible d’un mode de vie moderne qui, je pense, s’acharne injustement sur des cibles inopportunes. Dans la critique du selfie et du like et du message texte, il y a comme une accusation irrationnelle d’une génération héritière de ce monde. Nous n’avons fait que naître ici, nous n’avons pas choisi cette époque ni construit les murs dans lesquels se sont façonnés nos appareils intelligents, qui d’ailleurs nous surveillent. Nous sommes héritiers de ce monde bruyant et rapide, et l’imperfection est une piste de danse effrénée sur laquelle nous évoluons tous, probablement avec une grande maladresse selon certains prédécesseurs certains d’avoir connu une époque glorieuse pendant laquelle la vie avait plus de sens, mais contrairement à tous nos gadgets et nos meubles, l’existence n’est pas venue avec un manuel d’utilisation. Certains d’entre nous sommes assez vieux pour comprendre qu’il n’existe réellement que peu de modèles, et ce ne sont généralement jamais ceux qui se présentent comme tels qui peuvent réellement s’accaparer ce rôle mystérieux, énorme, ingrat, étrange. Mais ceux d’entre nous qui comprenons que ceux qui se présentent comme des modèles sont souvent des fraudes sont aussi encore trop jeunes [...]

Lire le billet →

Ode aux Obies

15 juillet 2014 · Musique, Société · Joseph Elfassi
4

Jouons ensemble un peu. Je dis ceci sans condescendance, plutôt avec le plaisir authentique d’un individu trop enthousiaste à qui on donne un prétexte parfait pour jouer avec des joujous qu’il aime bien. Tout récemment, Mathieu Bock-Coté a traité les Dead Obies, comme ses admirateurs, de colons raffinés obsédés par une époque nouvelle, nous avertissant sagement (désolé pour cette ironie grossière et évidente) des dangers potentiels d’une obsession malsaine avec la nouveauté. Ce qui est magnifique, c’est qu’on peut finalement s’éloigner d’un terrain trop parfaitement maîtrisé par Mathieu Bock-Coté, c’est-à-dire l’argumentaire social conservateur appuyé d’une rare érudition historique égalée uniquement par le caractère sévèrement limitatif de sa conception de l’Histoire. Je n’irai jamais dans l’arène pour discuter avec Mathieu Bock-Coté de Lucien Bouchard ou de Charles de Gaulle ou de Pierre-Elliot Trudeau. Mais ce qui est intéressant c’est que la lecture occasionnelle de ses textes de plus en plus similaires contribue à la lecture critique de la situation actuelle avec les Dead Obies. Et ça, c’est magnifique. Les Dead Obies sont propulsés à l’avant-plan d’un débat politico-culturel, qui est beaucoup plus idéologique que politique en fait, plus identitaire que culturel. On les présente comme les assimilateurs, des faux prophètes érigeant [...]

Lire le billet →

Pourquoi j’aime tant la littérature

6 juillet 2014 · Humeur, Livres · Joseph Elfassi
Pourquoi j’aime tant la littérature

Ça fait maintenant une dizaine d’années que je lis…j’ai débuté sérieusement tandis que j’étais à l’UQAM, en journalisme. Un début, tardif, je l’avoue, mais les lectures obligatoires à l’école m’avaient toujours peu intéressé: dans l’école privée juive à laquelle j’allais, une trop importante proportion du corpus littéraire était dédiée à de la littérature jeunesse sur l’holocauste, aussi contradictoire le concept puisse-t-il paraître. La nécessaire Anne Frank était au rendez-vous, mais pas Primo Lévi, ni Élie Wiesel. À l’école publique au secondaire, avec un penchant québécois, on misait encore sur certains classiques français plutôt hermétiques, qui sont souvent le résultat ou l’aboutissement d’une culture littéraire érudite, mais ne devraient pas servir d’introduction à la matière. Parmi Le petit prince, universel, inévitable et sublime à tous les âges, on retrouvait ici et là trop d’exemples fades, et trop peu d’encouragements d’enseignants pour faire sa propre recherche et découvrir des œuvres géniales. C’était toujours conseillé, évidemment, mais formellement, comme si une déclaration de forfait non-écrite concernant la littérature était affichée à l’entrée de tous ces cours pendant lesquels la médiocrité de certains, ou leur absolu désintérêt, était [...]

