Ne manquez rien avec l’infolettre.
Solo de clavier

De bonnes mauvaises nouvelles

Déjà quatre années que L’Autre St-Jean se veut une solution de rechange à la majorité des fêtes nationales en proposant une programmation festive, bilingue et de son temps. «Nous, on ne fait pas de répétitions multiples et on ne rend pas d’hommages spéciaux avec un cortège de 12 guitaristes acoustiques pour l’accompagner, tsé», rappelle Pierre Thibault, lider maximo de l’étiquette de disques C4 (Galaxie, Les Dales Hawerchuk, etc.) qui est aussi derrière l’événement, avant de clamer: «Chez nous, c’est un show où les bands font ce qu’ils ont envie de faire pour la foule devant eux! Aucune imposition artistique, outre travailler fort!»

Après quatre foires où on a vu autant Malajube que Socalled, Karkwa et Lake of Stew sur la même scène, que peut-on espérer du cinquième anniversaire? Arcade Fire? Richard Desjardins? Arcade Fire qui reprend Le screw de Desjardins!? Non. Rien du tout, en fait. Du moins, pour cette année… et c’est pour le mieux, promet Thibault.

Ainsi, après des années à galérer en solo à titre de producteur délégué, le clan C4 s’est dégoté un collaborateur qui l’épaulera dans la conception, la programmation et le financement de la fête: le label, boîte de gérance et de création de spectacles Bonsound. L’entente s’étant précisée en février dernier, les deux entités ont constaté que le temps manquait pour consolider des partenariats avantageux avec des commanditaires. L’argent étant le nerf de la guerre pour un événement extérieur gratuit qui, au final, est à la merci de dame Nature. «Un mois avant, on stresse en regardant les bulletins météo! s’exclame Pierre. Tsé, même si tu sais que t’as un bon show, s’il ne fait pas beau pis que tu ne vends pas de bière, t’es fourré! L’année où on va vraiment perdre 35 000$, ce sera vraiment la fin.» D’où le report à l’année prochaine, alors que C4 partagera son fardeau – et son gros fun noir – avec Bonsound.

Des nouvelles de C4 pendant qu’on y est?

C’est avec beaucoup d’excitation et d’étonnement que le microcosme local a constaté l’éclosion d’une nouvelle étiquette, La Meute, fondée par Paule Claveau et Martine Groulx, qui bossaient à C4 auparavant. La première parution du label est, elle aussi, liée par la cuisse gauche à Thibault (Éric Brousseau, de Cargo Culte, a également lancé des œuvres sous l’égide de C4 avec son groupe Gatineau). Est-ce que C4 aurait implosé? Thibault en profite pour calmer le jeu.

«L’Autre St-Jean passait dans les opérations du label… tout comme Cargo Culte, les parutions à venir des Dales, de Galaxie, etc. À un moment donné, je sentais que je ne pouvais pas être à deux endroits en même temps», confie-t-il, faisant valoir du même coup que son label demeure actif – il produira le prochain album de Galaxie, en plus de se consacrer à d’autres projets musicaux à déterminer –, mais se réorientera davantage vers l’événementiel.

Rock gastronomique!

Ainsi, en plus de donner un coup de main à la programmation du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue et de produire le Coup de grâce musical de Saint-Prime (le «petit frère du Lac» du FME), Thibault – qui est également copropriétaire de la Taverne Saint-Sacrement – planche sur un nouvel événement réunissant deux de ses passions: un festival combinant zizique et ripaille qui se tiendra en périphérie de Montréal au cours de l’été 2014. «Deux jours, dix bands et de la bouffe dans une formule le fun», résume-t-il.

En attendant la suite, Pierre Thibault se dit satisfait de la «rupture» entre son étiquette et certains de ses projets. «Il n’y a pas eu trop d’égratignures!», laisse-t-il tomber avant de faire référence au disque de Cargo Culte. «Je serai au lancement, ça va bien se passer pis ce disque-là va donner tout un punch!»

Conseils concerts

Pour les métalleux: le groupe suédois Katatonia sera dans l’intimité du Petit Campus afin de défendre sur les planches les pièces de son excellent neuvième album Dead End Kings. C’est ce jeudi 25 avril. Dois-je vraiment vous conseiller de porter des bouchons?

Pour les amateurs d’indie rock, la troupe torontoise Hooded Fang se ramène au Cagibi le lendemain. Les fans des Pastels ou encore de Palma Violets devraient adorer.

Le samedi 27 avril, The Salivation Army et Poirier souligneront la 10e édition de leur soirée No Vacancy. C’est toujours au Royal Phoenix Bar et la danse y est quasi obligatoire. Donc, n’oubliez pas de vous hydrater.

Puis, le mardi suivant, deux lancements à surveiller. Pour les amants de folk pop, Matt Track présente son CD au Verre Bouteille. Pour les cowboys, les Mountain Daisies dévoilent finalement une œuvre inspirée de leurs soirées Open Country avec une brochette d’invités éclatée allant de Michel Rivard à Louis-Jean Cormier, en passant par Antoine Gratton.