De la main gauche

En français, siouplaît

Difficile de s’inquiéter pour le français quand on ne visite pas Montréal. Le problème n’existe pas vraiment à l’extérieur de la métropole. Il y a bien entendu quelques communautés traditionnellement anglophones qui survivent en Estrie, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine ou ailleurs, comme dans l’Ouest-de-l’Île, aussi. Mais lorsqu’on s’inquiète du recul du français – ou de l’avancée de l’anglais, ce qui revient au même –, ce n’est pas dans ces lieux que résident nos plus grandes craintes, mais à Montréal, ou le grand Montréal, pour être plus précis, incluant la couronne nord et la couronne sud.

Quand papa a commencé à travailler dans l’assurance dans le milieu des années 1960, sa langue de travail était l’anglais. S’il avait été banquier, avocat ou comptable, ça aurait été pareil.

Il y avait aussi les «grosses madames de chez Eaton», comme on les appelait, celles qui ne connaissaient pas un traître mot de français ou le reniaient.

Au tournant du siècle dernier, la loi 101 a été un mal nécessaire. De plus en plus d’anglophones le reconnaissent. Ils reconnaissent que c’était notre prérogative absolue de nous assurer que nous pourrions continuer à naître, à grandir, à travailler, bref, à vivre en français. Elle a entraîné un recul économique du Québec. Des capitaux ont fui, ont quitté Montréal pour nourrir Toronto, avec comme impact le développement spectaculaire de la capitale ontarienne qui est désormais la métropole du Canada.

Aurions-nous dû faire autrement? Aurions-nous dû agir moins fermement, tenter une meilleure cohabitation, de plus importants allègements? Non. Aucun doute, la situation le demandait. Montréal aurait pu être anglophone. Assimilée. Ce pas en arrière économique a eu beaucoup de bon aussi. Nous avons sauvé notre langue. Nous nous sommes affranchis économiquement, culturellement. Et cela a aussi produit des effets latéraux, plus subtils. Une ville moins riche a attiré des gens moins fortunés, en quête de loyers moins chers, où il fait bon vivre. Elle a sauvegardé notre authenticité et notre joie de vivre, nos deux plus importants atouts. Nous sommes prêts pour la prochaine étape, avec une base francophone beaucoup plus solide.

En quittant son poste de directeur du Devoir, Bernard Descôteaux, dans son dernier éditorial publié le 6 février 2016, évoquait trois craintes qu’il avait pour l’avenir du Québec: l’indifférence des Québécois pour l’autonomie politique, le peu d’importance accordée à l’éducation et la progression de l’anglais à Montréal. Quand Bernard Descôteaux conclut ainsi après sept années à titre de directeur du média le plus sérieux au Québec, il faut l’écouter. Je suis de ceux qui croient que le français est effectivement menacé, qu’il régresse. Je le crois encore plus depuis que j’habite au centre-ville de Montréal.

Je pose, par conviction, des petits gestes qui peuvent sembler banals. Comme remplacer email par courriel dans mon vocabulaire ou installer une version française du logiciel d’exploitation de mon téléphone. Des petits gestes au quotidien, comme on sort son bac à recyclage à défaut de pouvoir planter soi-même une forêt ou dépolluer une rivière.

Je continue à réfuter un mot comme gaminet, mais j’ai troqué brainstorm pour remue-méninges, et feedback pour rétroaction. J’encourage ma fille à introduire quelques acronymes en français en sus des LOLLMFAO et TMI. Comme MDR, PTI et TJR. Je réponds systématiquement en français lorsqu’on m’interpelle dans la langue de Cohen dans un commerce. Gentiment, jamais avec arrogance ou esprit conquérant. Et on me répond systématiquement en français. C’est arrivé à plusieurs reprises que la serveuse, en revenant me voir, commence à me reparler en anglais pour rapidement se corriger, en s’excusant et en mentionnant que c’est par habitude. Pas de quoi s’offusquer.

Alors on fait quoi devant ce constat, devant l’accroissement de l’usage de l’anglais dans plusieurs quartiers de Montréal, devant l’assimilation de nos jeunes par les réseaux sociaux?

On se calme.

Une chose m’apparaît bien claire. Nous ne pouvons pas nous permettre plus de confrontations ou de mesures ostracisantes. La loi 101 est apparue, non sans heurt, dans un contexte bien différent. Pas d’internet, pas d’immigration aussi importante, pas autant de mobilité. Et pas un climat aussi favorable au bilinguisme, voire au trilinguisme à prédominance francophone. Les anglais qui ne voulaient rien savoir des français sont pas mal moins nombreux qu’on aime parfois l’imaginer sur la base de vieux réflexes.

La sortie de Mitch Garber à la mi-septembre n’est pas un cas isolé. Ils sont nombreux parmi les anglophones influents à être francophiles, à reconnaître que le français doit prédominer, qu’il doit être protégé et qu’on doit travailler à le répandre. Mais pas au détriment de l’anglais et des autres langues.

Nous ne sommes plus à l’heure de la boxe et encore moins à celle du combat de rue, mais à celui du judo, en tout respect, avec calme et avec classe.

Le meilleur de Montréal se trouve dans les quartiers où le respect de l’autre s’est installé, où l’intégration harmonieuse s’est déroulée tranquillement, sur des années. Il se trouve au coin de Saint-Viateur et Clark, au coin de Shamrock et Casgrain, au coin de Monkland et Wilson, celui de Notre-Dame Ouest et Charlevoix.

Il est temps que nous essayions une nouvelle façon de promouvoir le français, de le rendre cool, ludique, incontournable pour vivre Montréal. Je vais vous décevoir en ne vous proposant pas l’exemple ultime; ils sont multiples ces petits gestes que nous pouvons mettre de l’avant. Avec une seule philosophie: faire adhérer plutôt qu’obliger.

Voici le résultat de mon remue-méninges: créer des événements bilingues. Se débarrasser du sempiternel Allo, Hi et promouvoir Bonjour. Installer des logiciels en français par défaut. Créer des événements de rapprochement entre les cégeps et les universités anglophones et francophones. Augmenter de 10% les quotas francophones dans les radios anglophones. Lancer une campagne «100 mots français en 100 jours pour vivre Montréal». Offrir des menus bilingues plutôt que seulement en anglais dans les restaurants. Lancer une campagne «Mes 5 coups de cœur francophones» présentée par des figures de proue de la communauté anglophone. Une autre campagne, «Je remplace 5 mots anglais», ou alors on fait tous des efforts pour remplacer email par courriel. Lancer une ligue d’improvisation bilingue. Créer des productions entre troupes théâtrales anglophones et francophones. Développer un programme de cocréation entre artistes. Mettre en ondes une émission bilingue diffusée simultanément sur les ondes de Radio-Canada et de CBC. Lancer un t-shirt «J’aime le français».

Ajoutez vos propres idées ici. Elles doivent être simples, drôles, non intrusives et permettre à tous d’y adhérer.

Montréal est une ville multilingue à prédominance française. Une ville où nous sommes de moins en moins des solitudes et où les stratégies pour faire perdurer le fait français doivent être acceptées, voulues et promues par tous, avec les anglophones et les francophones aux premières loges.

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!