Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Desjardins

Gaga et les tatas

Méfiez-vous de ceux qui prétendent vouloir votre bien. Le plus souvent, ce qu’ils cherchent en réalité, c’est un bien très précis. Celui qui s’oppose au Mal.

Méfiez-vous donc de ceux qui voient le Mal partout et affirment savoir ce qui est bien pour vos enfants. Ceux-là se drapent dans la morale et se servent de leur prétendue vertu comme d’un écran de fumée. Derrière se trame l’intention de rendre le monde comme ils le rêvent: lisse et parfait. Leur idéal en est un de pureté.

Vous devriez d’ailleurs savoir qu’il faut toujours se méfier de ceux qui freakent sur la pureté. Parce que dans un monde lisse, il n’y a plus d’ordre de grandeur, plus de catégories, plus de place pour le jugement. Tout ce qui dépasse est mal. Point.

Comme dans cette école de Burnaby, en Colombie-Britannique, où l’on a décidé d’organiser une manifestation spéciale afin de lutter contre l’intimidation et d’y faire participer les enfants (sources: The Globe and Mail, Yahoo! News et Burnaby Now).

À Burnaby, donc, pour la Journée des t-shirts roses, une activité qui se tient depuis quelques années le dernier mercredi de février au Canada anglo, on a filmé les enfants tandis qu’ils gigotaient au son de Born this Way de Lady Gaga. On a ensuite mis la vidéo en ligne sur YouTube.

J’ai bien dit gigoter, parce qu’il y a là une totale liberté de mouvement, un grand et splendide n’importe quoi où une masse d’enfants souriants célèbre la différence et l’acceptation. Rien à voir avec la chorégraphie suggestive de la Madone 2.0 où tout le monde se trémousse en bobettes. À Burnaby, les enfants dansent le plus simplement sur des paroles qui sont devenues un hymne homo et qui disent, en résumé: ne vous cachez pas, n’ayez pas honte de ce que vous êtes, vous êtes sur la bonne voie puisque Dieu ne fait pas d’erreurs et vous êtes simplement nés ainsi.

Mais pour les défenseurs de la pureté, tout ce qui dépasse est mal. Ici, Burnaby Parents’ Voice, un regroupement civique outré par l’entreprise, a tenté de convaincre le gouvernement de la Colombie-Britannique d’interdire à l’école de diffuser la vidéo. Raisons invoquées: la chose n’aura aucun effet réel sur les problèmes d’intimidation, il s’agit d’une perte de temps, Lady Gaga vend ses chansons avec son cul, et notez bien la dernière: ce genre d’initiative est discriminatoire pour les gros, les handicapés et ceux qui dansent mal. Aussi pour les athées et les gens d’autres religions.

Maintenant, voilà. Comment se fait-il que je me rende à certains de leurs arguments, mais qu’absolument tout dans leur démarche me répugne?

Parce que j’ai décidé de faire confiance à l’école. Elle n’a pas à être le parfait prolongement de la maison. C’est un autre univers auquel l’enfant confronte les valeurs qu’on lui a inculquées à la maison, et il forge ainsi les siennes.

Ben oui, Lady Gaga est une chanteuse médiocre, une excellente fille de pub qui vend admirablement grâce à des musiques racoleuses, à de la provocation et à son petit cul.

Mais on sent bien que ce n’est pas ce qui fait réagir ces parents. Ce qui les agace, c’est l’idée même que tout le monde soit égal. Ce qui les dégoûte, c’est qu’on dise à leurs enfants que toutes les orientations sexuelles se valent. Ce qui les scandalise, c’est qu’on inocule à leur progéniture le concept d’un monde où les choses sont parfois différentes, brisées, impures et en même temps magnifiques.

RECTITUDE – Ah tiens, puisqu’il est question de chanteuses poches… Est-ce que Whitney Houston est morte depuis assez longtemps pour que je puisse me permettre quelques méchancetés? J’y vais quand même: Houston était l’archétype de la chanteuse soul sans soul. Son âme passée à la moulinette de la production pour les masses, trempée dans la mélasse d’arrangements fadasses. Sa voix au service de textes débiles devenait sur chaque pièce un feu d’artifice monochrome. Pif pouf. Si ce n’était de la répétition outrancière des radios, on aurait déjà oublié jusqu’au son de sa voix.

Dans American Psycho, Bret Easton Ellis consacre tout un chapitre à Whitney Houston, comme il le fait pour Genesis (époque Phil Collins) et Huey Lewis and The News. Son personnage, Patrick Bateman, se lance dans d’interminables hagiographies de ces artistes qui sont un peu son reflet: tout est dans la surface chez eux aussi. Quand je l’ai rencontré, Ellis disait que ces chapitres avaient été les plus pénibles à écrire du roman. Pires que les atroces scènes de meurtre.

Il exagérait un peu. Quoique d’écrire que «Houston est une des chanteuses les plus originales et passionnantes de sa génération», même quand on met ces mots dans la bouche d’un tueur en série, ça doit faire bizarre. Comme si on animait la chronique culturelle à TVA, genre.

LÉGÈRETÉ – Un lecteur me reproche que, dans ma chronique de la semaine dernière, je m’en prenne à l’idée de légèreté. Notez bien, cher monsieur, que contrairement à la croyance générale, je ne passe pas mes soirées à lire de la poésie romantique allemande à la chandelle. Seulement lorsque nous manquons d’électricité.

Sérieusement, un divertissement de merde, ça va. Deux, passe encore. Le problème, c’est l’accumulation. Le hic, c’est le McDo qu’on confond avec la vraie bouffe. Le drame, c’est qu’on soigne de plus en plus nos corps, mais qu’on gave nos cerveaux de merde, plusieurs dizaines d’heures par semaine, dans l’indifférence la plus totale. Parce qu’on a décidé que tout se vaut, que les goûts ne se discutent pas. C’est ainsi qu’on manufacture le consentement: par le mensonge qui nous conforte dans nos choix qui n’en sont pas, parce que la pub a décidé pour nous.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie