BloguesBrasse camarade

Bienvenue à l’institut des conclusions prévisibles

Bonjour et bienvenue à l’Institut économique de Montréal (IEDM), un organisme « de recherche et d’éducation » qui propose et diffuse « des réformes créatrices de richesse et fondées sur des mécanismes de marché ». Vous serez heureux d’apprendre que l’IEDM est « indépendant, non partisan et sans but lucratif », comme la Croix-Rouge.

Bien que nous publiions des études et des rapports sur une foule de sujets, nous n’avons essentiellement qu’une seule conclusion, déclinée sur tous les tons: il faut moins de réglementation, moins de syndicats, moins d’impôts et de taxes, une plus grande ouverture des marchés et un rôle accru pour l’entreprise privée. Nos études et nos communiqués de presse des 10 prochaines années sont déjà prêts; reste juste à ploguer les dates et les chiffres.

*     *     *

Bonjour et bienvenue chez SECOR, une « firme internationale de conseil en stratégie et management ». (Pour un service dans la langue internationale des affaires, appuyez sur *9). Nous sommes « la plus importante firme de conseil indépendante au Canada ». Nous servons les intérêts de nos clients — « firmes globales ou nationales, entreprises de taille moyenne, organismes gouvernementaux ou parapublics ». Et nous ne sommes pas sans but lucratif.

Nous nous intéressons principalement aux « questions qui concernent la haute direction » et nous cherchons « la performance » avant tout. Tirez vos conclusions. Dans tous les cas, ne comptez pas sur nous pour partir à la conquête d’un insaisissable intérêt public qui pourrait contredire les ambitions de nos clients. C’est un beau principe, mais c’est pas exactement notre job.

*     *     *

Bonjour et bienvenue à l’IRÉC, l’Institut de recherche en économie contemporaine. (Inutile d’appuyer sur *9 pour le modèle Anglo-Saxon: ici on parle français, la langue officielle du Québec). L’IRÉC est un « institut de recherche progressiste » qui produit et diffuse des études « bien ancrées dans la défense et la construction du modèle québécois ». On est évidemment à but non lucratif.

Fondé par Jacques Parizeau en 1999, avec un conseil d’administration largement issu du monde syndical, vous pouvez compter sur nous pour faire la promotion inlassable d’une recette bien connue: plus de réglementation, plus de syndicalisme, plus de protectionnisme, et plus d’interventionnisme de la part du gouvernement (du Québec évidemment). On n’est pas plus con que les autres: nous aussi on a déjà rédigé nos communiqués de presse pour les 10 prochaines années.

*     *     *

Bonjour et bienvenue à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), un organisme « sans but lucratif, indépendant et progressiste » dont la mission est de diffuser un « contre-discours » à celui des « élites économiques » et des « tenants d’un néolibéralisme qui limite l’existence humaine aux rapports économiques atomisés ». (On a dit qu’on était indépendant et sans but lucratif, on n’a pas dit qu’on n’avait pas d’agenda.)

Nous nous intéressons à plusieurs questions mais, comme d’autres, 100% de nos conclusions vont dans le même sens (et contre l’IEDM). Sauvez-vous du temps et acceptez donc, comme nous, que le libre-marché a toujours tort, qu’il faut refuser la logique des chiffres, et que l’amélioration du sort de l’environnement et de toute la société passe obligatoirement par la mise en place d’une social-démocratie renforcée.

*     *      *

Loin de moi l’idée de censurer ou de faire taire ces instituts, firmes, ou autres groupes qui alimentent les débats politiques du Québec, même si on sait exactement où ils militent et qu’on ignore souvent qui les finance.

Je soupçonne toutefois que nous sommes plusieurs à espérer lire un jour des rapports et des études dont les conclusions seront un peu moins prédéterminées. Ô le fantasme d’une étude de l’IEDM qui concluerait à l’utilité d’une réglementation ou d’une hausse d’impôt! Ô le délire d’un rapport de SECOR qui soulignerait les écueils de la profitabilité effrenée! Ô le rêve d’une étude de l’IRIS qui concluerait à la nécessité de la compétitivité internationale et de l’ouverture des marchés! Ô le mirage d’un rapport de l’IRÉC qui exposerait les avantages du fédéralisme canadien et de l’initiative privée!

Je ne retiens pas mon souffle.

Entre-temps, nous sommes pris avec des « études » aux prémisses et aux conclusions partiales, récupérées par des acteurs/commentateurs qui se présentent parfois comme « neutres », mais qui sont souvent prêts à ne voir la réalité qu’à travers le prisme étroit des oeillères qui leur conviennent.