De la main gauche

Resistance is futile*

Je me suis prononcé ouvertement dans les derniers mois sur la nécessité pour le Québec de développer des solutions de rechange aux services offerts par ce que les initiés nomment la toute puissante GAFA, le quatuor composé par Google, Amazon, Facebook et Apple qui domine les secteurs de la recherche, du commerce et du média social, avec des parts de marché qui frôlent le monopole et qui continuent à croître grâce à l’effet de réseau: «Plus de gens les fréquentent parce que plus de gens les fréquentent.»

Vous trouverez toutes les statistiques que vous voudrez sur leurs positions dominantes: Amazon s’accapare la majorité des recherches sur les produits en ligne, vaut deux fois Walmart, Facebook a réduit de façon spectaculaire les SMS et les appels traditionnels grâce à Messenger, un utilisateur passe plus de temps sur Facebook sur son téléphone que n’importe quelle autre application, Google et Facebook s’accaparent plus de 80% des revenus en ligne au profit des médias locaux. Je pourrais continuer pendant des heures.

En sus des revenus que ces entreprises arrachent localement, elles perçoivent une somme inouïe de données qu’elles analysent brillamment pour devenir de plus en plus performantes. Les données, c’est le nouvel or noir, elles circulent sans règles, sans complexes.

Toutes ces entreprises se targuent d’exploiter dans un contexte ouvert, accessible, gratuit. Leurs dirigeants sont cool, c’est vraiment du bon monde comme vous et moi. Sauf que Jeff, Mark Larry et Sergey contrôlent nos vies et ont depuis longtemps perdu de vue les grands principes auxquels rêvait Tim Berners Lee pour l’internet, avec au premier rang la neutralité. Derrière leur look cool de drop-out des Ivy League se cachent en fait de dangereux Docteur Evil qui en veulent toujours plus, nourris par leur narcissisme et fouettés par l’avidité de leurs actionnaires.

On se souviendra des grandes batailles sur le système d’opération à l’époque. Microsoft contre Apple. Aujourd’hui, cette bataille ne se joue plus sur les plateformes, mais sur le data. Que peut-on reprocher à GAFA? L’hermétisme et la volonté clairement exprimée de ne laisser aucun soldat debout sur le champ de bataille. Rien ne serait plus simple que de permettre une interopérabilité entre Facebook et d’autres réseaux sociaux, entre leur solution de communication Messenger et des solutions tierces par exemple, de la même façon que quelqu’un de Montréal peut appeler quelqu’un à Silicon Valley en utilisant son téléphone. Le système téléphonique n’appartient pas à un seul joueur. Chacun peut l’utiliser pour développer des affaires. Au contraire, les systèmes mis en place par le géant GAFA rendent les utilisateurs entièrement captifs, indéplaçables. C’est un monopole vicieux.

L’antitrust américain est intervenu pour bien moins que ça en 1982 quand il a choisi de scinder AT&T en plusieurs Baby Bells.

Je n’ai aucun doute que les autorités réglementaires vont venir remettre en doute les monopoles qui ont été créés dans les dernières années. On souhaite qu’ils se réveillent rapidement et empêchent l’hécatombe qui s’annonce. Ils ne semblent toutefois pas bien pressés. Mais pour nous qui avons la particularité d’avoir une économie locale à sauver et une culture unique mue par la langue française, le temps presse plus qu’ailleurs. La position de la ministre du Patrimoine quant à la sacro-sainte neutralité du Net est très inquiétante. Nous devons agir rapidement et fermement.

Comment nos médias survivront-ils dans un contexte où les revenus publicitaires disparaissent au profit des géants du Net qui utilisent nos contenus et nous remettent des pinottes en échange? Est-ce que l’État devra financer nos salles de presse pour nous assurer de maintenir le quatrième pouvoir? Je crois que d’autres options existent. La relation que nous entretenons avec nos médias locaux n’a pas diminué, ni quantitativement ni qualitativement. La preuve, ce sont les contenus que l’on retrouve le plus souvent sur les réseaux sociaux. On a juste bêtement accepté de les diffuser sur leurs plateformes pour promouvoir le trafic de nos sites et nos images de marque. Pendant ce temps, Facebook tente de devenir l’unique solution de publication afin de capturer les impressions et le temps passé par les lecteurs à lire les contenus. Il faudrait, pour être plus visible, publier directement sur leur plateforme. Rien de moins que du parasitisme. Encore ici, nous devons développer des solutions performantes, qui vont démontrer la capacité de nos médias à générer des revenus concrets pour nos commerçants.

Nous possédons de nombreux atouts, des forces évidentes, même par rapport aux grands joueurs. Compte tenu de l’importance que l’internet a et continuera à avoir sur notre autonomie économique, médiatique et démocratique, nous n’avons simplement pas le choix de proposer des solutions de rechange aux dangereux monopoles qui se sont formés.

Une régie publicitaire commune, un identifiant unique fonctionnant sur tous les sites d’ici, des outils de mesure, d’analyse, une plateforme de commerce (marketplace), la logistique, la livraison. GAFA a habitué les consommateurs à un haut niveau de qualité ainsi qu’à une efficacité et des prix compétitifs qu’il nous faut égaler, voire dépasser.

Il y a de la place pour des solutions différentes, innovantes, tirant profit des forces que pourrait nous procurer un regroupement. Déjà plusieurs initiatives internationales nous tracent la voie. Les six plus importants groupes médiatiques du Portugal ont choisi de se regrouper après des années de discussions pour lancer Nonio et les principaux éditeurs allemands ont choisi de laisser tomber Google comme serveur publicitaire.

Nous sommes capables. Vous n’avez pas idée du nombre d’innovations qu’on retrouve chez GAFA et qui ont été créées ici. Soyons courageux, ambitieux, innovateurs et, oui, soyons un peu naïfs. On se doit de lancer rapidement une vraie solution différente patentée ici afin qu’on puisse dans quelques années hisser haut et fort le drapeau des patriotes numériques.

*Résister est inutile, le motto des Borgs dans Star Trek. Ils ont déjà réussi à en assimiler quelques-uns au Québec…

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!