Ne manquez rien avec l’infolettre.
Arts visuels

Mois Multi / Steve Bates : Double tranchant

Des fils barbelés, des petites radios d’allure vieillotte et un cousin pas si lointain de l’accordéon. Steve Bates présente Concertina, une installation aussi politiquement chargée que ludique.

Créée il y a plus d’une demi-décennie, mais reprise par le 18e Mois Multi, l’œuvre de Steve Bates résonne plus que jamais en 2017. Elle évoque irrémédiablement les importants mouvements migratoires de notre temps, ces populations – on pense d’emblée aux réfugiés syriens – qui voient leurs exils parsemés d’obstacles physiques ou idéologiques.

Concertina, Steve Bates, photo : Guy L’Heureux

Six ans après la Triennale québécoise qui a vu naître Concertina, son concepteur jouit d’une conjoncture politico-médiatique tristement favorable, mais qui tient davantage du hasard que de la prémonition. «La trame narrative originale de cette pièce est inspirée par la guerre civile au El Salvador qui a eu lieu de 1979 à 1992. À l’époque, la résistance armée qui s’opposait au régime fasciste se servait des radios communautaires pour communiquer des informations critiques aux gens qui vivaient en campagne.» Un stratagème, explique-t-il sommairement, auquel l’armée mettra fin en attaquant les stations du haut des airs. Dès lors, les forces rebelles développent, et dans l’urgence, une nouvelle technique franchement ingénieuse. «L’un des techniciens de ces stations de radio a réalisé que leurs ennemis ne pouvaient pas trouver le transmetteur si ce dernier était connecté sur des clôtures de fils barbelés. […] J’ai trouvé qu’il y avait vraiment quelque chose d’assez beau et poétique à propos de ce matériau qui a été pensé pour renforcir les frontières.»

Photo: Steve Bates
Photo: Steve Bates

Susceptible de charcuter la peau humaine, la barrière de Concertina est enguirlandée de véritables lames de rasoir. Disposée dans un espace immaculé aux murs peints de blanc, ladite clôture saisit. Il en va de même pour le récit entourant son achat lors d’une récente présentation au Radio Revolten de Halle, en Allemagne. «Quand le gouvernement hongrois construisait une frontière pour garder les réfugiés loin d’eux, la compagnie allemande [qui m’a vendu la clôture] a refusé de participer à l’appel d’offres parce qu’elle était en désaccord avec cette mesure politique. Je me suis dit que, si je devais acheter cette patente horrible, il valait mieux que je le fasse auprès d’une entreprise qui exprime quelques-unes de mes inquiétudes concernant l’utilisation de ses produits.»

Steve Bates, autoportrait
Steve Bates, autoportrait

Le cartésien créatif

À l’instar de bien des invités du Mois Multi, Steve Bates est à la fois technicien érudit et artiste inspiré. Formé à la radio de l’Université de Winnipeg, il a aussi œuvré comme bénévole dans une station communautaire au El Salvador avant de fonder le festival Send + Receive en 1998. La radio est, pour ainsi dire, devenue son médium de prédilection.

Concertina lui permet une fois de plus d’exploiter ses connaissances nichées. «C’est une composition sonore qui est basée sur des fréquences de 60 hertz qui sont transférées en musique. […] Ça devient presque une composition de musique minimaliste. Les notes harmoniques sont jouées sur le concertina, l’instrument qui donne aussi son nom à la barrière de fils barbelés.» Deux homonymes qui, jusqu’ici, n’avaient qu’une orthographe en commun.

Du 19 février au 19 mars
à la Petite Galerie de l’Œil de Poisson

(Dans le cadre du Mois Multi)

 

Aussi dans notre radar pendant le Mois Multi
Photo : Simone Cappelletti
Photo : Simone Cappelletti

Quiet Ensemble

Les Romains Fabio Di Salvo et Bernardo Vercilli, du duo Quiet Ensemble, nous présentent deux œuvres cette année au Mois Multi: Orienta; è qui ora, che decido di fermarmi et The Enlightenment. Cette dernière, une performance particulièrement intrigante et trimballée de leur Italie natale jusqu’en Belgique, recrée un orchestre avec des dispositifs d’éclairage qui bourdonnent. Les projecteurs et les néons «joueront» une partition musicale spécialement composée pour eux, des instruments (un total saisissant de 96 lampes!) remplaçant les traditionnels violons ou clarinettes actionnés par les deux artistes tout au long de ce concert qui s’annonce pour le moins hors-norme. Il fallait y penser. Au Studio d’Essai du Complexe Méduse les 18 et 19 février.

Photo : Tommo
Photo : Tommo

Patrick Tresset

Les robots n’ont peut-être pas d’âme, mais ils peuvent avoir une esthétique, un trait de crayon qui leur est propre. Avec 5 Robots Named Paul – Étude humaine #1, le Britannique Patrick Tresset invite le public à se faire tirer le portrait par cinq machines placées sur d’anciens pupitres d’écoliers. Les résultats, tous différents, sont saisissants de réalisme, complètement déconcertants. Une séance plutôt longue (entre 30 et 40 minutes par personne) qui transcendera les publics initiés comme les néophytes grâce à sa vocation interactive amusante, cet alliage de technologie de pointe, d’art pur et d’un brin de narcissisme inhérent à la culture du selfie. Une expérience à vivre dans le hall du Complexe Méduse du 2 au 26 février.

// À lire: notre entrevue avec Patrick Tresset

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie