Prise de tête

Ce fascinant débat sur le salaire minimum

Tout a commencé aux États-Unis, où un mouvement pour la hausse du salaire minimum à 15$ l’heure des employés du secteur de la restauration rapide est apparu, puis s’est amplifié.

Bientôt, cette même demande est arrivée au Québec. Notons qu’elle est moindre ici, compte tenu du fait que le salaire minimum est chez nous de 10,75$ l’heure alors qu’il est de 7,25$ aux États-Unis – en vertu de la loi fédérale, les montants diffèrent. Là-bas, le salaire minimum, en dollars constants, a été à son maximum en 1968: il était alors à 10$ l’heure.

En moins de temps qu’il n’en faut pour crier «Lutte des classes!», les habituelles voix, celles-là mêmes qui n’ont jamais rien à dire de l’évasion fiscale, des paradis du même nom, ou des subventions aux BS corporatifs, celles-là, oui, se sont aussitôt fait entendre pour nous expliquer que la science économique, rien de moins, est formelle et unanime: hausser le salaire minimum est une bien mauvaise idée.

Leur argumentaire repose essentiellement sur l’impitoyable loi de l’offre et de la demande. En bout de piste, elle nous montrerait que si on augmente le salaire minimum, les employeurs vont embaucher moins de travailleurs, devenus plus coûteux. Le résultat net de l’opération sera donc la création de chômage et la diminution globale de revenus, bien entendu parmi les gens au salaire minimum.

Vous vouliez les aider en invoquant l’exigence morale d’un salaire décent, permettant à chacun de vivre correctement? Vous avez empiré leur situation!

Fixer par législation le salaire minimum est donc, en fait, une très mauvaise et aussi paradoxale affaire, parce qu’elle nous rappelle qu’en matière de politiques publiques, la morale et les bons sentiments sont de bien mauvais guides.

Personne n’a dit tout cela mieux que ce bon vieux Milton Friedman. Écoutez-le: «De telles législations [sur le salaire minimum] sont un exemple aussi clair qu’on peut le souhaiter d’une mesure dont les effets sont précisément à l’opposé de ceux que cherchaient à provoquer les personnes de bonne volonté qui les ont promues. […] Si tant est que des lois sur le salaire minimum aient un effet quelconque, c’est clairement celui d’augmenter la pauvreté [ma traduction]» (Capitalism and Freedom, Fortieth Anniversary Edition, p. 180).

Dossier clos? Affaire suivante? Un tout petit moment, je vous prie…

Derrière le consensus allégué…

Il y a au moins trois contre-arguments à la position de Friedman et consorts.

Le premier est que les faits sont bien loin d’être unanimes à leur donner raison. Surpris? David Card et Alan B. Krueger, par exemple, ont examiné aux États-Unis ce qui se passe quand au même moment un État augmente le salaire minimum et un autre pas (le New Jersey et la Pennsylvanie, en un cas).

Leur conclusion, en un mot, est que l’influence de la mesure est négligeable, voire positive. Paul Krugman résume ainsi la situation: «Avant les travaux de Card et Krueger, la plupart des économistes, moi compris, pensaient qu’une hausse du salaire minimum aurait un réel effet négatif sur l’emploi. Mais ce qu’on a observé, c’est plutôt un effet positif. Ce résultat a depuis été confirmé avec des données de diverses sources. Il n’y a donc pas de preuve que hausser le salaire minimum va entraîner des pertes d’emploi, à tout le moins quand le plancher est aussi bas qu’il l’est aux États-Unis.»

Il y a là matière à débat et à nuance, mais un fait demeure: la dramatique relation prédite est au moins bien loin d’être avérée.

Le deuxième argument est que, comme on le devine avec ce qui précède, l’unanimité alléguée des économistes n’existe pas.

En 2014, l’Economic Policy Institute des États-Unis publiait une lettre signée par plus de 600 économistes, parmi lesquels quelques «prix Nobel», demandant qu’on hausse le salaire minimum. Ils écrivaient notamment que des hausses du salaire minimum n’ont que peu ou pas d’effet négatif sur l’emploi des travailleurs concernés, même quand le marché de l’emploi est faible, et ajoutaient que cette mesure pourrait même avoir un léger effet de stimulation de l’économie, puisque ces travailleurs dépenseront leur revenu additionnel.

Le troisième est que cet argument est un troublant aveu: il nous dit que ce système économique, selon ses promoteurs, n’est pas en mesure de faire en sorte qu’en travaillant les gens sortent de la pauvreté, et ce, même après des années de croissance économique. Aux États-Unis, par exemple, la productivité de l’économie, selon Paul Krugman (2013), a presque doublé depuis un demi-siècle. Or, toujours selon lui, le pouvoir d’achat que confère le salaire minimum est aujourd’hui plus faible (je répète: plus faible) que durant les années 1960!

Et que dire de cette tendance, devenue spontanée, à vouloir faire de l’économie le seul et décisif arbitre de ces questions qui sont pourtant politiques. Le type de société au sein de laquelle nous voulons vivre est une question qui ne se réduit pas à l’économie et qui ne se résout pas que par elle. Entre aussi dans cette équation, par exemple, la valeur (pas le prix!) que nous accordons au maintien d’une certaine égalité de condition, sans laquelle la pleine participation politique de chacun est un objectif difficilement atteignable.

Une petite énigme

Au total, on est confronté à une sorte de petite énigme qui mérite réflexion: pourquoi donc les effets pourtant prédits par la théorie économique semblent-ils ne pas se produire?

Une explication courante dit en gros ceci.

La loi de l’offre et de la demande ne dit pas exactement que si le prix d’une chose augmente, la demande pour elle diminue. Elle dit que cela n’est vrai que si on ne tient compte de ces deux seules variables, sans prendre en compte une foule d’autres faits qui peuvent influer sur les prix. Or, justement, le marché du travail est extraordinairement compliqué, il est plein de distorsions et constamment en déséquilibre. Les gens décident de travailler ou pas, de travailler à quel endroit et combien de temps, pour une grande variété de raisons, qui ne sont pas toujours rationnelles, du point de vue de la rationalité de l’Homo economicus.

Il en va de même pour les employeurs, qui embauchent leurs employés pour toutes sortes de raisons, elles aussi parfois bien étranges, toujours du point de vue de cette rationalité.

Si les employeurs sont tenus de mieux payer leurs employés, ils vont chercher sans doute des manières de les rentabiliser davantage en les faisant mieux travailler. De plus, ces mêmes employés, jouissant dorénavant d’un meilleur salaire, vont ainsi travailler mieux, prendre plus au sérieux leur travail et tenter de le conserver.

Henry Ford, rappelle Joseph Heath (dans son ouvrage Filthy Lucre), se félicitait d’avoir augmenté grandement le salaire de ses ouvriers: c’était, disait-il, la meilleure décision qu’il avait prise pour… réduire ses coûts de production.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!