Ne manquez rien avec l’infolettre.
Mots croisés

2011: tente et attente

On s’en souviendra de celle-là.

Dans la catégorie «année où tout craque de partout», 2011 est désormais inscrite en chiffres rouges.

Quand j’ai contacté notre photographe Jocelyn Michel pour préparer la une de la semaine, j’avais déjà en tête une tente sur une place vide, symbole de cette année marquée par de grandes flambées d’espérance un peu partout dans le monde, mais qui se termine, il me semble, en queue de poisson, en grand point d’interrogation.

Impression d’inachevé. Comme si le lendemain de veille avait précédé la fin du party.

À l’étranger comme ici, le fruit de l’indignation est encore bien incertain, que ce soit dans les pays arabes récemment «libérés» ou sur les places boursières d’Amérique et d’Europe. On se demande si, dans cette alternance de pas en avant et de pas en arrière, on avance bel et bien.

L’idée d’éclairer la tente de l’intérieur, c’est celle de Jocelyn. Je le remercie d’avoir allumé cette bougie, comme un cœur dans la ville froide, étourdie de vitesse.

Merci également à tous ceux qui, sur notre scène culturelle, ont allumé les bougies de leurs mots, de leur musique ou de leurs gestes. Quand vient le temps de repenser la société, l’art doit impérativement être convoqué.

Voici donc notre bilan 2011. Serez-vous toujours en accord avec nous? Sans doute pas, et de toute façon notre ambition n’est pas là. Nous brûlons d’ailleurs de connaître vos coups de cœur à vous…

Mais avant tout je me permets, en guise d’apéro, de lancer quelques fleurs, puis quelques tomates.

/

Des fleurs…

Le 5 décembre, le gouvernement du Québec adoptait l’Agenda 21C, une série de résolutions plaçant la culture parmi les priorités de l’État, tous champs d’action confondus (nous en parlons cette semaine avec l’un des artisans du projet, Simon Brault). Bravo.

Le 14 octobre, le Musée des beaux-arts de Montréal inaugurait le nouveau pavillon Claire et Marc Bourgie, consacré à l’art québécois et canadien. Un espace – d’accès gratuit – qui manquait cruellement à la proposition muséale montréalaise. Bravo.

Bravo également au souvent critiqué Quartier des spectacles et à ses partenaires, qui cette année ont manifestement trouvé leurs repères. Ça se voit (la place des Festivals inspire enfin le rassemblement et les festivités; la pas si moche que ça Maison symphonique contribue au paysage urbain) et ça se sent (projets de développement ultérieur clairs, programmation tonique).

Des fleurs également pour les jeunes gens de théâtre qui ont fondé Aux Écuries, véritable incubateur pour une création qui bouscule. Nous vous suivrons de près.

…et des tomates

Dans la foulée de l’affaire Cantat, en avril, certains politiciens y allaient d’une démonstration de récupération électoraliste (nous étions à quelques semaines du scrutin fédéral) plus nauséabonde qu’une ruelle au temps du dégel. La palme de l’opportunisme va sans conteste à la peu regrettée ministre Josée Verner, qui promettait d’empêcher, si son parti était reporté au pouvoir, l’entrée de Bertrand Cantat au pays. Tomate et re-tomate.

Le résultat des élections nous a épargné d’avoir à supporter plus longtemps cette dernière, mais le gouvernement en question a raflé la mise, avec une majorité de sièges cette fois. Un cargo chargé à bloc suffirait à peine à l’exercice tant il y a, depuis, de tomates à lancer: annulation inexpliquée d’un soutien au Festival international de la littérature, surdité prononcée devant la contestation du projet de loi C-11 sur le droit d’auteur, coup de hache dans la subvention accordée au Wapikoni mobile, initiative de création audiovisuelle et musicale destinée aux jeunes autochtones, (insérez ici les haut-le-cœur de votre choix)…

On se réserve tout de même quelques tomates, bien grasses, adressées aux rabat-joie, Éric Duhaime en tête, qui ont dépensé beaucoup de calories cette année à miner la pertinence des indignés et à ne voir dans leurs campements que désordre public.

Ce à quoi l’écrivain belge Eugène Savitzkaya a trouvé la plus belle des réponses: «Un beau désordre vaut mieux qu’une inerte ordonnance.»

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie