Ballon d’essai

Marché sur roues

Le Fruixi, ce n'est pas la malicieuse petite sour du Bixi. Cette jolie compression des mots fruit et Bixi représente plutôt un marché public à trois roues qui se promène de parc en parc pour vendre des fruits et légumes frais et locaux dans des zones considérées comme des déserts alimentaires. Voilà l'ambition du projet-pilote mis sur pied par le Marché solidaire Frontenac (MSF) lancé début juin dans les arrondissements de Ville-Marie et du Plateau-Mont-Royal. Par un dimanche chaud et humide, je me suis jointe à l'équipe de pédaleurs pour constater comment le projet interpellait les membres d'une communauté, un casseau de fraises à la fois.

Pédaler la santé

10h du matin. Le "carrefour" – local du MSF – grouille de vie: les fruits et légumes fraîchement récupérés du Marché central sont divisés dans les bacs respectifs; cinq "pédaleurs" comptent leur caisse, leurs vivres et chargent leur vélo-triporteur – un impressionnant véhicule conçu par Guillaume Darnajou, un étudiant en design industriel. Cet avant-midi, je pédalerai à la suite de James et Berdley, postés au parc La Fontaine. L'itinéraire de 1,7 kilomètre commence rudement: la côte de la rue Fullum pour atteindre Sherbrooke double en difficulté avec un bolide à trois roues chargé à bloc!

L'entrée du parc de la rue Rachel, en face de la Maison des cyclistes, a été choisie comme point stratégique. On stationne, on ouvre le paravent et on organise l'étalage. James place ses fruits et légumes instinctivement alors que Berdley, méthodique, compose une mosaïque de couleurs étudiée. Le marché est ouvert!

En attendant que les premiers curieux mettent le nez dans les étals, j'aide les garçons à faire les étiquettes de prix pour constater à quel point les produits sont vendus à bon prix: 2,25$ le (populaire!) casseau de fraises bio; 0,75$ la courgette jaune, 1$ la botte d'épinards frais..-. Les premiers clients arrivent et s'émerveillent. "Avez-vous déjà entendu parler du Fruixi?" s'enquiert Berdley avant de leur déballer sa dynamique présentation.

En coulisses, j'observe le flot incessant de cyclistes, coureurs, marcheurs qui passent par là. Parmi les personnes qui osent s'approcher, rares sont celles qui repartent les mains vides, séduites qu'elles sont par le concept, par les gentils vendeurs. "Regarde, Alain, les belles carottes! C'est bon pour les yeux, ça!" lance un homme en ramenant une botte à partager avec son ami. Des familles au grand complet profitent aussi du marché ambulant pour regarnir le tiroir à légumes de la maisonnée. "Je suis content de vendre de la santé! lance Berdley, un cégepien qui consacrera ses prochaines années à ses études en ingénierie à la Polytechnique. Avant, je travaillais dans un fast food et je me désolais de voir les gens revenir régulièrement." Maître arroseur, Berdley ne manque jamais de vaporiser son étal pour que le tout brille!

Dans un parc près de chez vous

14h arrive rapidement. Avant de quitter, James m'autorise à tester le Fruixi pour un petit tour de piste: après avoir peiné à monter en selle et à pédaler, je constate qu'il faut pencher le corps de gauche à droite pour bien manouvrer les virages. Un bolide à apprivoiser!

Nous quittons Berdley qui restera en poste, pour rentrer au carrefour faire le plein d'eau et de produits maraîchers. Le mercure a monté encore de quelques degrés lorsque nous prenons la rue Ontario en direction du petit parc Berthier attenant au centre de l'Association sportive et communautaire du Centre-Sud. L'après-midi s'annonce tranquille. Le petit coin de rue ne bénéficie pas de l'achalandage de la rue Ontario tout près. Malgré tout, une quinzaine de badauds s'approche du kiosque coloré pour poser des questions, faire des achats et, surtout, s'enquérir de l'horaire du Fruixi dans ce même parc! "Que fait-on avec de la fleur d'ail?" demande une cliente. Couper fin pour la manger en salade, faire revenir dans la poêle comme un légume ou en faire une purée crue avec du parmesan et de l'huile d'olive, détaille un James qui fait montre de son savoir-faire. Ancien sous-chef au Damas, l'Albertain d'origine souhaite mettre le cap sur l'Italie cet automne pour poursuivre son métier dans les cuisines italiennes.

Album-souvenirs /

– "Can I take a photo? You guys are a legend!" a lancé un cuisinier très intéressé par le fonctionnement du projet Fruixi. "This is the start of a revolution!" a-t-il terminé avant de reprendre sa route.

– Un gentilhomme a laissé un pourboire à James pour son service. Rares sont ceux qui le font. Mais à chaque occasion, James, ravi, l'utilise pour s'acheter un aliment. Carottes en feuilles pour aujourd'hui. Quoi de neuf, docteur?

– Chaque "fruixiste" est équipé d'une liste détaillant la provenance des fruits et légumes: des fermes et jardins de la Rive-Nord, de la Montérégie, des Basses-Laurentides et de la Mauricie… Coup de cour pour les radis deux couleurs des Jardins A. Guérin et Fils et les tomates bio des Serres Sagami!

Adresse /

Fruixi: 514 525-6611, fruixi.com

Des capsules d'animation viendront bientôt pimenter l'expérience Fruixi. Consulter le site Internet pour en connaître les thèmes et pour l'itinéraire des Fruixis.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!