Ne manquez rien avec l’infolettre.
Sentinelle

Homo publicus

J’aimerais avant toute chose lever mon chapeau aux directeurs du Théâtre La Licorne qui ont programmé la pièce Pervers, parce qu’elle aborde de manière percutante la problématique actuelle de la vie privée dans notre ère hyper médiatique, certes, mais aussi parce qu’elle met sur scène quatre jeunes acteurs convaincants. En donnant la chance de découvrir de nouveaux visages, Jean-Denis Leduc et Denis Bernard nous font sortir du cercle fermé des acteurs si souvent sollicités. Grand bien nous fasse!

Ils s’appellent Mikhaïl Ahooja, Stéphanie Labbé, Frédéric Lemay et Sarah Laurendeau. Aux côtés de Micheline Bernard, Marie-Hélène Thibault et Christiane Proulx, ils incarnent une génération qui a grandi main dans la main avec les nouvelles technologies et l’accès direct et immédiat à l’information, pénétrant en un clic dans l’espace privé de leurs congénères sans prendre pleinement conscience de l’ampleur du bouleversement provoqué par ces nouveaux outils de communication. C’est à ce sujet chaud que s’attaque l’auteure irlandaise Stacey Gregg avec Pervers, traduit par Catherine Léger, où un jeune étudiant en cinéma, Gethin, entreprend un documentaire sur la perversion, faisant circuler une fausse rumeur sur son cas entretenue par sa sœur, pour démontrer par l’action sa thèse selon laquelle notre société paranoïaque craindrait le pervers comme la peste.

La rapidité de diffusion de la nouvelle sera aussitôt vérifiée, le jeune Gethin étant sollicité de toutes parts au sujet de cette accusation, mais par un habile renversement de situation, l’auteure prend le héros à son propre piège, sa vie privée faisant l’objet d’une enquête policière pour le moins invasive. On a fouillé son ordinateur et trouvé, entre de nombreux films pornos, des photos de lui, nu, le renvoyant à sa propre vulnérabilité, violé dans son intimité comme il a plus tôt violé celle des autres, diffusant entre autres la photo d’une fille capturée les seins nus, démolissant en un simple geste la réputation et la vie de celle-ci. La liberté d’expression revendiquée par le jeune artiste devient soudain une menace personnelle, lui renvoyant en face la réalité cachée derrière cet écran faussement considéré comme une protection infaillible.

La perversité, nous suggère l’auteure, réside plus dans la porosité des espaces public et privé que dans le déshabillage des corps. Chacun peut désormais entrer comme bon lui semble dans l’intimité de l’autre, dévoilée par exemple sur Facebook qui divulgue des images sans le consentement des sujets. Le plus intéressant constat proposé par cette pièce est que l’individu moderne prêt à se répandre dans l’espace public comme jamais dans l’histoire est peut-être en train de perdre la notion même d’intimité. Grave est la perte, mais tragique est l’inconscience de la perte. Quand on ne sait pas ce qui nous manque, on ne peut le regretter, ni le reconquérir, on ne peut que subir le vide. L’homo publicus serait-il en train de tuer la sphère privée? La pièce Pervers nous pose intelligemment la question en esquissant les nouveaux contours de notre intimité de plus en plus publique.

À La Licorne, jusqu’au 23 février

Au lit avec Virginia: la conquête d’une intimité

Pour sa deuxième année de résidence à l’Espace Go, la comédienne Sophie Cadieux a d’ailleurs choisi de revisiter un classique de la littérature anglaise qui traite de la nécessité d’un espace à soi pour écrire, un texte qui interrogeait à l’époque l’écart entre la sphère privée des hommes et celle des femmes. Autre époque, autres mœurs. Dans Une chambre à soi, un pamphlet féministe publié en 1929, Virginia Woolf s’interroge sur les conditions de création des femmes et revendique le besoin d’argent et d’une chambre à soi, dénonçant au passage les difficultés pour une femme de concilier la vie de famille et la création, de s’appartenir dans une société empreinte de «valeurs masculines» où les femmes ne pouvaient pas posséder l’argent qu’elles gagnaient. Sophie Cadieux convie le public à trois rendez-vous intimistes durant lesquels elle croisera l’essai de Woolf avec des réponses d’auteures québécoises (dont Suzanne Jacob, Catherine Mavrikakis et Fanny Britt) à qui elle a posé la question: «Quelles sont les conditions propices à l’écriture?» Parions que les contraintes ne sont plus les mêmes qu’à l’époque de l’écrivaine anglaise, mais que le besoin d’espace privé est toujours primordial. Les trois soirs sont déjà complets, mais des supplémentaires ont été ajoutées.

À l’Espace Go, supplémentaires les 4, 5 et 6 février à 17h