Lire le billet →

Danser parmi les ruines

2 juillet 2014 · Humeur, Société · Joseph Elfassi
1

Je pense à la vie, ces temps-ci. Pas seulement la mienne, malgré mon incapacité obstinée de me dissocier de mon propre petit parcours, mais surtout à la notion même de la vie. C’est dans l’air. Des bébés apparaissent autour de moi et chaque apparition distancée apporte son lot de progrès indéniables : soudainement, mon petit neveu adorable, d’une volonté de fer qui dépasse largement la mienne, remarque sur le balcon que des voitures peuvent passer derrière sa tête d’un côté et sortir de l’autre, lui permettant comme ça de conceptualiser un espace tridimensionnel invisible mais tout aussi réel. À mon âge, la découverte demande soit une entreprise individuelle volontaire qui exige que je m’expose à de l’inconnu, comme le voyage ou bien une nouvelle activité, soit un émerveillement face à un quotidien qu’on a tendance à trop prendre pour acquis, ce qui est en fait bénéfique pour un cerveau qui n’a plus besoin de se fatiguer à continuellement enregistrer minutieusement des informations redondantes. Mais les enfants de mon entourage, eux, ils découvrent absolument tout : c’est en faisant tomber régulièrement des objets qu’ils comprennent une certaine notion de la gravité. Toute nouvelle texture est une découverte stimulante. Tous les visages sont nouveaux. [...]

Lire le billet →

Pourquoi j’ai très hâte au nouveau Godzilla

9 mai 2014 · Cinéma, Divers · Joseph Elfassi
2
Pourquoi j’ai très hâte au nouveau Godzilla

Je comprends l’aspect potentiellement rébarbatif des blockbusters américains diffusés en été. On sait très bien que l’industrie du film américain est comme toutes les autres désormais: création à la chaîne de produits aux impacts prévisibles. Ainsi on produit, on promouvoit et on consomme un film comme on consommerait un iPhone, un Big Mac ou un tour de manège. Et l’été, c’est la période des coups sûrs consécutifs (bien que ces coups ne soient jamais si sûrs que ça). En sachant que près de 95% des profits d’un film se font dans les trois premières semaines, on peut s’attendre à des dates de sorties suffisamment éloignées pour que des films issus d’un même studio ne se fassent pas trop de compétition. Les gros compétiteurs pour la domination au box-office cet été? En plus des Tortues Ninjas (6 août 2014) et des Guardians of the Galaxy (1 août 2014), et  On trouve les X-Men, qui sortent tout leur arsenal pour cet opus: on fait appel à Bryan Singer qui, avec la première série de X-Men mettant en vedette Hugh Jackman, a mené la croisade [...]

Lire le billet →

Climat: l’urgence d’agir

22 avril 2014 · Société · Joseph Elfassi
8

Tout d’abord, pour qu’un quelconque représentant du peuple, décideur ou élite politique puisse attire mon attention et être considéré crédible, il faut que celui ou celle-ci considère comme première priorité l’urgence de réagir rapidement à la situation environnementale qu’on pourrait qualifier, selon un consensus scientifique mondial, de catastrophique. Cette urgence est particulièrement flagrante lorsqu’on réalise la lenteur de la réaction humaine générale concernant des évidences qu’on pourrait qualifier de crasses. Prenons la situation des femmes dans le monde : il  aura fallu plusieurs millénaires (des millénaires) de coexistence pour que, dans certains endroits bien spécifiques et bien rares du globe, la femme soit considérée comme l’égale de l’homme, via des combats lents, douloureux, dans lesquels des femmes brillantes ont dû passer des vies entières à convaincre des hommes imbéciles mais puissants ou satisfaits de leur situation qu’elles étaient leur égale. On retrouve une situation similaire avec les Noirs, par exemple, où, aux États-Unis, cela a pris plusieurs siècles avant que les Noirs aient pu convaincre leurs concitoyens qu’ils n’avaient pas vraiment le droit de les traiter comme des bibelots ou des charriots ou un balai. Si je me permets cette parenthèse d’inégalités sociales c’est pour montrer que le temps de réaction [...]

Lire le billet →

La mort d’un géant

17 avril 2014 · Divers · Joseph Elfassi
1

Je ne suis pas un expert de cet homme à qui je voudrais écrire cette lettre même si je ne crois pas en la vie après la mort. J’ai du montage à faire, des rendez-vous, et c’est après tout un étranger: un vieil homme, assez vieux pour qu’on s’attende qu’il meure bientôt. Un prix Nobel de littérature, comme il y en a quelques uns. Je vais être franc: je n’ai lu que deux livres de sa bibliographie imposante, soit l’inévitable Cent ans de solitude et L’amour au temps du choléra. Si ce dernier était fabuleux et riche, et qu’il expliquait avec merveille la chronologie injuste et arbitraire du vieillissement naturel des couples amoureux, c’est surtout son premier qui m’a absolument bouleversé. Il m’est impossible de dresser une liste de mes livres préférés sans mentionner Gabriel Garcia Marquez et son imposant « Cent ans de solitude », qui raconte les cent ans d’une ville sud-américaine fictive, dans laquelle sied une énorme famille dans une maison presque vivante. Vous connaissez le terme, réalisme magique, eh bien, on peut l’attribuer à certains auteurs mais c’est cet homme qui a mis ce terme sur la mappe. C’est la force imaginative de ce seul esprit qui a [...]

Lire le billet →

La Première ministre et les Premières Nations

8 avril 2014 · Divers · Joseph Elfassi
7

Bien que mes réticences à l’égard des récentes initiatives du PQ soient nettes et évidentes (je fais référence ici surtout à la charte et à la présence de PKP à l’Assemblée Nationale, en gros), je dois avouer avoir trouvé le spectacle de la passation des pouvoirs assez obscène hier lorsque les trois prétendants au trône de Marois se sont présentés devant les militants du parti. L’empressement explicite et évident de Lisée, Drainville et Péladeau de s’afficher comme le potentiel successeur de Marois ne rend pas hommage à ce que l’on doit tous considérer comme une femme d’État d’une rare importance dans l’Histoire du Québec. Je dis ceci avec les bémols qu’imposent des décisions récentes avec lesquelles j’ai un profond désaccord. Mais on ne peut pas nier l’importance de cette chef qui a littéralement changé la donne pour les femmes au Québec, servi la cause souverainiste pendant des années et nettement amélioré le sort de nombreux québécois pendant les trente années d’une présence politique à peu près sans égal au Québec. Bien que les scores fussent terribles, Pauline Marois méritait un hommage qu’elle n’a jamais reçu sur scène. Elle méritait qu’on la traite avec le respect et la révérence qu’on réserve [...]

Lire le billet →

Quelques reflexions tardives sur l’abstentionnisme

7 avril 2014 · Divers · Joseph Elfassi
2

S’il vous plaît, interprétez ce qui suit comme une petite reflexion sur une pensée politique taboue plutôt que d’un prosélytisme idéologique. Je n’essaie aucunement d’inciter qui que ce soit à voter ou non. Je cherche tout simplement à trouver les failles potentielles dans un discours critique à l’égard de l’abstentionnisme. Dans la rhétorique qui mène à l’humiliation potentielle de l’abstentionniste (ce que j’appelle le slot-shaming), l’électeur expliquera à l’abstentionniste que son abstention ne présente pas de solution au problème politique actuel qui est assez difficile à nier. Ce faisant, l’électeur avoue explicitement participer pleinement au problème actuel, faute d’avoir trouvé de solution. Génial. Dans la rhétorique électoraliste, on érigera comme profession de foi que le vote d’un électeur progressiste habitant dans un château-fort libéral ou péquiste comptera quand même. Cette prédiction est davantage basée sur une profession de foi que sur l’illustration technique d’une route tangible qui mène de l’urne aux résultats concrets à court, moyen ou long terme sur le paysage politique québécois. Ainsi, il faut plutôt faire confiance aveuglément aux conséquences positives du vote, en faisant abstraction assez rigoureuse des éléments contredisant cette affirmation. Voter, c’est un peu comme prier. Pourquoi ne pas le faire, au cas où? [...]

Lire le billet →

La cassette de Couillard et l’étroitesse des médias

5 avril 2014 · Divers · Joseph Elfassi
5

Je revenais du spectacle épique qui clouait supposément l’existence médiatique de Gab Roy. Décidant de me protéger de la pluie qui s’abattait sur une Saint-Laurent martelée par les talons de propriétaires de jupes écourtées, j’ai pris un taxi. Expérience banale s’il en est, le radio présentait des nouvelles politiques, et un extrait de Philippe Couillard nous rappelait, une millième fois, que sa priorité était l’économie et la création d’emplois. En soi ce sont des priorités nobles, avec lesquelles personne ne peut exprimer un désaccord de principe. Ce qui me frappe, c’est le mépris pour le journalisme et l’abus explicite de pouvoir qui vient de cette utilisation éhontée de la cassette. En gros, cela veut dire qu’en général, si vous parlez à Philippe Couillard, il vous expliquera l’importance des emplois (et le danger potentiel d’un référundum), même si vous lui avez posé une question sur l’environnement, la culture, nos rapports avec la superpuissance américaine ou le partenaire canadien. Philippe Couillard ne vous parlera que d’économie, en sachant très bien que si vous lui parlez, par souci d’équité et de prétendue neutralité journalistique, vous allez être obligés de le citer. Et si vous devez le citer, vous allez devoir puiser dans ce [...]

Lire le billet →
Page 1 sur 3123

S’abonner au blogue

@JosephElfassi

+ @JosephElfassi →

Catégories