Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesBrasse camarade

La loi 101 et la vraie vie

 

Je connais quelqu’un à Montréal qui travaille pour une petite entreprise où on parle presque exclusivement en anglais. Appelons-le Gaston, et son employeur, NewTech.

Gaston a commencé à travailler pour NewTech il y a quelques années. Il était parmi les cinq premiers employés de la boîte, une petite startup de biotechnologie démarrée par un scientifique affilié à une université de Montréal.

Au fil des mois, l’entreprise prend forme, développe sa technologie et commence à obtenir des contrats — presque tous en provenance de compagnies américaines. Prudemment, NewTech commence à embaucher quelques employés de plus, et à offrir des postes aux stagiaires, étudiants, chercheurs étrangers et travailleurs contractuels qui gravitent autour de l’entreprise. Avec moins de cinq ans de service, Gaston se retrouve parmi les employés senior de la jeune entreprise.

Sans surprise, la langue de travail est l’anglais, la seule qui permette aux employés anglos, francos, chinois, iraniens, tchèques, roumains et russes (et autres) de communiquer entre eux, avec leurs fournisseurs et leurs clients, presque tous étrangers.

Les contrats continuent d’arriver et l’entreprise grandit. Son chiffre d’affaire croît. Elle emménage dans de nouveaux locaux. Elle approche de 50 employés — seuil où l’actuelle loi 101 exige qu’elle soit francisée.

Or, bien que plusieurs employés parlent le français comme langue seconde, et que certains (dont la numéro 2) soient francophones « de souche », la francisation de l’entreprise poserait un problème considérable. L’entreprise est organiquement liée à une université anglophone, ses clients sont étrangers, et la majorité de ses employés — incluant plusieurs médecins formés à l’étranger — sont anglophones ou allophones. Forcer NewTech à adopter le français comme langue de travail aurait un impact majeur sur la conduite de ses affaires, tant à l’interne qu’à l’externe.

Pour cette raison, NewTech a essentiellement freiné sa croissance il y a quelques années. Pour éviter une francisation qui la dénaturerait profondément, l’entreprise a préféré jouer avec les chiffres et maintenir son nombre d’employés officiels sous la barre du 50, quitte à embaucher des travailleurs contractuels et à faire preuve de créativité dans sa comptabilité des ressources humaines. Sans cette obligation de francisation, l’entreprise compterait peut-être 60 ou 80 employés aujourd’hui. Mais dans les circonstances, elle s’auto-limite pour échapper au fardeau que lui imposerait la loi.

Mais tout ça pourrait bientôt n’avoir aucune importance.

En effet, le Parti Québécois a promis, s’il est élu, d’adopter une « nouvelle loi 101  » qui ferait passer le seuil de francisation de 50 à… 11 employés. Onze. Dans ce cas, plus d’échappatoire ou de manoeuvre possible pour NewTech : elle devra se convertir au français, se débarasser d’une quarantaine d’employés, payer des amendes ou quitter le Québec. Game over.

Certains s’en réjouiront. Ils diront qu’une entreprise qui ne peut pas fonctionner en français ne mérite pas d’exister au Québec, et que son freinage ou sa disparition sont une bonne nouvelle (ou un mal nécessaire). Ils célébreront le juste retour de la primauté du politique sur l’économique.

D’autres considéreront qu’il s’agit là d’une absurdité dangereuse. Alors même qu’on déplore que l’économie québécoise mise trop sur l’exploitation ou l’exportation brute de ses ressources naturelles, on empêcherait une entreprise locale — rentable, jeune, internationale, qui ne dépend que de cerveaux et d’ordinateurs — d’exister parce que ses employés ne parlent pas suffisamment français? Alors même que le Québec semble perdre des emplois tous les mois, on mettrait en péril des dizaines d’emplois payants, dans une industrie de pointe, sous prétexte qu’ils sont insuffisamment francophones? Pour ce camp, une telle politique constitue une forme de suicide économique à moyen terme.

Qu’arrivera-t-il à NewTech si elle est forcée de franciser ses opérations? Aucune idée.

Contrairement aux compagnies minières ou aux papeteries, NewTech n’est pas enchaînée à une ressource locale : elle n’utilise que des ordinateurs et des cerveaux, abondamment disponibles ailleurs. Théoriquement, rien n’empêcherait l’entreprise de déménager à Ottawa, Waterloo ou Toronto en quelques semaines.

Évidemment, il n’est pas toujours facile de déplacer des gens, surtout quand ceux-ci sont bien implantés à Montréal, qu’ils achètent des maisons, qu’ils paient des impôts, qu’ils ont des enfants (qui étudient en français) et qu’ils participent à la vie économique et culturelle de leur ville.

NewTech trouvera-t-elle un moyen de transférer une partie de ses opérations ailleurs au Canada tout en modifiant le nombre ou le statut de ses travailleurs de Montréal? L’entreprise se scindera-t-elle en cinq petites entreprises de 10 employés travaillant en collaboration? J’imagine qu’on explorera toutes les avenues.

Serait-il possible pour NewTech de simplement se franciser comme le veut la loi? Sans doute, mais au prix d’une artificialité criante et très coûteuse. Pratiquement toutes les communications externes de l’entreprise — avec ses clients et d’autres laboratoires — se déroulent en anglais. La compagnie a des liens privilégiés avec une université anglophone, dont une bonne partie des étudiants arrivent d’ailleurs au Canada ou de l’étranger, sans connaissance du français. Ses employés sont d’origines multiples, hautement qualifiés, avec l’anglais comme seule langue commune. Toute la technologie, la programmation et le support technique au coeur l’entreprise n’existent qu’en anglais. Dans l’abstrait, il serait aussi illogique de forcer NewTech à opérer en français que de forcer Bombardier à opérer en portugais.

Mais, évidemment, on ne vit pas dans l’abstrait. NewTech est basée à Montréal, et il est normal que le Québec cherche raisonnablement à favoriser des milieux de travail francophones.

Cela dit, la volonté de francisation à tout prix qui semble être au coeur de cette « nouvelle loi 101 »  — et qui viserait même des entreprises de 11 personnes, dans des secteurs de haute technologie, opérant dans un contexte international où l’anglais fait office de lingua franca — semble relever davantage de l’aveuglement idéologique et d’une anglophobie primaire que de la défense réaliste des intérêts socioéconomiques du Québec.