Blogue de Pierre-Yves McSween Zone grise RSS

Professeur | Chroniqueur | Consultant | Conférencier | MBA, CPA, CA On discute d'économie, de finances personnelles, de littératie financière et de politique dans un climat de répartie.

Le Festival International du Contribuable de Montréal

10 février 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
8

Je viens d’avoir une idée, je me lance en affaires : « Le Festival International du Contribuable de Montréal! » (le FICM). Comment fait-on ça? Facile, voici ma recette en quelques étapes.   1)      Créer un OBNL Il est très important pour un festival de créer un organisme à but non lucratif. Pourquoi? Parce que dès le départ, un OBNL ne paie pas d’impôt et peut plus facilement recevoir de l’aide gouvernementale sous forme de subventions. De plus, si un jour je ne fais pas assez de profits ou si les temps sont difficiles, je dirai aux spectateurs de sauver le Festival International du Contribuable de Montréal en achetant des petits bracelets à 5$. Comme c’est un OBNL, les spectateurs seront enchantés d’aider la bonne cause. Le but est simple : l’OBNL doit à peine couvrir ses frais chaque année, ça parait mieux. Dans le but de mieux paraître, je pourrais même affirmer qu’une partie des profits du FICM seront versés à un organisme d’aide à la jeunesse. De toute façon, 1% de presque rien…   2)      Créer une compagnie de gestion Évidemment, tout bon festival se doit d’avoir un promoteur. Le promoteur se crée une compagnie de gestion. Donc, l’OBNL paye le promoteur annuellement pour [...]

Lire le billet →

Austérité ou compressions budgétaires ?

8 février 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
6

Les règles économiques et financières sont-elles justes? Non. Il faudrait se mentir à soi-même pour se convaincre qu’il est parfaitement juste de commencer sa vie avec un capital financier significativement variable d’une personne à l’autre. Les mieux nantis doivent comprendre que l’acceptation de leur richesse protégée par la société de droits ne tient que parce que la société y trouve son compte. En résumé, la population doit croire qu’un système injuste est plus rentable que de vivre l’anarchie. Cela explique pourquoi l’impôt progressif est un principe relativement acceptable : les moins nantis se voient redistribuer des ressources et les mieux nantis protègent ainsi la société de droit. Par contre, comme la version humaine de la planète Terre joue à ce jeu, il est difficile d’en faire abstraction. Ainsi, on ne peut pas s’engager à jouer à un jeu durant des décennies et puis du jour au lendemain faire fi des règles et croire que les autres joueurs voudront continuer à jouer.  Le Québec ne peut pas décider soudainement de ne pas tenir compte de ses obligations financières et de vivre sa vie en respirant des marguerites. On a beau être contre la financiarisation de notre économie, cette réalité dicte notre existence [...]

Lire le billet →

L’étude biaisée des retombées économiques de Facebook au Canada

22 janvier 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
1

Facebook rend publique une étude de Deloitte selon laquelle le réseau social générerait 5 G$ de retombées économiques et 82 000 emplois indirects. Chaque fois que l’on utilise l’expression « retombée économique » on a droit à une définition différente. Qu’à cela ne tienne, avant d’analyser un rapport de consultant, il faut toujours aller voir une page bien précise : celle où le consultant limite la portée de son rapport. Dans le rapport de Deloitte, on peut lire : « Ce rapport […] a été préparé par Deloitte  […] pour Facebook inc. sur la base de l’étendue et des limites présentées ci-dessous. » Cet extrait en dit long. En somme, ce rapport a été commandé par Facebook inc. et il serait vraiment utile de lire les prochains paragraphes de celui-ci. Un rapport de consultant se base toujours sur des hypothèses et limites. Le diable est dans les détails, mais toute étude, analyse ou rapport contient des limites aux conclusions que l’on peut en tirer. Plus loin, le consultant précise que « […] l’étendue de notre travail a été limitée par le temps, par l’information et les explications qui nous ont été fournies. L’information contenue dans ce rapport a été obtenue de Facebook inc. […] ». [i] [...]

Lire le billet →

Le conte de la Caisse de dépôt et placement du Québec raconté aux enfants

21 janvier 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween

Il était une fois, une « bonne mère de famille » (question de changer la formule habituelle) qui vivait dans un duplex du quartier Rosemont ayant sérieusement besoin de réparations. Elle se nommait Gou Vernement. Sa fille, Caisse Dedepot avait épargné 10 000 $ pour ses études. Étant dépassée par les obligations financières, madame Vernement n’était pas dans son assiette. Coupant autant à gauche qu’à droite, on avait remplacé les pois frais par des pois en conserves, le filet mignon par du steak haché et sa sortie au cinéma du vendredi par une soirée devant Télé-Matante. Malheureusement, des travaux de réfection importants au duplex étaient nécessaires. L’entrepreneur, ayant le cœur sur la main, se limita à 30 % d’extras sur la soumission initiale. Gou se présenta à la banque, mais celle-ci trouva que le ratio d’emprunt était déjà bien élevé pour la capacité de paiement de la bonne mère de famille. La banque demanda à celle-ci de ne pas s’endetter davantage pour ne pas affecter sa cote de crédit et sa capacité de remboursement. Désarçonnée, Gou Vernement rentra à la maison. Sa fille se lamenta. Elle venait de recevoir son relevé de son certificat de pauvreté garantie (CPG) lui donnant 1,2 % de rendement sur [...]

Lire le billet →

Le chien mordant sa propre queue

14 janvier 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
5
Le chien mordant sa propre queue

J’aime bien la maxime d’Antoine  Lavoisier « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». L’entente entre le gouvernement et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour le financement des infrastructures n’a créé aucune nouvelle ressource financière réelle pour le Québec. Ce qui a été fait représente plutôt un brassage de cartes pour présenter le jeu d’une nouvelle façon. Le chien a peut-être l’impression d’avoir accès à un nouveau festin, mais en fait, il est en train de déguster partiellement sa propre queue. 1)      La présentation : le nerf de la guerre Lorsque j’étais auditeur de compagnies publiques, on disait souvent à la blague : « Mets de la couleur dans ton rapport, ça donne de l’assurance ». En somme, la présentation est importante. La présentation de cette décision politique et économique a probablement été réfléchie depuis un certain temps pour proposer une image acceptable pour toutes les parties prenantes. 2)      Traduction libre d’un communiqué de presse Le paragraphe clé des documents proposés sur le site de la CDPQ est le suivant : « Cette entente est de nature commerciale. Elle vise principalement une réalisation performante et efficace de projets majeurs d’infrastructure publique tout en procurant à la Caisse des rendements commerciaux [...]

Lire le billet →

Dans l’attente de la fatidique balle courbe

7 janvier 2015 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
5
Dans l’attente de la fatidique balle courbe

Le Baseball est un sport fascinant pour ceux qui n’aiment pas le sport. John Kruk avait bien résumé le tout à l’époque : « Lady, I’m not an athlete. I’m a professional baseball player. » John Kruk Pourtant, le baseball, que l’on peut qualifier d’activité récréative, est une extraordinaire analogie de la vie humaine. Parce que dans la vie, on ne sait jamais quand on recevra une balle courbe. Celle que l’on ne voit pas venir. Parfois, l’effet papillon transforme la trajectoire d’un lancer dont on n’avait pas planifié l’aboutissement. Au début de la vie, le panneau est vide. La partie est nouvelle. Comme disait Yogi Berra : «It ain’t over till it’s over.» On ne sait pas la durée de la partie, on sait seulement qu’elle aura neuf manches, plus ou moins courtes d’un individu à l’autre. Parfois, on vivra des périodes où l’on aura confiance et l’on passera à l’attaque. À d’autres moments, on sera sur la défensive pour tenter de minimiser les dommages. Puis, viendront les passages à vide, pendant quelques manches, on ne s’inscrira pas au pointage et le temps passera rapidement. Il [...]

Lire le billet →

Gagnons un peu de temps…

15 décembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
33

Le gouvernement du Québec fait une offre ridicule aux employés de l’État. Ceux-ci exigent une augmentation déraisonnable. Le fameux jeu de la négociation s’amorce. De chaque côté, on perdra du temps et de l’énergie pour en arriver à un accord mitoyen. Le gouvernement du Québec offre un gel de deux ans et une augmentation de 1 % par la suite en plus de modifier à la baisse les conditions de retraite. En somme, on propose d’appauvrir les employés de l’État puisque l’inflation risque de dépasser cette augmentation. De son côté, le Front commun exige 13,5 % d’augmentations sur 3 ans : une demande ridicule dans les conditions actuelles. Voici un accéléré de ce qui arrivera durant les prochains mois : Le gouvernement maintiendra la ligne dure en affirmant que ce n’est pas aux contribuables de payer pour les conditions exceptionnelles des employés de l’État et que ceux-ci doivent faire leur part. Le Front commun répliquera avec des mots comme : acquis, membres, précarité, appauvrissement des familles, classe moyenne, combat, etc. Le bras de fer se perpétuera, les représentants syndicaux se lanceront dans une mobilisation sans précédent. Un appel au débrayage sera lancé. Des milliers d’employés déferleront dans les rues et le quidam assis devant son [...]

Lire le billet →

Tarifs de garderie : preuve par l’exemple

28 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
11
Tarifs de garderie : preuve par l’exemple

Lorsque j’étais étudiant en sciences de la nature, on me disait : « il ne suffit que d’un contre-exemple pour détruire une théorie ». Alors, selon le gouvernement du Québec, les tarifs de services de garde sont modulés en fonction des revenus. Ainsi, regardons deux exemples : 1)      Un couple dont chacun des conjoints gagne 200 000 $ par année : Conclusion: Tarif net quotidien de la garderie subventionnée = 15,16$ 2)      Un couple dont chacun des conjoints gagne 88 000 $ par année : Conclusion: Tarif net quotidien de la garderie subventionnée = 16,31 $   En somme, un couple gagnant 400 000$ paye un tarif net quotidien subventionné de 15,16 $ et un couple gagnant 176 000$ paye un tarif net de 16,31 $ pour la même période. Donc, nous pouvons tirer la conclusion suivante: l’outil de calcul du gouvernement ou la fiscalité progressive des tarifs de garderie ne fait pas de sens. On dirait que le ministère des finances a mis à jour cet outil un peu rapidement. [...]

Lire le billet →

Trois questions sans réponse sur les frais de garde

28 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
Trois questions sans réponse sur les frais de garde

  Le gouvernement publie un lien permettant de calculer le coût net d’une place en garderie subventionnée ou non subventionnée : http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/outils/garde_francais.html Pourtant, au premier coup d’œil, on se rend compte de deux lacunes importantes de cet outil :   1)      La prestation universelle pour garde d’enfants (PUGE) du gouvernement fédéral n’est pas présentée.   Bien que cette prestation soit versée, peu importe que l’on envoie son enfant à un service de garde ou non, elle demeure une prestation dédiée à cet effet. Par contre, le gouvernement fédéral ne voulait pas pénaliser les parents en fonction de leur choix, voilà pourquoi le montant est versé, peu importe le système de garde choisi. Certains diront que la PUGE est un coût non pertinent de l’analyse financière. Par contre, pour faire preuve d’honnêteté intellectuelle, le tarif net devrait être réduit de la PUGE. Si j’étais au PLQ, j’aurais déduit la PUGE, ce qui donnerait une réalité plus intéressante à présenter.   2)      L’outil de calcul ne précise pas si l’on doit utiliser le revenu net ou le revenu brut. Le revenu net en fiscalité, ce n’est pas le revenu après impôts. Non, c’est [...]

Lire le billet →

Le « No gift act »

17 novembre 2014 · Divers, Humeur, Société · Pierre-Yves McSween
41

Je déteste Noël. Traitez-moi de vieux grincheux, je déteste ce que l’on définit maintenant par Noël. Un festival de consommation inutile. Le chiffre magique : 639 $. Le chiffre magique du budget de consommation des ménages pour la période des fêtes en 2014. Quand on dit budget, c’est évidemment une prévision de dépenses. Rien ne dit que celui-ci sera respecté ou que la somme est réellement disponible. Noël? Une période d’orgie de consommation où la décadence de la société moderne montre ce qu’elle a de plus ridicule, de plus risible, de plus infecte. Il y a de ces moments où l’on se demande si l’humain nord-américain ne s’ennuie pas. Consommer pour se désennuyer. Consommer pour consommer devient une habitude. T’as consommé aujourd’hui? Qu’est-ce que tu planifies consommer? Puis, vient cet échange de cadeaux où chacun achète quelque chose dont l’autre n’avait pas réellement besoin. Un article de plus qui viendra choir dans une boite, une garde-robe ou un garage pleins à craquer.  Tous ces objets inutiles viendront, un jour ou l’autre, garnir une vente-débarras quelconque. Tout cela, sans compter la robe à paillette que l’on ne portera qu’à une occasion ou cette chemise écarlate réservée à cette période de l’année. Et si [...]

Lire le billet →
Page 1 sur 812345678

S’abonner au blogue

@pymcsween

+ @pymcsween →

Catégories

Favoris