Cinémaniaque

Xavier Anyways

Dimanche dernier se terminait le 37e Festival international du film de Toronto. Avec beaucoup d’émotion, Xavier Dolan a reçu le prix du Meilleur film canadien pour Laurence Anyways. Bien que ce film flamboyant succède à Incendies de Denis Villeneuve et à Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau, c’est le bouleversant drame de guerre Rebelle de Kim Nguyen que Téléfilm Canada a choisi pour représenter le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Si je m’incline devant ce choix, je ne peux m’empêcher d’imaginer la gueule des académiciens devant le troisième long métrage du jeune prodige qui croyait que celui-ci allait sombrer dans l’oubli alors qui s’apprête à conquérir le ROC…

Antiviral de Brandon Cronenberg, film à l’esthétique clinique où un jeune laborantin (Caleb Landry Jones) cultive des virus de célébrités, et Blackbird de Jason Buxton, qui s’intéresse à un adolescent troublé (Connor Jessup) injustement soupçonné de préparer une tuerie dans son école, ont dû se partager le prix du Meilleur premier film canadien.

Le Prix du public a été attribué à Silver Linings Playbook de David O. Russell, où Bradley Cooper tient le rôle d’un homme qui tente de reconquérir sa femme après avoir tout perdu. Parions sur ce film dans la course aux statuettes d’or. Dans la catégorie Midnight Madness, volet fantasiesque du TIFF, l’honneur est revenu à Seven Psychopaths de Martin McDonagh, où Colin Farrell se retrouve mêlé à l’enlèvement du chien d’un gangster, et Artifact de Bartholomew Cubbins, qui suit les difficultés de Jared Leto et son band 30 Seconds to Mars au moment d’enregistrer This Is War, l’a emporté dans la catégorie Documentaire.

Film sobre racontant les lendemains de la tragédie de Fukushima, The Land of Hope de Sion Sono a reçu le prix NETPAC pour la promotion du cinéma asiatique. «Au Japon, il y a encore tant de gens prêts à soutenir l’énergie nucléaire malgré ce qui s’est passé que j’ai ressenti immédiatement l’urgence d’exprimer ce que nous devions faire devant cette situation. Je ne pouvais pas attendre, car nous n’avons plus de temps à perdre», m’a révélé le cinéaste.

De son côté, la FIPRESCI a couronné Call Girl de Mikail Marcimain dans la catégorie Découverte et Dans la maison de François Ozon dans la catégorie Présentations spéciales: «C’est sympa, non? L’univers de François est vraiment particulier. Il est si surprenant qu’on n’est plus surpris d’être surpris par lui. C’est un boulimique de travail qui a une énergie incroyable, un enthousiasme quasiment enfantin. En plus, il a un don et un talent vraiment remarquables; il a un vrai sens de la fabrication d’un film. Je trouve que ce film-là est vraiment un bon Ozon!» m’a lancé l’actrice Kristin Scott Thomas qui y partage l’écran avec Fabrice Luchini. Je ne peux qu’être d’accord avec elle.

Coup de cœur: En mars 2012, En terrains connus de Stéphane Lafleur remportait le premier Prix collégial du cinéma québécois grâce à un jury composé de quelque 300 élèves en provenance de 15 cégeps. Ayant pour marraine Micheline Lanctôt et porte-parole Pascale Bussières, la deuxième édition du PCC semble aller bon train puisque déjà 30 cégeps se sont inscrits. Il faut dire que les professeurs du comité de coordination font montre d’un enthousiasme contagieux. Qui sera donc le gagnant de l’édition 2013 du PCC? Laurence Anyways de Xavier Dolan? Camion de Rafaël Ouellet? Rebelle de Kim Nguyen? La réponse en mars! Les cégeps désirant s’inscrire ont jusqu’au 15 octobre pour le faire. Renseignements: prixcollegialducinema.ca.

Haut-le-cœur: Selon Cinéac, la fréquentation des films québécois aurait chuté de 10,5% à 5,2% entre le 27 avril et le 6 septembre par rapport à la même période l’an dernier, pour afficher le pire résultat en 12 ans. Remarquez que nous ne sommes pas les seuls à voir notre box-office perdre des plumes: en Amérique du Nord, il aurait baissé de 3%. Cette année, le film québécois s’étant démarqué est Omertà de Luc Dionne, qui a généré des recettes de 2,7M$; c’est bien maigre lorsqu’on compare aux box-offices de Bon Cop, Bad Cop d’Érik Canuel et De père en flic d’Émile Gaudreault. Si l’on remarque une baisse de fréquentation des salles de 12% au Québec, le cinéma américain a connu chez nous une remontée de plus de 16%, notamment grâce aux succès de The Avengers (9,9M$) et The Dark Knight Rises (8M$). Dites donc, ça vous tenterait d’aller voir un bon film québécois pour changer? Je sais pas moi, Camion? Ou L’affaire Dumont? Ou encore Rebelle, qui reprend l’affiche le 28 septembre?

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!

Ça! + 25 à 40 %
Famille
Du 22 au 30 décembre 2016

Ça!