Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesEn as-tu vraiment besoin ?

Êtes-vous «comptablophobe» ?

En 1999, j’ai pris la décision de quitter la Polytechnique pour entrer à HEC Montréal. Arrivé au bureau du registraire, je voulais me faire créditer des cours. La dame me mentionne que c’est peine perdue. Qui plus est, elle me dit que si je veux devenir CPA (CA à l’époque), il n’y avait aucun cours complémentaire au programme déjà amplement chargé. Je lui avais répondu, rempli de préjugés, qu’il n’y avait aucune chance que j’opte pour l’option comptable. Oui, j’avais été construit par des préjugés sociaux : je souffrais de « comptablophobie ».

Pourtant, quelques années plus tard, je suis CPA. Partout où je vais, j’entends des commentaires « comptablophobes ». La société évolue, elle change. Je pense qu’elle est prête à voir les comptables autrement. Définir des individus par la non-compréhension de l’intérêt pour un travail est non seulement limitatif, mais discriminatoire.

La société a appris à se moquer des comptables. Parce que nous sommes en 2018, comme dirait le premier ministre du Canada, les temps changent. Sérieusement, j’entends les préjugés des gens. Je les écoute et je les confronte gentiment.

  • Si votre fils devient comptable, l’aimerez-vous quand même ?
  • Si votre fille vous avoue qu’elle est attirée par un comptable, comment vivrez-vous avec ça?
  • Si votre conjoint vous quitte pour une comptable, quelle sera votre réaction?

La comptabilité est une des rares professions où l’on extrapole automatiquement la personnalité d’une personne à partir de son travail et ses qualifications professionnelles. Vous savez pourquoi? Parce que la finance, la fiscalité, la gestion, la comptabilité et toutes les tâches et compétences connexes font peur à plusieurs. Au lieu de s’intéresser à ses finances d’entreprises ou personnelles, on préfère se moquer de ceux qui s’en occupent. Des individus se moquent de ceux qui s’intéressent à ce qui nous rebute.

Pourtant, ces mêmes personnes appellent parfois des comptables en panique en demandant de l’aide. On s’en moque au grand jour, mais on les supplie en privé. Un CPA ressemble parfois  à un psychologue. Il remet les questions financières en perspective et propose des pistes de solutions. Parce que dans chaque drame humain, il y a quelque part une question d’argent qui fait surface : une maladie, une malchance, la perte d’un être cher, etc. Derrière chaque épreuve, il y a des questions financières et fiscales à soulever.

Vous ne vous en doutez pas, mais autour de vous, il y a des CPA. Dans votre voisinage, vous croisez régulièrement des comptables, avez-vous des préjugés en les voyant?

Je suis fier d’être CPA. Je sors de la garde-robe, même si mon orientation de carrière dérange. Ne me sortez pas une excuse douteuse du type « je ne suis pas comptablophobe, j’ai un ami comptable. »

Il faut apprendre à mieux connaître les comptables, vous serez surpris des personnes que vous découvrirez. Qui sait, vous aurez peut-être même un ami CPA un jour.

Avez-vous déjà tenu des propos comptablophobes?

Ensemble, il faut poursuivre la lutte à la comptablophobie.  #FierCPA #Comptablophobie

 

 

NB : Svp, lire la définition de « second degré » dans un dictionnaire avant de commenter.