Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Desjardins

C’est l’époque

Il y a toujours eu des émissions de variétés à Radio-Canada. Des bonnes, c’est vrai. Ou enfin, des pas si pires. Et certaines parmi les plus atroces du genre. Oui, je pense aux Démons du midi. Je me souviens aussi de la gueule de deux amies françaises quand nous étions passés par Place Laurier, où Michel Louvain enregistrait sa quotidienne devant un océan de têtes où se déclinaient une multitude de teintes de gris. Et moi de leur tirer la manche: bon, on y va? Faut croire que j’avais honte. «C’est pas pire que Drucker», m’avait dit l’une d’elles. Manière gentille de me consoler et de me rappeler qu’il y a des tatas partout.

Tout ça pour dire qu’on apprenait la semaine dernière que la télé d’État présentera une émission dans laquelle des familles d’inconnus viendront chanter. Notez d’abord l’obsession télévisuelle du moment: tout le monde chante. Les vedettes chantent, les jeunes chantent, les plus vieux aussi, et maintenant, c’est au tour des familles de venir jouer en groupe dans la talle du human interest musical, animation par Patrice L’Écuyer. Préparez vos trois affirmations.

L’annonce a irrité le journaliste du Devoir Philippe Papineau qui, sur son blogue personnel, ne cachait pas son ahurissement devant le phénomène, rejoignant mon collègue Olivier Robillard-Laveaux qui déplorait il y a quelques semaines la disparition de la seule véritable émission musicale de Radio-Canada: Studio 12.

Parce que Studio 12, c’était pas rien. C’était la vitrine qui manquait et manquera désormais aux artistes d’ici qui n’ont pas d’autre tribune, et qui sont pourtant l’âme musicale du Québec. C’était l’occasion, comme le dit Olivier, d’entendre les auteurs-compositeurs avec leur groupe (pas celui, générique, d’un show de chaises), donc une musique incarnée, vivante, pas seulement livrée comme un divertissement entre deux entrevues de vedettes. C’était aussi, comme l’illustre Papineau, la chance d’entendre Karkwa jouer du Karkwa.

À la place, on aura droit à la famille Machin chante Patrick Norman.

Évidemment, on nous promet des moments d’émotion, des sourires et des morceaux de bravoure. Cela compensera peut-être le manque de talent.

Ou peut-être pas.

En fait, j’ai presque aussi honte de ma société d’État qu’à l’époque où elle avait comme bande sonore le rire truculent de Suzanne Lapointe et les minauderies de Michel Louvain. Parce que j’attends un peu plus de ma télé qu’elle s’emploie à calquer son modèle d’affaires sur celui de TVA. Parce que j’ose encore espérer que quelqu’un, quelque part, se rendra compte que le service public ne s’arrête pas au Téléjournal, aux Docteurs et à La semaine verte. Promouvoir une scène musicale vivante devrait faire partie du mandat de la société. Mais bon, vu la manière dont on traite généralement la culture à la télé, il n’y a rien de bien étonnant ici.

Bref, je pourrais me contenter d’être déçu si Radio-Canne avait seulement tiré la plogue de Studio 12.

Mais en versant dans la téléréalité chantante, on passe à un autre stade. J’ai presque envie de parler de mépris pour le public. Mais disons, de manière plus soft, que c’est quelque chose qui ressemble à de la complicité dans ce long et pénible glissement médiatique que je laisse le philosophe John Ralston Saul décrire bien mieux que moi:

«Aujourd’hui, la mort de Dieu, combinée à la perfection de l’image, nous a plongés dans un nouvel état d’expectative. Nous sommes devenus l’image. L’observateur et l’observé. Et cette image possède tous les pouvoirs conférés à Dieu. Elle tue à volonté. Sans le moindre effort. Magnifiquement. Elle dispense la morale. Elle juge perpétuellement. […] Faute d’une compréhension lucide de ce que nous sommes désormais cette seule source, les images ne peuvent manquer d’exprimer à nouveau la magie et la peur propres aux sociétés idolâtres1.»

Saul écrivait cela au début des années 1990. Avant Facebook. Avant la téléréalité. Ce qu’il dit n’a jamais été plus vrai. Que le privé patauge là-dedans, c’est son droit le plus strict. Il n’a d’autre morale que celle de la cote d’écoute. Mais voilà la télé d’État qui ne se contente plus d’informer ou d’offrir un spectacle. Chez elle aussi, vous êtes le spectacle. Vous êtes la vedette.

Le quidam chantant est à l’art ce que le vox pop est à l’information: un raccourci racoleur qui flatte l’ego du public, sans égard pour la pertinence de ce qui en ressort.

Chanter à la télé ou y donner son opinion, c’est toucher au divin. On a remplacé la religion par un miroir qui embellit et ne montre que ce qu’il y a de beau et d’émouvant. L’humanité célébrée dans sa plus parfaite splendeur. Mais surtout dans sa volonté de rejoindre les dieux modernes que sont les stars de la télé.

La prochaine étape? De la peinture à numéros au musée des beaux-arts, tiens. La famille Morin rend hommage à l’art de Muriel Millard.

On me dira que c’est l’époque. Ça se peut, c’est un début d’explication. Mais je n’y trouve aucun réconfort.

1 La citation provient de l’ouvrage Les bâtards de Voltaire de Saul, mais je la repique de L’empire de l’illusion de Chris Hedges (chez Lux Éditeur), que je lis à petites doses. Tellement déprimant qu’une lecture soutenue m’achèverait.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie