Blogue de Pierre-Yves McSween Zone grise RSS

Professeur | Chroniqueur | Consultant | Conférencier | MBA, CPA, CA On discute d'économie, de finances personnelles, de littératie financière et de politique dans un climat de répartie.

Gagnons un peu de temps…

15 décembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
23

Le gouvernement du Québec fait une offre ridicule aux employés de l’État. Ceux-ci exigent une augmentation déraisonnable. Le fameux jeu de la négociation s’amorce. De chaque côté, on perdra du temps et de l’énergie pour en arriver à un accord mitoyen. Le gouvernement du Québec offre un gel de deux ans et une augmentation de 1 % par la suite en plus de modifier à la baisse les conditions de retraite. En somme, on propose d’appauvrir les employés de l’État puisque l’inflation risque de dépasser cette augmentation. De son côté, le Front commun exige 13,5 % d’augmentations sur 3 ans : une demande ridicule dans les conditions actuelles. Voici un accéléré de ce qui arrivera durant les prochains mois : Le gouvernement maintiendra la ligne dure en affirmant que ce n’est pas aux contribuables de payer pour les conditions exceptionnelles des employés de l’État et que ceux-ci doivent faire leur part. Le Front commun répliquera avec des mots comme : acquis, membres, précarité, appauvrissement des familles, classe moyenne, combat, etc. Le bras de fer se perpétuera, les représentants syndicaux se lanceront dans une mobilisation sans précédent. Un appel au débrayage sera lancé. Des milliers d’employés déferleront dans les rues et le quidam assis devant son [...]

Lire le billet →

Tarifs de garderie : preuve par l’exemple

28 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
11
Tarifs de garderie : preuve par l’exemple

Lorsque j’étais étudiant en sciences de la nature, on me disait : « il ne suffit que d’un contre-exemple pour détruire une théorie ». Alors, selon le gouvernement du Québec, les tarifs de services de garde sont modulés en fonction des revenus. Ainsi, regardons deux exemples : 1)      Un couple dont chacun des conjoints gagne 200 000 $ par année : Conclusion: Tarif net quotidien de la garderie subventionnée = 15,16$ 2)      Un couple dont chacun des conjoints gagne 88 000 $ par année : Conclusion: Tarif net quotidien de la garderie subventionnée = 16,31 $   En somme, un couple gagnant 400 000$ paye un tarif net quotidien subventionné de 15,16 $ et un couple gagnant 176 000$ paye un tarif net de 16,31 $ pour la même période. Donc, nous pouvons tirer la conclusion suivante: l’outil de calcul du gouvernement ou la fiscalité progressive des tarifs de garderie ne fait pas de sens. On dirait que le ministère des finances a mis à jour cet outil un peu rapidement. [...]

Lire le billet →

Trois questions sans réponse sur les frais de garde

28 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
Trois questions sans réponse sur les frais de garde

  Le gouvernement publie un lien permettant de calculer le coût net d’une place en garderie subventionnée ou non subventionnée : http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/outils/garde_francais.html Pourtant, au premier coup d’œil, on se rend compte de deux lacunes importantes de cet outil :   1)      La prestation universelle pour garde d’enfants (PUGE) du gouvernement fédéral n’est pas présentée.   Bien que cette prestation soit versée, peu importe que l’on envoie son enfant à un service de garde ou non, elle demeure une prestation dédiée à cet effet. Par contre, le gouvernement fédéral ne voulait pas pénaliser les parents en fonction de leur choix, voilà pourquoi le montant est versé, peu importe le système de garde choisi. Certains diront que la PUGE est un coût non pertinent de l’analyse financière. Par contre, pour faire preuve d’honnêteté intellectuelle, le tarif net devrait être réduit de la PUGE. Si j’étais au PLQ, j’aurais déduit la PUGE, ce qui donnerait une réalité plus intéressante à présenter.   2)      L’outil de calcul ne précise pas si l’on doit utiliser le revenu net ou le revenu brut. Le revenu net en fiscalité, ce n’est pas le revenu après impôts. Non, c’est [...]

