De la main gauche

Sortir du garde-robe

À la fin du mois dernier, j’ai choisi de soutenir Isabelle Melançon, la candidate libérale qui se présente dans Verdun à l’occasion des élections partielles. Il se trouve que j’ai travaillé avec elle dans le cadre de plusieurs dossiers culturels, dont le projet de transformation du MAC, et que j’ai été à même de constater son efficacité, son professionnalisme et sa fine connaissance des dossiers qu’elle a eu à gérer à titre de chef de cabinet de la ministre David, d’abord à la Culture, ensuite à l’Éducation supérieure. Elle m’a demandé de lui donner un coup de main, je n’ai pas hésité un instant. Je n’étais pas dupe, je me doutais bien qu’elle diffuserait ce message, une courte capsule vidéo, sur les réseaux sociaux, et que cet appui public serait repris par les médias.

J’ai mangé toute une volée de bois vert. «Mange-marde», «crosseur», «corrompu». «Votre endossement me fait pleurer», m’a dit Julie. «Progressiste, mon cul! Je désinstalle Téo et retourne chez Uber», menaçait Frédéric B. Tout un champion.

Heureusement que j’ai reçu ce soir-là un message d’un ancien politicien péquiste, pour qui j’ai un immense respect, qui me disait: «On ne peut empêcher un esprit libre d’aimer». Connaissant mes positions progressistes, il a vu dans cet appui un soutien envers quelqu’un qui partage mes valeurs et y a vu du bon. Ça m’a calmé.

Quelques semaines plus tôt, Jean-François Lisée se targuait d’avoir reçu un don de 250$ de ma part dans le cadre de sa campagne à la chefferie. Il a même jugé bon de publier une photo de moi en sa compagnie prise après une émission de radio à laquelle nous étions tous les deux invités, La soirée est (encore) jeune, pour ne pas la nommer. Impossible de nier. C’était vrai. J’ai indiqué que j’avais soutenu Jean-François parce que je le connais socialement, que j’ai eu des discussions très intéressantes avec lui et que j’adhérais à ses valeurs progressistes.

Je vais vous faire une révélation. Mon coup de cœur politique des derniers mois s’appelle Manon Massé. J’ai eu le plaisir de participer avec elle à un débat sur le salaire minimum à 15$ lors d’une émission animée par Michel Lacombe. Des cinq intervenants, elle était de loin la plus solide, la plus calme, la mieux renseignée. Elle mène un combat depuis toujours pour une plus grande équité envers les plus défavorisés de notre société. Pour le féminisme aussi. Deux combats que je considère comme parmi les plus importants de notre société.

Est-ce qu’en soutenant Isabelle Melançon j’endosse de facto les politiques libérales d’austérité, la position hermétique des libéraux envers la hausse du salaire minimum à 15$ ou leurs compressions en culture? Bien sûr que non. Pas plus que le don envers monsieur Lisée était un endossement du projet d’indépendance ou que mon coup de cœur envers Manon Massé signifie que j’adhère à leurs occasionnels dérapages envers le capitalisme et la libre entreprise. J’ai la chance d’avoir les moyens d’aider des gens qui veulent faire une différence dans notre société et avec qui je partage certaines de mes valeurs. Devrais-je m’en empêcher?

Il y a quelques semaines, quelqu’un a mis sur Twitter la liste de mes contributions à des politiciens. Ce sont des données publiques de toute façon. J’étais heureux de lire ça. Une dizaine de contributions au Québec dans les cinq dernières années. Aucune que je ne renierais aujourd’hui.

Quand je fais une contribution, je la destine avant tout à quelqu’un. Parce que la politique est faite par des individus. Quand le Parti conservateur du Canada a retiré «progressiste» dans son nom, c’est parce que des individus, avec à leur tête Stephen Harper, ont agi pour faire bouger le parti vers la droite. Ils n’adhéraient pas au progressisme et ont choisi de s’impliquer et de modifier la direction du parti. Le Parti conservateur peut-il redevenir progressiste? Bien entendu, à condition que des hommes et des femmes se relèvent les manches et décident de le reconquérir et de modifier sa trajectoire. Vous pouvez remplacer dans le présent paragraphe conservateur par libéral et Canada par Québec et la conclusion sera la même. Ce serait vrai pour n’importe quelle formation politique. Ce sont les individus qui forment les partis politiques, pas l’inverse.

Pourrions-nous rêver que les partis se mettent à travailler ensemble et non en confrontation? N’avons-nous pas atteint les limites du parlementarisme majoritaire? On nous dit souvent qu’un mode de scrutin proportionnel rendrait l’État plus difficile à gérer, que le parlement serait plus instable, car il reposerait nécessairement sur des coalitions entre diverses formations politiques. Ce ne serait peut-être pas une mauvaise chose… La différence entre un chef de parti et un chef d’État, c’est que le premier prend des décisions pour dans quatre ans et le second pour la prochaine génération.

Je suis de plus en plus convaincu que le centre doit bouger lentement. La société évolue tellement rapidement… Face à tous les bouleversements et les tempêtes de l’actualité, les institutions politiques ne devraient-elles pas être un rocher, quelque chose de stable et de fiable auquel on pourrait s’agripper? Diriger un État ne peut se résumer à un concours de popularité dont l’issue serait de gagner les prochaines élections. Il faut prendre des décisions collectives, souvent difficiles, au profit du bien commun.

Vous me permettrez de reprendre l’expression de Juan Manuel Santos, le président de la Colombie qui s’est récemment vu attribuer le prix Nobel de la paix. Il s’est défini comme quelqu’un de l’extrême centre. Difficile de mieux décrire ma position. Parce qu’il y a du bon dans chacun des partis et que la vérité est rarement noire ou blanche.

Il me semble terminé le temps des dogmes politiques. Je ne suis pas libéral, péquiste, caquiste ou Québec solidaire.

Dites-moi, suis-je vraiment le seul queer politique en ville?

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!

East + 25 à 40 %
Prévente exclusive

East