Pascal Grandmaison et Mathieu Lefevre : Déployer son arsenal
Arts visuels

Pascal Grandmaison et Mathieu Lefevre : Déployer son arsenal

Au coeur du nouvel espace Arsenal, Pascal Grandmaison et Mathieu Lefevre sont à l’honneur dans les galeries René Blouin et Division.

Après plusieurs mois de rumeurs, ce nouveau complexe d’expositions était attendu avec impatience. L’Arsenal (2020, rue William, dans le quartier Griffintown), espace d’art contemporain élaboré par Pierre Trahan, homme d’affaires propriétaire de la Galerie Division, est depuis quelques semaines en activité.

Le visiteur peut y voir une toute petite partie de la collection de Trahan, puis les espaces gigantesques de Division. Et tout au bout, se trouve la Galerie René Blouin qui y a aussi emménagé en juin. Plusieurs événements auront lieu dans la grande nef de l’immeuble, dont certains pour le Mois de la photo (qui débute le 8 septembre), soit sa soirée de lancement et "un projet spécial réunissant 10 expositions solos d’artistes en photographie".

Grandmaison – Projections

Deux vidéos de Pascal Grandmaison inaugurent les activités chez Blouin en ces lieux, dans deux salles de taille très similaire à celles du Belgo. Dans The Neutrality Escape (vidéo de 2008, que l’artiste avait présentée à la Galerie Jack Shainman de New York l’an dernier), Grandmaison nous montre des plans détaillés de la caméra 16mm Eclair NPR fabriquée en 1963 grâce à des prototypes développés à l’ONF. Ce type de caméra permit de constituer ce qu’on a appelé le cinéma documentaire, le cinéma-vérité ou le cinéma direct dans les années 60. Une vidéo qui met judicieusement l’accent sur la mécanique de production des images, problématique essentielle qui mériterait toute une analyse.

Quant à One Eye Open (2011), c’est une installation vidéo conçue au départ dans le cadre de l’émission Vente de garage, à partir d’un bouquet de fleurs artificielles donné par Anne-Marie Cadieux. Une oeuvre composée de près de 6000 photos mises en animation, dans une vibration visuelle intense. Le propos semble cependant moins fort, on y sent une tension entre le vrai et l’artificiel qui n’est pas d’une totale nouveauté…

Lefevre – Showing Stuff in a Big Room

Après Allison Schulnik, peintre de Los Angeles, c’est à Mathieu Lefevre, jeune Albertain (né en 1981) vivant maintenant à New York, d’occuper les cimaises de la Galerie Division. Son expo au Centre des arts actuels Skol en 2009, intitulée To Triumphantly Defeat the Purpose, était réussie. Lefevre y interrogeait avec ironie l’héritage de la peinture moderniste dans une installation touffue où les différentes pièces se répondaient. Ces jours-ci, on retrouvera le ton mordant de Lefevre, mais on regrettera le manque de cohésion de l’ensemble. Nous avons eu le sentiment qu’il s’agissait d’un ensemble de clins d’oeil. Et étant donné la grandeur de l’espace de la galerie, il manque quelques pièces plus imposantes. Néanmoins un travail à suivre attentivement, ici ou à New York.

Pascal Grandmaison
Tout l’été, à la Galerie René Blouin

À voir si vous aimez /
Le cinéma expérimental des années 60 et 70 et David Shrigley

Grandmaison:

Lefevre:


Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie