Prise de tête

Notes de voyages au pays des Ixiens

Au cours des dernières semaines, j’ai à de nombreuses reprises fait de périlleux voyages au pays des Ixiens.

Voici quelques-unes des notes de terrain que j’ai rapportées de mes excursions.

***

Je n’ai pas été en mesure d’estimer la population des Ixiens. Mais je pense que même si leur nombre augmente, ils constituent une petite minorité au sein de la forêt où ils habitent.

J’emploie le mot «ils» à dessein. Les Ixiens semblent en effet, et c’est singulier, être une tribu constituée de manière très massivement prévalente de mâles, et même de mâles relativement jeunes.

Les Ixiens paraissent animés d’une grande colère, que leurs grands prêtres attisent par des rituels de diabolisation de certains autres habitants de la forêt. Un poison appelé ressentiment est utilisé dans ces rituels que l’on pourrait désigner par le mot-valise infotainment.

Que les Ixiens dirigent cette colère vers ces habitants que leurs prêtres leur indiquent comme leurs ennemis et non contre ceux et celles qui possèdent et contrôlent à leur profit les ressources de la forêt et qui sont la principale cause de leurs malheurs, cela est bien étrange. Mais ce comportement s’explique sans doute en partie par le fait que ces prêtres ixiens rendent, par leurs rituels, de grands services aux propriétaires de la forêt. Ils sont, en somme, des armes de diversion massive.

Pour comprendre le ton très particulier sur lequel parlent les Ixiens, il faut se rappeler qu’ils sont persuadés que toutes les questions sont simples à trancher, que les autres habitants de la forêt le savent parfaitement bien eux aussi, mais refusent de l’admettre pour des raisons de calcul égoïste et afin de préserver des privilèges que les prêtres ixiens décrivent comme excessifs, inabordables et insensés.

Un Ixien appelle débattre le fait de converser avec un autre Ixien qui pense comme lui. Il appelle aussi raisonner le fait de donner la conclusion avant les prémisses, et cela même si les prémisses n’ont guère de rapport avec la conclusion.

Les Ixiens ont l’insulte facile, et celles qu’ils profèrent sont toujours dirigées vers certains des autres habitants de la forêt, toujours les mêmes. L’insulte semble d’ailleurs compter au nombre des choses qu’on appelle là-bas des arguments.

Les Ixiens aiment se livrer en duo à leurs rituels du ressentiment, l’un parlant fort, l’autre lui servant de faire-valoir: comme les personnages de BD, en somme, avec lesquels ils ont tant de points communs.

Les Ixiens entretiennent un curieux mélange de haine de soi et de prophétisme catastrophique. Nous serions ainsi au bord du gouffre de la dette et des finances publiques (jamais il n’est question chez eux de dangers autrement graves et réels comme le réchauffement climatique ou le recours à l’arme atomique): mais cela, les autres habitants de la forêt sont trop hypocrites et trop idiots pour le reconnaître. Le problème est pourtant fort simple à comprendre et les solutions pour le résoudre, on l’a vu, sont elles aussi fort simples.

Les Ixiens, même s’ils ne paient pas d’impôts ou fort peu – et je soupçonne que le cas est fréquent –, se décrivent toujours comme s’arrachant le cœur à payer des impôts pour lesquels ils sont en outre persuadés, par leurs prêtres, qu’ils ne reçoivent rien en retour.

J’ai vu à de nombreuses reprises les Ixiens faire des sacrifices à une idole appelée libre marché, mais n’ai jamais réussi à me faire expliquer ce qu’elle est vraiment, tant leur usage de ce terme est étrange et contradictoire. J’ai seulement compris que l’idole réclame sans cesse de nouveaux sacrifices.

Les Ixiens font peu de cas du politique, et tout donne à penser qu’ils estiment qu’on peut le dissoudre dans l’économique. L’économique lui-même semble en outre se réduire à la possibilité pour chacun de consommer: cette consommation est quant à elle l’horizon et la fin de la liberté ixienne.

À quelques reprises, je l’avoue, devant l’étendue des sujets dont ils ne parlent pas, devant la quantité d’informations importantes qu’ils taisent, peut-être par ignorance de ce que sont réellement la forêt où ils habitent et les institutions qui la font être ce qu’elle est, je me suis demandé sur quelle planète les Ixiens avaient bien pu passer les quatre ou cinq dernières décennies.

J’en suis venu à la conclusion que les Ixiens souffrent de nombreuses illusions cognitives et ce sera le thème de mon rapport d’observation.

Je mets à présent un terme définitif à ces excursions et ne retournerai plus au pays des Ixiens. Mais j’échangerai volontiers avec eux si je les croise.

***

Vous voulez vous aussi visiter les Ixiens? Syntonisez le 91,9 FM à Montréal.

Vous voilà sur une radio parlée appelée Radio X; et si vous êtes habitué à d’autres stations, préparez-vous à vivre une troublante expérience.

Forme et fond, niveau de langage, blagues, ton, sujets abordés ou tus, références et repères, conventions narratives et argumentatives: tout vous rappellera que vous venez de passer de l’autre côté du miroir et d’accéder à un territoire inconnu où vit une tribu dont vous ignorez presque tout, mais aux mœurs étranges et fascinantes.

 ***

D’aucuns réclament la fermeture de cette station, pour ses divers et nombreux excès.

Je me suis opposé autrefois à cette possibilité, au nom de la liberté d’expression, et m’y opposerai encore. Je n’aime ni ce qu’ils disent ni la manière dont ils le disent: mais je me battrai pour leur droit de le dire, comme le veut la célèbre formule… 

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!