Lire le billet →

Le « No gift act »

17 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
40

Je déteste Noël. Traitez-moi de vieux grincheux, je déteste ce que l’on définit maintenant par Noël. Un festival de consommation inutile. Le chiffre magique : 639 $. Le chiffre magique du budget de consommation des ménages pour la période des fêtes en 2014. Quand on dit budget, c’est évidemment une prévision de dépenses. Rien ne dit que celui-ci sera respecté ou que la somme est réellement disponible. Noël? Une période d’orgie de consommation où la décadence de la société moderne montre ce qu’elle a de plus ridicule, de plus risible, de plus infecte. Il y a de ces moments où l’on se demande si l’humain nord-américain ne s’ennuie pas. Consommer pour se désennuyer. Consommer pour consommer devient une habitude. T’as consommé aujourd’hui? Qu’est-ce que tu planifies consommer? Puis, vient cet échange de cadeaux où chacun achète quelque chose dont l’autre n’avait pas réellement besoin. Un article de plus qui viendra choir dans une boite, une garde-robe ou un garage pleins à craquer.  Tous ces objets inutiles viendront, un jour ou l’autre, garnir une vente-débarras quelconque. Tout cela, sans compter la robe à paillette que l’on ne portera qu’à une occasion ou cette chemise écarlate réservée à cette période de l’année. Et si [...]

Lire le billet →

Le droit d’être pauvre

3 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
10

En 1983, sur la rue Edmond à Salaberry-de-Valleyfield, il y avait un petit garçon légèrement plus vieux que moi, dont le vélo était reconnaissable par le bruit qu’il dégageait. Sa chaîne de vélo était rouillée. Pour lui, j’étais riche, mon vélo-à-bientôt-juste-deux-roues était bien huilé. Ce premier contact avec l’écart de richesse, aussi anodin soit-il, représentait une métaphore plus que réelle. Selon un sondage publié récemment, 62 % des gestionnaires de risque de banques américaines interrogées croyaient que « l’écart des richesses représente un risque de plus en plus grand pour le système financier nord-américain ». Il est naïf de croire cet écart puisse se résorber par lui-même. En effet, trois facteurs principaux créent naturellement un écart et une concentration : l’héritage, l’accumulation de capital et le principe de rendement sur investissement. Au Canada, on ne défend pas ses actifs avec des forteresses ou une milice privée à grand déploiement. En effet, la société de droit protège l’accumulation de richesse. Par contre, le respect de la société de droit est tributaire d’une seule équation : les moins nantis doivent juger qu’il paraît plus avantageux de respecter la société de droit que d’affronter l’anarchie. Conséquemment, le partage de la richesse semble ultimement la seule issue à l’équilibre fragile [...]

Lire le billet →

Le cul-de-sac Scott-Gomez?

1 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
2
Le cul-de-sac Scott-Gomez?

Avec l’annonce du pont Maurice-Richard, imaginons une discussion téléphonique entre deux automobilistes circulant dans la métropole. Montréal, dans une réalité où les nominations se feraient en fonction des exploits sportifs. -          Je suis pris dans le trafic sur le pont Maurice-Richard -          Chanceux! Je suis pris dans la zone de travaux Andrei-Markov! -          Normal, ça fait des années que les travaux publics tentent de boucher le nid-de-poule Alexandre-Daigle. -          Où te diriges-tu? -          Je m’en vais dans l’Est, pas loin du centre de gestion des déchets Milan-Lucic. -          Passe par la voie de desserte Dustin-Tokarski , tu arriveras au rond-point Brent-Bilodeau. À ce moment, tourne à gauche. -          Oui, mais quand je fais cela, j’aboutis toujours dans le cul-de-sac Gilbert-Dionne. -          C’est certain que Montréal, avec tous les travaux, c’est l’enfer. -          Attends que les travaux de destruction de l’échangeur Turcot soient terminés. Ça va prendre encore quelques années avant que le nouvel échangeur Réjean-Houle soit prêt. -          Si tu es fatigué, prends une pause. Vas te coucher sur un banc de parc John-Kordic. -          Ah non, je suis trop pressé! De plus, je dois prendre un pont et être ralenti par le poste de péage PK-Subban. Au moins, l’été, [...]

Lire le billet →

La Ballade de Sam Hamad

25 septembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
26
La Ballade de Sam Hamad

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, semble avoir une fixation sur le retour des Nordiques.  Source intarissable de déclarations pour flatter la région de Québec dans le « sens de la lame », Sam Hamad déclarait en mars dernier : « Les gens de Québec veulent une équipe de hockey, pas un pays. » Dans le but d’en rajouter cette semaine, il affirme que l’État ouvre la porte à être « partenaire » financier dans un éventuel retour d’une équipe de hockey professionnelle à Québec. (Crédit: Ici Radio-Canada) On comprend que monsieur Hamad suppose une aide financière sous forme de prêt. Ainsi, être un « partenaire financier » voudrait dire accorder un prêt à Québecor. Si le prêt se fait à un taux de capital de risque, c’est-à-dire à un taux bien supérieur au coût de financement de la dette québécoise, cela pourrait être techniquement une situation d’effet de levier. D’ailleurs, si le Québec finance Québecor via Investissement Québec, il faudra que le taux d’intérêt soit aussi élevé que le serait celui offert par une firme de financement privé. Là où l’argumentaire du ministre devient boiteux, c’est lorsqu’il tente de comparer Québec avec [...]

