Prise de tête

Mettre fin à l’aide sociale

Il faut en convenir: trop de gens sont sur l’aide sociale et exploitent la société, abusent de ce qu’elle leur apporte et ne lui rendent pas ce qu’ils en obtiennent. Il faut donc en finir avec l’aide sociale. Cette solution est radicale, je sais. Mais considérez tous les déplorables effets pervers que cette situation produit.

Pour commencer, les assistés sociaux entrent dans un infernal cercle de dépendance qu’ils ne peuvent briser et qui se perpétue de génération en génération. Ils finissent par ne plus pouvoir concevoir de vivre sans cet apport de la société, qui est même en certains cas une sorte de vol dont est victime la collectivité – ces mots sont durs, je sais, mais ils sont justes, le plus souvent.

Ensuite, les assistés sociaux perdent peu à peu, et parfois irrémédiablement, leur dignité, cela parce qu’ils ne peuvent avoir la satisfaction d’avoir accompli quelque chose par eux-mêmes et qui leur appartienne vraiment.

Par ailleurs, tirant ce bénéfice indu, certains assistés sociaux tendent à s’isoler entre eux du reste de la société, société à laquelle ils ne participent plus en y apportant leur juste part et avec laquelle ils n’ont plus guère d’intérêts communs. Ils perdent ainsi tout sentiment d’appartenance à la collectivité à laquelle ils doivent pourtant tellement.

Enfin, plusieurs d’entre eux, trop nombreux hélas, tendent à adopter des comportements répréhensibles, voire en certains cas criminels, en s’associant pour cela à leurs semblables: est-il nécessaire de préciser qu’ils le font, trop souvent, en toute impunité?

Ces raisons prises toutes ensemble me semblent décisives et la conclusion s’impose: il faut mettre un terme à l’aide sociale aux entreprises, à leur financement public débouchant sur la privatisation des profits qu’on leur permet, ainsi qu’aux privilèges accordés aux banques et institutions financières. Il faut mettre fin à la criminalité en col blanc de ces assistés sociaux, faire payer leur juste part d’impôts aux entreprises et aux personnes très riches qui n’en paient guère, voire pas du tout, sans oublier dans la foulée d’augmenter le taux d’imposition du gain en capital (qui n’est pas imposable à 100% comme un revenu salarial, mais seulement à 50%) et d’abolir les abris fiscaux.

Cela ne se fera pas. Depuis des décennies, nos véritables assistés sociaux ont mis en place un système redoutablement efficace dans lequel on trouve notamment des partis politiques, des médias, des firmes de relations publiques qui s’assurent tous ensemble que personne ne les reconnaît pour ce qu’ils sont. Ils se comportent en cela exactement comme ceux que le fondateur du libéralisme économique, Adam Smith, appelait les Maîtres. Dans des pages qu’on oublie typiquement de citer de son chef-d’œuvre La richesse des nations, il nous met sérieusement en garde contre ceux dont la «vile maxime» est: «Tout pour nous, rien pour les autres», des gens, dit-il, qui forment une «ligue tacite, mais constante et uniforme» et ne peuvent se rencontrer sans «comploter contre le reste de la société».

Considérez de ce point de vue les modestes propositions avancées par le gouvernement péquiste à l’automne: hausser à 75% le pourcentage imposable du gain en capital et hausser modestement l’impôt pour les plus fortunés. Ce fut, souvenez-vous, le tollé. Menaces de quitter le Québec, hauts cris, chantage: rien ne nous aura été épargné. Entre médias aux ordres, politiciens acquis à leur cause, campagnes de désinformation et propagande, les Maîtres ont déployé leur arsenal pour maintenir la conformité de nos politiques avec leur vile maxime. C’est que, dans nos sociétés, le 1% obtient à peu de choses près tout ce qu’il souhaite, et cela s’est vérifié cette fois encore.

Mais c’est une tout autre histoire quand ce n’est plus des Maîtres qu’il s’agit, et plus encore s’il est question des plus faibles des autres. Ils le savent, ces travailleurs et travailleuses dont l’âge de la retraite a été porté à 67 ans; ces chômeurs et chômeuses qu’on attaque brutalement en Gaspésie, au Nouveau-Brunswick et ailleurs; et, pour faire bonne mesure, ces personnes parmi les plus vulnérables de celles qui vivent de l’aide sociale sur lesquelles le Parti québécois frappe en ce moment: des personnes de 55 à 57 ans, ou qui ont la garde de jeunes enfants, ou encore des toxicomanes.

Ce serait, sans rire, eux et elles, dont le nombre diminue d’ailleurs de manière radicale depuis 20 ans, les vrais, les importants, les coûteux assistés sociaux. Et sur eux et elles, qui n’ont ni journaux ni intellectuels à gages ni politiciens aux ordres, on peut taper. Et on peut même cogner très fort sur les plus faibles et les plus démunis d’entre eux. Pour leur bien, bien entendu. Tough love, comme ils disent. Et on ne se gêne pas pour taper.

Je suis outré. Je suis sans voix. Et d’une infinie tristesse qui n’a d’égale que la colère qui m’habite.

Il faudra pourtant bien, un jour, qu’on mette fin à l’aide sociale, à la vraie. Les Maîtres ne le voudront pas. Il faudra le leur imposer. Cela s’appelle, du moins à en croire le milliardaire américain Warren Buffett qui le disait il y a quelques années, la lutte des classes: «Il y a bien une lutte des classes, affirmait ce dernier. Mais c’est ma classe, celle des riches, qui la mène. Et elle la gagne.»

C’est exact. Pour le moment. En attendant, le PQ doit reculer sur cette ignominie.