Ne manquez rien avec l’infolettre.
Prise de tête

Lettre aux enseignant.e.s

Alors, voilà: les corrections sont terminées, les enfants sont partis, les dernières réunions ont eu lieu ou sont à peu près terminées. Voici enfin venu le temps des vacances, qui, pour plusieurs d’entre vous, commence par ce qui ressemble de plus en plus à une période de convalescence!

C’est que le métier est terriblement exigeant. 

Dur, dur d’être enseignant.e

Il est vrai qu’il n’a jamais été de tout repos. Mais, depuis plusieurs années déjà, il est sans aucun doute plus difficile qu’il ne l’a jamais été. 

Il y a, à ce sujet, des indices qui ne trompent pas. 

Le taux de décrochage des enseignant.e.s est effarant. Cette donnée est à prendre très au sérieux: en effet, près d’une personne sur cinq – sur cinq!!! – quitterait la profession dans les cinq premières années.

Quant à celles qui restent, elles sont de plus en plus en congé de maladie. En 2008-2009, le nombre de jours d’assurance salaire versés aux enseignant.e.s était de 394 114; en 2012-2013, la dernière année pour laquelle j’ai vu des données, c’était 399 050.

Ça, ce sont les choses qui se voient assez bien de l’extérieur de l’école. Mais pour bien les comprendre et en connaître les causes, il  faut aller à l’intérieur de l’école. Là, on comprend pourquoi les enseignant.e.s décrochent ou sont malades.

Je ne ferai pas le tour de cet horrible jardin que vous connaissez bien où on trouve des enfants en difficulté dont on peine à s’occuper convenablement – des abolitions de poste; des livres vieux ou abîmés; des revues désuètes; le manque de tant de choses qu’il vous arrive de devoir aller les acheter vous-mêmes; sans rien dire de ces enfants qui n’ont pas mangé le matin. Vraiment, nous devrions élever une statue à votre dévouement et vous remercier chaque jour de prendre soin de ce que nous avons collectivement de plus précieux.

Mais je tiens à dire que de mon poste d’observation, l’université, on voit aussi des choses qui expliquent en partie votre situation actuelle.

Parmi elles, la pauvreté notoire – et sur laquelle j’ai durant un quart de siècle reçu d’innombrables témoignages – de certains cours offerts aux futurs maîtres. Mais aussi, il faut le dire, la promulgation et l’imposition, par l’université et le MELS, de méthodes non fondées sur les meilleures données probantes et, en certains cas du moins, carrément loufoques et antiscientifiques. (En passant, si vous rencontrez un ou une zélateur de la réforme qui reconnaît aujourd’hui s’être trompé et ne vous accuse pas, vous, de l’avoir fait échouer, présentez-moi cette personne: je lui paie une bière…)

Tout cela a constitué non seulement une attaque en règle contre votre autonomie professionnelle – dont, je le crains, nous paierons longtemps le prix –, mais aussi contre le système public d’éducation – dont à travers les compressions en cours, nous voyons en ce moment les plus dramatiques effets. Et les offres, notamment salariales, déposées par le gouvernement libéral, ajoutent l’injure à toutes ces insultes.

Une rentrée chaude mais prometteuse

La rentrée promet donc d’être chaude et d’en être une de mobilisation syndicale pour la défense des conditions de travail des enseignant.es, mais aussi pour la défense de l’école publique.

Cette fois, cependant, comme vous l’avez vu, un phénomène nouveau se profile: les parents se mobilisent. Ce qu’on entend dans leurs propos, c’est qu’ils et elles disent non aux compressions et au démantèlement d’une école publique désirant accueillir tous les enfants en s’efforçant de réaliser autant que possible, dans une société aussi inégalitaire, un idéal d’égalité des chances.

Ce n’est pas rien – et ce pourrait même être le prélude à une forte mobilisation citoyenne. C’est ce que je nous souhaite.

Nous aurons tout l’été pour en parler autour de nous, pour rappeler pourquoi nous tenons tant à l’école publique et à l’instruction qu’elle dispense, pour dire tout le travail qu’il reste à accomplir et pour dire pourquoi ce n’est surtout pas le temps de couper dans les budgets de l’éducation.

Je vous suggère de commencer vos discussions en rappelant qu’au Québec, selon la crédible enquête PEICA, il y a vraisemblablement quelque 53% des gens qui n’ont pas une maîtrise suffisante de la lecture pour être des citoyens à part entière. Et que la situation semble particulièrement inquiétante chez les… 16 à 24 ans.

Bonnes vacances. Bonne convalescence, le cas échéant. Et bons échanges avec toutes les personnes qui voudront bien vous entendre.