Lire le billet →

Couche-Tard à l’heure de la malbouffe

11 septembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
5
Couche-Tard à l’heure de la malbouffe

Après les fameuses « Sloches » sucrées et ses publicités au style provocateur, Couche-Tard se lance dans la malbouffe pour fidéliser une jeune clientèle. Ainsi, dans certains dépanneurs situés près d’une clientèle cible, on vend de la nourriture à qualité nutritive plus que douteuse. Le but ? Habituer les étudiants à la marque Couche-Tard pour créer des consommateurs fidèles à l’âge adulte. Dans un monde où l’obésité devient un problème de société et où l’on banalise la consommation excessive de sucre, cette démarche commerciale est décevante. On pourrait même la qualifier d’irresponsable et d’insidieuse. Le dépanneur du coin pullule d’étudiants. Les produits offerts dépassent l’entendement au niveau du gras, du sel et surtout du sucre. L’Organisation mondiale de la santé proposait une consommation de sucre maximale de 25 grammes par jour. Grâce à Couche-Tard, plusieurs jeunes décuplent cette mesure quotidiennement. On offre une variété impressionnante de boissons gazeuses pour seulement 79 cents Pour 79¢, le consommateur peut acheter un verre en styromousse pouvant contenir 946 ML de boissons gazeuses. C’est tellement populaire que lorsque je suis arrivé à la caisse avec un produit régulier du réfrigérateur, la caissière m’a [...]

Lire le billet →

PKP : le numéro 1 parmi les numéros 2

28 août 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
22
PKP : le numéro 1 parmi les numéros 2

La réussite en politique est parfois une question de circonstances, mais aussi de chiffres. À écouter les divers députés du Parti Québécois, plusieurs candidats tenteront de se faire élire comme chef. Une phrase typique des derniers jours : « des gens m’ont demandé de me présenter ». Façon humble de dire que le poste nous intéresse. Mais voilà, la tête d’un parti politique, ce n’est pas fait pour un numéro deux. Pour faire un parallèle avec le hockey, Brandon Prust est un excellent joueur d’équipe, mais ne figure pas dans les plans du premier trio. Un numéro deux, c’est comme un bon valet. Il est technique, assidu, et loyal. On respecte ce qu’il dit, on écoute ses conseils. Il se sacrifie pour la cause, pour le chef. Il reste dans l’ombre, attendant hypothétiquement son tour. Par contre, le numéro deux a une valeur comme numéro deux. (Crédit photo: L’actualité) Il ne prend pas bien le soleil le numéro deux. Restant dans l’ombre, le chef s’arrange habituellement pour lui mettre de la crème solaire lorsqu’il est trop exposé. Soit en lui demandant de gérer une patate chaude, soit en [...]

Lire le billet →

Les failles financières et fiscales du projet de loi 3

21 août 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
40

Depuis le début, je l’affirme : demander aux employés et aux retraités de payer le déficit actuariel passé ne tient pas la route de la logique financière. Malgré tout, le dialogue de sourds continue. Alors, je propose la réflexion suivante qui pourrait atteindre les instigateurs de l’idée. Le problème du facteur d’équivalence et du coût de renonciation : Un contribuable bénéficiant d’un fonds de pension à prestations déterminées ne peut pas cotiser à son REER à la même hauteur que d’autres contribuables. En effet, on lui attribue un facteur d’équivalence venant réduire sa cotisation possible et donc la déduction de son revenu. Ce facteur est issu d’un calcul actuariel simplifié tenant en compte que l’employeur assure un rendement futur, peu importe les résultats de la caisse du régime sur les marchés boursiers. Quand on demande à l’employé de rembourser le déficit actuariel, on devrait indubitablement réduire le facteur d’équivalence de ses déclarations fiscales passées pour garder une certaine cohérence (en substance économique). Cette réflexion génère des questions sous-jacentes : Va-t-on demander aux employeurs de faire une nouvelle émission amendée des feuillets passés sur une période de 5, 10 ou 20 ans? Il le faudrait puisque l’employeur change le contrat ex post. Est-ce que [...]

Lire le billet →
Page 1 sur 812345678

S’abonner au blogue

@pymcsween

+ @pymcsween →

Catégories

Favoris