Prise de tête

La règle d’or

Il existe en matière de moralité une règle à ce point répandue dans l’espace et dans le temps qu’on est tenté de la penser universelle.

Cette règle est une règle d’équivalence: elle dit qu’on doit appliquer à soi-même les normes qu’on veut imposer aux autres, qu’on doit traiter autrui comme on se traite soi-même et ne pas lui faire ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fasse.

Des exemples? En voici.

«N’impose jamais à autrui ce que tu ne choisirais pas pour toi-même» (Confucius); [Dans un monde juste] chacun ferait pour autrui ce qu’il ferait pour lui-même» (Mo Tzu); «Ce que tu veux t’épargner d’endurer, ne l’impose pas aux autres» (Épictète); «Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (christianisme); «Ceci est la somme de toute véritable droiture: traite les autres comme tu voudrais toi-même être traité. Ne fais rien à ton voisin que tu ne voudrais pas le voir faire à ton égard par la suite» (hindouisme); «Ce qui t’est haïssable, ne le fais pas à ton prochain. C’est là la loi entière, tout le reste n’est que commentaire» (judaïsme); «Aucun d’entre vous n’est véritable croyant tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même» (islam); «Agis uniquement d’après la maxime dont tu peux aussi vouloir qu’elle devienne une loi universelle» (Kant).

Il existe d’innombrables autres formulations de la règle d’or et c’est encore en l’invoquant que le juge américain Robert Jackson, au tribunal de Nuremberg, faisait cette mise en garde à ses compatriotes: «Si des actes violant des traités sont des crimes, ils sont des crimes quand ils sont commis par les États-Unis autant que quand ils sont commis par les Allemands.»

Il est instructif d’examiner l’actualité à la lumière de ce beau principe. Voici quelques exemples de ce qu’on apprend de cette manière.

Le gouvernement fédéral entend, comme on sait, sabrer le régime d’assurance-emploi. Or, le récent rapport du vérificateur général, qui a constaté une fraude de 100 millions de dollars dans le régime (sur une caisse de 16 milliards), prouverait que des chômeurs abusent et sont des voleurs, et est amplement mis à contribution en ce sens dans l’argumentaire gouvernemental. Mais, selon ce principe, que dire du gouvernement fédéral qui depuis des années a volé des milliards de surplus du régime? Le premier vol, en tout cas, est presque anodin et statistiquement insignifiant. Je vous laisse qualifier le deuxième.

Si on a fraudé l’assurance-emploi, ou l’assistance sociale, on sera exclu du régime à coup sûr et on ne pourra pas en appeler à des circonstances exceptionnelles – du genre: je ne trouve pas d’emploi et j’ai des enfants à nourrir. La loi est la loi. Mais si vous vous appelez SNC-Lavalin, soudainement, pour les gouvernements, le principe est moins clair et son application, plus problématique. Vous avez fraudé, triché, magouillé à très, très grande échelle et vous vous êtes acoquiné avec des bandits et des dictateurs?

On n’exclura pas de possibles bonnes raisons d’être clément avec vous, de peut-être continuer à vous accorder des contrats et on ne trouvera rien, quelle drôle d’idée, qui ferait en sorte que pareille compagnie doive aussitôt être abolie et rendue publique.

Vous êtes une radio parlée, Radio X Montréal, qui défend des positions dont certaines sont controversées et polémiques. Vous invoquez avec raison la liberté d’expression pour ce faire. Mais si, au nom de cette même liberté d’expression, un autre média cette fois, Radio-Canada, donne la parole à des gens qui, invoquant eux aussi la liberté d’expression et cette liberté de choix du consommateur que vous chérissez tant, invitent au boycottage de vos annonceurs, là, soudainement, vous trouvez inadmissible qu’on laisse ces gens s’exprimer et expliquer pourquoi ils trouvent vos propos déplorables et dangereux et invitent les gens à boycotter les produits de vos annonceurs.

***

J’ai ouvert ce texte en rappelant qu’il existe une règle d’or en éthique. Ce n’est pas rigoureusement exact. Il y en a deux, en fait, même si elles diffèrent passablement.

La première, formulée partout, nous indique un idéal. La deuxième est plus prosaïque: elle ne nous dit pas ce qu’on doit faire, mais constate ce qui se fait en pratique. En gros, elle dit: «Si et tant que tu le peux, ne traite surtout pas les autres comme tu voudrais toi-même être traité et fais à ton voisin ce que tu ne voudrais pas le voir faire à ton égard.» Le passage-clé est ici: si et tant que tu le peux, certains pouvant beaucoup…

C’est pourquoi la maxime de notre temps est quelque chose comme: la dure loi du marché et de la concurrence pour les faibles; les jupes de l’État pour les puissants, qui empochent sans risque les profits en socialisant les coûts.

Dans Les animaux malades de la peste, La Fontaine formulait comme suit cette règle d’or de facto: «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.» 

***

La Maison de la poésie est une institution vouée à la défense de la beauté. Comme nombre de ses semblables, elle est fragile et, en ce moment, elle a grand besoin de notre aide. En échange, elle nous offre, eh oui, de la beauté. Ce 29 mai, à l’Espace La Fontaine, un cocktail dînatoire (17h30) suivi d’un spectacle consacré à mon cher Gilbert Langevin (Mon refuge est un volcan, 19h30). Avec Daniel Lavoie, Gilles Bélanger, Marie Philippe, Pascal Mailloux, Sylvie Paquette, Philippe Noireaut, Claud Michaud, Monique Désy-Proulx, Jessica Vigneault, Joe Bocan et France Bernard, sous la direction de Jérôme Langevin.

On s’y croisera sans doute puisque j’y serai. Toutes les informations sont disponibles ici: maisondelapoesie.qc.ca.

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!

Ça! + 25 à 40 %
Famille
Du 22 au 30 décembre 2016

Ça!